Sermon du vendredi

La bonne action et la mauvaise action

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Quiconque fait une bonne œuvre, c’est pour son bien. Et quiconque fait le mal, il le fait à ses dépens. Ton Seigneur, cependant, n’est point injuste envers les serviteurs» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager qui dit dans le hadith qu’il rapporte d’après Son Seigneur : « $o Mes serviteurs ! Il ne s’agit que vos œuvres que Je vous recense puis vous en rétribue. Quiconque y trouve de bonne qu’il Loue Allah et quiconque y trouve de mauvaise, qu’il ne reproche que lui-même ». O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.
Ensuite..
Allah, Gloire à Lui, honora l’être humain, le créa Lui-même dans la plus belle forme, y souffla de Son Esprit, le distingua par la raison, lui fit prosterner les anges et lui assujettit toutes les choses en lui donnant prévalence sur plusieurs de Ses créatures. Allah, dit : « Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures ». L’homme subit effectivement une immense responsabilité qui fut présentée aux cieux, à la terre et aux montagnes qui refusèrent de la porter et en eurent peur. Il s’agit de la responsabilité des obligations qui exigent de travailler et de peupler la terre en plus les actes cultuels obligatoires. Allah, Gloire à Lui, dit : « Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez »
Le musulman doit être conscient que tout ce qu’il fait dans sa vie sera dans la balance de ses bonnes et mauvaises actions. Allah, Gloire à Lui, dit : « Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra » et « Le jour où chaque âme se trouvera confrontée avec ce qu’elle aura fait de bien et ce qu’elle aura fait de mal; elle souhaitera qu’il y ait entre elle et ce mal une longue distance! Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. Allah est Compatissant envers [Ses] serviteurs ». Le terme « œuvre » renferme les actes et dires. Il est exigé que la bonne œuvre soit sincèrement vouée à Allah et perfectionnée. Allah, Gloire à Lui, dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la Salat et d’acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture ». Notre prophète (SBL) dit : « Allah aime que lorsque l’un de vous fait une œuvre qu’il la mène si parfaitement ».
Certes, la notion de la bonne œuvre en islam est large. Elle comprend les obligations cultuelles : salat, zakat, hajj, évocations entre autres. Ce sont des œuvres de base que le musulman doit accomplir. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui croyez ! Inclinez-vous, prosternez-vous, adorez votre Seigneur, et faites le bien. Peut-être réussirez-vous ! » Et « Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde ». Le prophète (SBL) dit : « la pureté est la moitié de la foi, Louange à Allah remplit la balance et Louange à Allah et Gloire à Allah remplissent entre les cieux et la terre. La salat est une lumière, l’aumône est une preuve, la patience est un éclaircissement et le Coran est un argument soit avec toi, soit contre toi. Tous les gens s’élancent : chacun vend son âme, soit il l’affranchit, soit il la fait perdre ».
Parmi les bonnes œuvres desquelles le musulman doit s’engager il y a la véridicité, la bonne parole et la propagation du salut entre autres œuvres susceptibles de rendre l’homme familier et familiarisant. Allah, Gloire à Lui, dit : « et enseigne à Mes serviteurs de dire de la bonne parole ». Le prophète (SBL) dit : « le plus aimé parmi vous auprès de moi sont les ayants de bonnes moralités, les dociles qui sont familiers et familiarisent les autres ». Il signale le statut du croyant en disant : « la parabole du croyant est celle du palmier qui se nourrit bon, donne des bons fruits, s’il tombe, il ne se casse point, ne pourrait pas ». La bonne œuvre n’est pas restreinte à une domaine sans les autres. Elle comprend tout ce qui concrétise les valeurs humaines et contribue à la création d’une société cohérente, pure, régnée par l’affection et la coopération et dominée par la tolérance, l’amour et la clémence. L’islam considère que la sortie en quête du travail pour se nourrir et nourrir licitement la famille et les enfants une bonne œuvre bien rétribuée en tant que sortie dans le Sentier d’Allah. Un homme passait par le prophète (SBL), les compagnons réalisaient en cet homme la persévérance et l’activité, ils dirent : il vaudrait mieux que la sortie de cet homme soit dans le Sentier d’Allah. Le prophète (SBL) de répondre : « s’il sort gagner la vie aux enfants, il est dans le Sentier d’Allah, s’il cherche la pension de ses père et mère si vieux, il est dans le Sentier d’Allah. S’il sort en quête de sa pension pour se contenir, il est dans le Sentier d’Allah. Mais, s’il sort parcourir par ostension, il est dans le sentier de Diable ».
On a le meilleur exemple dans la vie du Messager d’Allah (SBL). Il travaillait de ses propres mains pour servir à ses épouses. Ayesha, mère des croyants (qu’Allah l’agrée) dit : le prophète (SBL) cousait ses semelles, tricotait ses habits et travaillait chez lui comme le fait l’un de vous. Le prophète (SBL° dit : « si l’un de vous fait des dépenses à son épouse en espérant la rétribution de la part d’Allah, Gloire à Lui, cela lui sera un acte charitable » et « le meilleur parmi vous est celui meilleur pour sa femme et moi je suis le meilleur pour mes femmes ».
On cite parmi les bonnes œuvres tout ce qu’on profite aux autres, petit ou grand, matériel ou moral soit-il. Allah, Gloire à Lui, dit : « Il n’y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l’un d’eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l’agrément d’Allah, à celui-là Nous donnerons bientòt une récompense énorme ». Le prophète (SBL) dit : « quiconque a un surplus de monture, qu’il le donne à celui dépourvu de la monture, quiconque a un surplus de nourriture, qu’il donne à celui qui y manque ». Exhortant les aspects des bonnes œuvres le prophète (SBL) dit : « nombreuses sont les formes du bien : les dires : Gloire à Allah, Louange à Allah, point de divinité en dehors d’Allah. On y ajoute le fait d’ordonner le convenable, d’interdire le blâmable, d’écarter la nuisance de la route, d’écouter pour le sourd, de guider l’aveugle, d’orienter l’égaré, de marcher à tout pied avec l’indigent, de donner coup de main au faible. Tout cela t’est un acte charitable ». Des tels actes font partie de la bonne œuvre.
On cite dans la même perspective la construction, la réforme et l’urbanisation. La vision de l’islam considère que toute œuvre qui contribue à créer une société prospère une bonne et sublime œuvre. Dans le Coran il y a trois cents soixante versets qui parlent du travail. Allah, Gloire à Lui, cita des exemples de ceuw qui font les bonnes œuvres. Allah, Gloire à Lui, dit : « c’est Lui Qui vous créa de la terre et vous ordonna de la peupler ». Cela affirme que ceux qui travaillent dans l’agriculture, l’industrie et le commerce ont une immense rétribution en vertu des efforts qu’ils déploient. On y ajoute les grosses industries comme celle de fer. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens », celle des arches, Allah, Gloire à Lui, dit : « et Nous lui révélâmes : fabrique l’arche sous Notre Protection et Notre Révélation ». Pour les textiles Allah, Gloire à Lui, dit : « De leur laine, de leur poil et de leur crin (Il vous a procuré) des effets et des objets dont vous jouissez pour un certain délai » et « Et Il vous a procuré des vêtements qui vous protègent de la chaleur, ainsi que des vêtements [cuirasses, armures] qui vous protègent de votre propre violence ». Pour la maroquinerie Allah dit : « Il vous a procuré des maisons faites de peaux de bêtes que vous trouvez légères, le jour où vous vous déplacez et le jour où vous vous campez »
La bonne œuvre comprend non seulement ce qui est utile à l’homme, elle renferme ce qui est utile aux animaux et inanimés. Passant par un chameau chétif, le prophète dit : « ayez piété pour ces bêtes, y montez comme il faut et les laissez comme i faut », « un jour, il y avait un homme marchait sur une route, il a trouvé un rameau d’épine, il l’a écarté, Allah lui a agréé cette œuvre et lui a pardonné les péchés ». Le prophète (SBL) dit : « j’ai vu un homme se promener dans le Paradis en raison d’un rameau d’un arbre qu’il coupa car il nuisait aux gens ». Quant à la mauvaise œuvre, elle renferme tout ce qui encoure la colère d’Allah, Gloire à Lui et déraille l’homme du cercle de la réforme à celle de la corruption. Elle commence par s’écarter des obligations cultuelles et commettre les interdits et les turpitudes comme l’ingratitude envers les père et mère, l’agression sur les biens et les honneurs. On en cite le fait de délaisser la responsabilité vis-à-vis de la famille et des enfants sans leur fournir de la bonne éducation. Allah, Gloire à Lui, dit : « ô vous qui croyez ! Evitez-vous et bos familles un Feu ». Le prophète (SBL) dit : « il suffit à l’homme pour péché de faire perdre ce qu’il a pour tutelle ».
On en cite la corruption sur la terre par propager les idées destructrices, les rumeurs mensongers et le fait de terrifier les civiles. Allah, Gloire à Lui, dit : « ne corrompez pas sur la terre après sa réforme ». Il dit également : « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment » et « ne cherches point la corruption sur la terre, car Allah n’aime point les corrupteurs ». Le prophète (SBL) dit : « le meilleur parmi vous est celui dont le bien est à espérer et du mal les gens sont à l’abri. Le plus méchant parmi vous est celui dont le bien n’est point à espérer et le mal est loin d’être évité ». On cite parmi les mauvaises œuvres la nuisance aux routes, qui est un péché majeur. Le prophète (SBL) dit : « rien de tort, point de préjudice ». Il dit également : «quiconque nuit aux musulmans dans leurs routes mérite leur malédiction ».
On cite à ce propos ce qui sème la rancune parmi les gens et leur cause une nuisance physique ou morale. On en cite la calomnie, la médisance, la raillerie, la moquerie, la turpitude verbale entre autres choses interdites par l’islam qui se contredisent avec les moralités, l’innéité droite et les comportements civilisés. Le prophète (SBL) dit : « les plus détestables pour moi d’entre vous sont les calomniateurs qui divisent les amoureux et cherchent à infliger les innocents ».
Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.
. * * *
Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.
Ensuite… mes frères en islam !
Toute œuvre menée par le serviteur lui produit ses effets dans l’ici-bas comme dans l’au-delà. Parmi les fruits de la bonne œuvre il y a la bonne vie dans la vie et l’autre vie. Allah, Gloire à Lui, dit : « Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions ». La rétribution de la bonne œuvre dure post-mortem. Le prophète (SBL) dit : « il y a sept actions dont la rétribution dure à l’auteur après sa mort : l’enseignement, la location d’un fleuve, le creusement d’un puits, la plantation d’un palmier, la construction d’une mosquée, un livre du Coran et l’enfant qui implore le pardon en faveur de son père ». Parmi ces fruits on cite l’absolution des péchés en les remplaçants par des bonnes actions. Allah, Gloire à Lui, dit : « et ceux qui ont cru ey fait les bonnes œuvres, Nous leur absoudrons les péchés et leur donnerons la rétribution de leurs meilleurs œuvres ». On cite également la compagnie des prophètes, véridiques et martyrs. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du ‹Firdaws,› (Paradis) » et « Quiconque obéit à Allah et au Messager… ceux-là seront avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits: les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là ! »‘
A l’instar de la bonne œuvre, la mauvaise œuvre produit à son auteur ses effets dans l’ici-bas comme dans l’au-delà. On en cite l’égarement, la perplexité et la trouble. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et quoi ! Celui à qui on a enjolivé sa mauvaise action au point qu’il la voit belle…? – Mais Allah égare qui Il veut, et guide qui Il veut ». On en cite également la vie troublée. Allah, Gloire à Lui, dit : « et quiconque se détourne de Mon Rappel aura une vie troublée ». On cite aussi le mauvais retour dans le Dernier-Jour. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer ». Le prophète (SBL) dit : « quiconque s’empare illicitement une parcelle de terrain, il en sera enfoui pour quarante souches de terre le Dernier Jour ».
On a donc très besoin de s’engager de toute œuvre utile, de nous éloigner de toute œuvre nuisible, de se recommander et coopérer pour le vrai. Allah, Gloire à Lui, dit : « Par le Temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance »
O Allah, bous T’implorons de nous aider à faire les bonnes œuvres, de nous abstenir des péchés, d’aimer les indigents, accorde-nous la sincérité et l’Agrément, de préserver notre Egypte et tous les pays du monde contre tout malheur.

La noble Sunna prophétique et sa place dans la législation

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Prenez ce que le Messager vous donne ; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en; et craignez Allah car Allah est dur en punition» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. C’est lui qui dit : « je vous laissai ce que lorsque vous vous en engagez, vous ne serez oint après moi égarés : Le Livre d’Allah et ma Sunna »  O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Allah, Gloire à Lui, envoya Ses Messagers et prophètes pour guider les humains et les faire sortir des ténèbres vers la lumière et de la voie de la perte vers celle de la bonne guidée. Allah, Gloire à Lui, dit : «Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice ». Allah clôtut les Messages par celui de notre maitre Mohamad « témoin, annonciateur, avertisseur, appelant vers Allah par Sa Permission et une lanterne éclairant ». Allah l’envoya avec avec un message valable à tous les temps et lieux. Il lui fit descendre le Noble Coran, un livre parfaitement cohérent, inimitable, l’erreur ne lui vient ni d’avant, ni d’arrière. Ensuite, Il lui révéla la Sunna qui explique et détaille le Coran. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit :  « et ne prononce rien par sa propre passion. Il ne s’agit qu’une révélation à lui révéle », « et Nous te fîmes descendre le Rappel pour que tu exposes aux humains ce qui leur fut descendu et pour qu’ils raisonnent ». Le prophète (SBL) dit : « effectivement, je reçus le Coran et une autre révélation qui lui est égale ».

Contemplant le Livre d’Allah, Goire à Lui, on découvre qu’Allah, Exalté Soit-Il, réunit Ses Ordres avec ceux de Son prophète Mohamad (SBL) en plusieurs endroits. Allah dit : « ô vous qui ont cru ! Répondez positivement à Allah et au Messager lorsqu’il vous appelle à ce qui vous donne de la vraie vie ». Il associe Son Agrément, Gloire à Lui, et celui de Son Messager (SBL) en disant : « et Allah et Son Messager sont plus aptes à ce qu’ils cherchent l’Agrément si ils étaient croyants ».

Allah, Gloire à Lui, associe l’obéissance qui Lui est obligatoire à celle à Son prophète (SBL) en disant : « celui qui obéit au Messager, il obéit donc à Allah ». Il fit de cette obéissance un motif de la Miséricorde en disant : « et obéissez à Allah et au Messager afin que vous soyez pris par la Miséricorde ». Cette obéissance se réalise par suivre la Sunna du prophète (SBL). Allah, Gloire à Lui, dit : « Dis : ‹Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux »

Les oulémas et doctes de la communauté musulmane sont unanimes sur la force probante de la Sunna prophétique en tant que deuxième source de la législation, directement après le Noble Coran. Allah, Gloire à Lui, dit : « Allah a fait descendre sur toi le Livre et la Sagesse, et t’a enseigné ce que tu ne savais pas. Et la grâce d’Allah sur toi est immense », « Et gardez dans vos mémoires ce qui, dans vos foyers, est récité des versets d’Allah et de la sagesse. Allah est Doux et Parfaitement Connaisseur ». La noble Sunna renferme les dires, les actes et les approbations du prophète (SBL). Allah, Gloire à Lui, dit : «En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment » Xela est à adopter pour tous les états du prophète (SBL). D’après Abdullah Ibn Amro (qu’Allah l’agrée, lui et son père : je transcrivais tout ce que j’entendais du Messager d’Allah (SBL) entendant l’apprendre par cœur. Qoraïche m’interdit de le faire me disant : tu inscris tout ce que tu entends du Messager d’Allah (SBL), alors qu’il parle en état d’agrément et celui du désagrément ! Cesse donc de le faire. Puis, j’allai le dire au Messager (SBL). Il fit un signe de doit vers sa bouche et me dit : « transcris ! Je jure par Celui Qui détient mon âme, rien d’autre que le vrai ne sort de ma bouche ».

Le Noble Coran est effectivement la première source de législation alors que la Pure Sunna est la deuxième. Elle explique, interprète et détaille ce qui se trouve dans le Noble Coran. Le prophète (SBL) était le plus connaisseur du Vouloir Dire d’Allah, Gloire à Lui. Sa justice et son décret sont émanés de ceux d’Allah, Exalté Soit-Il. A ce propos Allah, Gloire à Lui, dit : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir », « Non!… Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence] » et « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement) ». Allah, Gloire à Lui, mit en garde contre la désobéissance à l’ordre de Son Messager (SBL) en disant : « Que ceux, donc, qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux ». La Sunna mit in extenso plusieurs prescriptions citées grosso-modo dans le Noble Coran. L’ordre de faire la prière et de s’acquitter de la zakat esr vité sans détail dans le Coran : « accomplissez la Salat et acquittez-vous la Zakat ». Comment faire donc les actes cultuels : Salat, Zakat et Hajj sans la mise en détail effectuée par la Pure Sunna ? Le prophète (SBL) exposa tout cela en disant : « faites la Salat comme je la fais ». C’est par son acte qu’il nous montre la manière. Il dit également : « lorsque tu te lèves pour faire la salat, fis : Allah est le Plus Grand, récite ce que tu peux du Coran, fais la génuflexion jusqu’à ce que tu sois rassuré, lève –toi jusqu’à ce que tu sois rassuré, prosterne-toi jusqu’à ce que tu sois rassuré, lève-toi jusqu’à ce que tu sois rassuré assis. Agis ainsi dans le reste de ta salat ». La Sunna détailla toutes les sentences de la Zakat et du hajj. Le prophète (SBL) dit : « apprenez de moi vos rituels ». Un homme dit à Omran Ibn Hussein ; c’est quoi toutes ces informations traditionnelles que vous relatez d’après le prophète (SBL) en délaissant le Coran ! Omran répliqua : si tu contentes du Coran, comment apprendre donc le nombre d’unités de la Salat du midi, d’après-midi, du coucher du soleil et leurs horaires, ainsi que la station à Arafat, la lapidation de cailloux entre autres ?

Comme la Sunna détailla le global du Noble Coran, elle restreint l’absolu. Par exemple, elle restreigne le testament au tiers des legs, montrant que l’héritier n’a aucun droit en testament. D’après Saad Ibn Abou Waqqas (qu’Allah l’agrée) : le prophète (SBL) me rendit visite alors que j’étais malade à la Mecque. Je lui dis : j’ai des biens, puis-je en faire intégralement un testament ? « Non » me répondit le prophète. Dois-je en faire à moitié ? « Non » me répondit le prophète. Dois-je en faire à tiers ? « Oui, le tiers c’est le maximum. Il vaudrait mieux de laisser riches tes héritiers que de les laisser indigents qui se livrent à la mendicité ». La Sunna montre que le testament n’est point à faire au profit d’un héritier. Elle interdit de réunir en mariage la femme et sa tante maternelle ou paternelle.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui les  suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Exposant la place de la Sunna en matière de la législation, il faut faire la distinction entre les informations traditionnelles relatives aux actes cultuels et celles relatives aux us et coutumes variables en vertu des temps, lieux et circonstances. On en cite celles relatives à l’habillement, moyens de transport entre autres conditionnés par les coutumiers. Chaque époques a des traditions qui diffèrent des celles des époques précédentes. Il n’est donc pas logique d’imposer aux gens des certaines habitudes du passé sous prétexte de suivre la Tradition du prophète (SBL). La référence des habitudes réside dans le coutumier et les survenues tant que cela ne s’oppose pas les consistances de la pure législation. L’imam Ach-Chafïe (qu’Allah l’agrée) considère que coiffer la tête est l’un des aspects de la noblesse, il considère bien les circonstances de temps et milieu à sin époque. Actuellement, point de gêne de se couvrir ou non la tête, car le coutumier accepte les deux.

Nous affirmons que les ennemis acharnés de la Sunna se trouvent en deux catégories. La première comprend les manipulateurs de la religion qui dévient les sens des textes pour effuser les sans et ravagent au nom de la religion. Ils se croient faire du bien alors que la religion en est innocente. Ceux-ci sont les rigoristes de qui le prophète (SBL) nous mit en garde trois fois. D’après Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : « le plus que je craigne à la communauté est tout hypocrite à langue érudite »

La deuxième catégorie renferme ceux qui ne s’inspirent point de la science et ses outils. Montrant leur danger le prophète (SBL° dit : ‘Allah n’arrache pas la science de Ses serviteurs. Il la retient par retenir les pales des savants. Lorsqu’il n’y aura plus de savant, les gens prendront des grandes figures ignorantes qui s’égareront et égareront ». La Sunna est innocente de tout extrémisme qui se déraille de sa tolérance ou du juste milieu de l’islam, ainsi que de ceux qui mettent intégralement la Sunna en négation. Le prophète (SBL) dit : « il est risque que l’un de vous, assis sur son baldaquin, dise : entre nous et vous il n’y a que le Movre d’Allah. On admet licite ce qui en est licite et illicite l’illicite. Par Allah ! Ce que le Messager d’Allah juge illicite équivaut ce qu’Allah juge illicite ».

Le rigorisme et la négligence sont un extrémisme éloigné du juste milieu de l’islam et sa méthode et une injustice contre la Sunna qui s’accorde bien avec les finalités générales du Noble Coran. Comprenant les finalités de la Sunna, on saisit les finalités de notre pure religion qui est la miséricorde même, la justice même, la tolérance même, la facilité même et m(humanitarisme même. Les érudits s’accordent que tout ce qui réalise des telles finalités fait partie intégrante de l’islam et tout ce qui y contredit s’oppose à l’islam et ses finalités.

Vient alors le rôle des oulémas honnêtes pour ajuster et corriger les égarés. Le prophète (SBL) dit : « cette science sera assumée à chaque génération par les plus intègres qui lui dissiperont les allitérations, les déviations et les mauvaises interprétations ».

On a très besoin de comprendre la Sunna via ses finalités sans se figer à la lettre des textes sans en comprendre les visées. Cela se réalise par une moderne lecture finaliste de la pure Sunna, lecture allant de pair avec les exigences et survenues du temps pour rapprocher cette Sunna grandiose aux gens. C’est bien le renouveau auquel appelle la Sunna. Le prophète (SBL) dit : «au bout de chaque si-cke, Allah envoie à cette communauté ce qui lui renouveler sa religion ».

O Allah, guide-nous à bien comprendre Ton Noble Livre et la Sunna de notre prophète (SBL), enseigne-nous ce qui nous est utile, fais-nous profiter de ce que Tu nous enseigne et préserve notre pays et tous les pays du monde.

L’attentio qu’accorde le Coran aux valeurs morales

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Certes, ce Coran guide vers ce qu’il y a de plus droit, et il annonce aux croyants qui font de bonnes œuvres qu’ils auront une grande récompense» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Les aspects de la grandeur du Noble Coran sans innombrables. Il s’agit de la corde feme d’Allah, dy Sage Rappel, de la lumo-re évidente et de la voie de la rectitude. La dénaturation ne lui vient point, ni d’avant, ni de derrière. Les savants ne s’en rassasient point. : le Coran n’est jamais à être usé non obstant les multiples études sur lequel s’effectuent. Ses merveilles ne se terminent pas. Quiconque s’en exprime est véridique, quiconque œuvre en vertu duquel sera rétribué, quiconque juge d’après ses versets est juste et quiconque appelle à lui sera guidé vers le bon chemin. Le Vrai Dieu, Gloire à Lui, dit : « Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans » et « Nous n’avons rien omis d’écrire dans le Livre ».

Parmi les aspects de la grandeur du Noble Coran est cette attention qu’il accorde à la structure morale et son importance dans la vie des individus et des nations. Cela se fait à travers le dispositif de valeurs, principes et règles organisatrices de la conduite humaine. Ces règles initient une société cohérente à âmes pures et des bons cœurs. Ceux de ces cœurs s’entretiennent entre eux avec la véridicité, l’honnêteté, la merci et la justice. Chacun d’eux reconnait bien la tradition de la différence entre les êtres humains, la coexistence pacifique, le respect de l’autre et le parcours pour peupler la vie avec la religion. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur », « . Et si ton Seigneur avait voulu, Il aurait fait des gens une seule communauté. Or, ils ne cessent d’être en désaccord (entre eux,) sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé miséricorde » et « Il vous créa de la terre et vous ordonna de la peupler ».

Contemplant les versets coraniques on découvre certainement que les valeurs morales auxquelles le Coran fait appel sont indispensables. On ne peut pas les mettre dans un milieu sans les autres. Il s’agit d’un ensemble de valeurs inaliénables ni en fonction de temps, ni de lieux. La preuve en est le fait que le prophète (SBL) les appliquait, les exhortait et y faisait appel tout au long de sa vie. Interrogée : comment était la morale du prophète (SBL), la mère du croyant, Ayesha (qu’Allah l’agrée), répondit, sans énumérer un nombre de moralités : sa moralité était celle du Noble Coran. D’après Saad Ibn Hicham (qu’Allah l’agrée) : pour le verset : « et tu es d’une très sublime moralité », j’interrogeai Ayesha (qu’Allah l’agrée) : ô mère des croyants ! Enseigne-moi comment était la moralité du Messager d’Allah (SBL). Elle me dit : lis-tu le Coran ? Je répondis : oui. Elle me dit : sa moralité était celle du Coran. Dans la directive d’Aysha, destinée à son interlocuteur, il y a une affirmation que le Coran intégralement, ce qu’il contient de croyances, législations, actes cultuels et transactions, constituent la base d’un fort appel à la construction morale intégrale de l’homme et que le Messager était le meilleur exemple de cette construction dans tous les aspects de sa vie.

Parmi ces importantes valeurs on cite le respect de l’homme, la préservation de sa dignité et le fait de ne point l’humilier. Dans le Noble Coran, Allah, Gloire à Lui, ordonne au croyant de s’abstenir de tout ce qui nuit aux sentiments des autres, comme la raillerie, le mépris et les mauvaises conjectures. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui avez cru ! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que « perversion » lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas… Ceux-là sont les injustes.  Ô vous qui avez cru ! Évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. Et n’espionnez pas; et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? (Non !) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux. » Le Noble Coran ordonne la pureté de cœurs de toutes les rancœurs et haines et de la mauvaise conjectures. Allah, Gloire à Lui, dit : « Pourquoi, lorsque vous l’avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes n’ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n’ont-ils pas dit : ‹C’est une calomnie évidente ? › »

Parmi les valeurs auxquelles le Noble Coran accorde une attention particulière il y a celles de la coopération, de la solidarité et de l’inter-clémence. Il ordonne toutes les souches de la communauté de coopérer pour la bonté pieuse et la piété. Allah, Gloire à Lui, dit : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression ». La coopération des individus de la société est l’un des éléments de la puissance de l’Etat et de la paix sociale de ses citoyens. Chacun a des besoins à assouvir, lorsque dans la société s’élève l’esprit de la solidarité, chacun se rassure vis-à-vis de ses besoins, ainsi, il se précipite à élever la valeur de la solidarité dans la société, autant qu’il le pourrait. Béni soit le poète qui dit :

Les gens, les uns pour les autres, citadins et bédouins

Sont les servants les uns des autres.

Le prophète (SBL) oriente vers la valeur de la coopération dans plusieurs hadiths comme : « tu vois les croyants en état d’affection, d’inter-clémence et de solidarité, pareils à un corps compact, qui lorsqu’il souffre, tous ses membres le consolident par la veille et la fièvre ». Il dit également : « le musulman est le frère du musulman, il ne lui sied point de le léser, ne le lâcher. Quiconque parcourt pour asspouvir le besoin de son frère, Allah lui assurera son besoin. Quiconque dissipe de son frère l’un des malheurs de l’ici-bas, Allah lui dissipera l’un des malheurs de l’au-delà. Quiconque couvre l’intimité d’un musulman, Allah lui couvrira ses péchés le Dernier-Jour ».

On cite parmi ces valeurs celle de la réflexion et du raisonnement. Allah, Gloire à Lui, ordonne Ses serviteurs de réfléchir sur le Royaume des cieux et de la terre et rend hommage à ceux qui contemplent. Il dit : «En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d’intelligence, qui, debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Allah et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant) : ‹Notre Seigneur ! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à Toi ! Garde-nous du châtiment du Feu. », « ne méditent-ils pas sur le Royaume des cieux et de la terre ». Allah, Gloire à Lui, nous ouvre les pistes de la méditation en disant : « Allah, c’est Lui qui éleva les cieux, vous les voyez, sans piliers ». Il dit également : «Dis : ‹Que diriez-vous? Si Allah vous assignait le jour en permanence jusqu’au Jour de la Résurrection, quelle divinité autre qu’Allah pourrait vous apporter une nuit durant laquelle vous reposeriez ? N’observez-vous donc pas ? › » Allah nous ordonne de méditer sur nous-mêmes : « ne méditent-ils pas sur eux-mêmes ? » et « et dans la terre il y a des signes pour les biens convaincus et en vous-mêmes, ne méditez-vous pas ». Ainsi, le Noble Coran nous ouvre la piste de réfléchir sur tout ce qui est utile à l’homme. La méditation est un acte cultuel connu par les compagnons et les suivants (qu’Allah les agrée). Il en aperçurent la finalité, Aboud-Dardaà (qu’Allah l’agrée) dit : méditer une heure vaut mieux que faire des prières surérogatoires pour une nuit entière. Wahb Ibn Monbeh dit : « à force que l’homme médite, il finit par comprendre, ainsi, il connaitra et donc il œuvre.

On cite également la valeur du dialogue et du respect de l’autre. Nombreux sont les versets coraniques qui guident la communauté, voire l’humanité entière, à l’importance du dialogue pour la vie des humains. Le dialogue est le style agréé par Allah, Gloire à Lui, pour méthode à suivre par Ses prophètes et Messagers pour transmettre Son Message aux humains. L’islam adopte la liberté de croyance. Le Vrai Dieu, Gloire à Lui, dit : « point de contrainte en matière de la religion, la bonne guidée s’est distinguée de l’égarement ». Noé, le prophète (salut sur lui), s’adresse à son peuple, dans l’une des situations de l’Appel en disant : « Il dit : ‹Ô mon peuple ! Que vous en semble ? Si je me conforme à une preuve de mon Seigneur, si une Miséricorde, (prophétie) échappant à vos yeux, est venue à moi de Sa part, devrons-nous vous l’imposer alors que vous la répugnez ? » Le prophète Ibrahim (salut sur lui) impose l’argument au roi despote au cours d’un dialogue rationnel que présente le Noble Coran dans le verset : « N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allah l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham ayant dit : ‹J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort›, ‹Moi aussi, dit l’autre, je donne la vie et la mort.› Alors dit Abraham : ‹Puisqu’Allah fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant.› Le mécréant resta alors confondu. Allah ne guide pas les gens injustes ». Cette méthode fut suivie également par Moïse, (salut sur lui). Allah, Gloire à Lui, dit : « ‹Et qu’est-ce que le Seigneur de l’univers ? › dit Pharaon. Le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, dit [Moïse], si seulement vous pouviez en être convaincus ! › [Pharaon] dit à ceux qui l’entouraient : ‹N’entendez-vous pas?›  [Moïse] continue : ‹… Votre Seigneur, et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres›. ‹Vraiment, dit [Pharaon], votre messager qui vous a été envoyé, est un fou›. [Moïse] ajouta : ‹… Le Seigneur du Levant et du Couchant et de ce qui est entre les deux ; si seulement vous compreniez ! › ‹Si tu adoptes, dit [Pharaon], une autre divinité que moi, je te mettrai parmi les prisonniers›. »

Le Noble Coran lorsqu’il ancre la valeur du dialogue, appelle au progrès humain et au respect de l’autre, sans égard pour sa couleur, sa confession ou sa nationalité. Il faut rejeter la vision unilatérale, raciste et hégémonique. Le Noble Coran maintient à l’être humain sa dignité en elle sans aucun autre motif, il en affirme l’unité de l’origine. Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures » et « Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement »

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui les suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Parmi les valeurs morales auxquelles le Noble Coran fait appel est la maîtrise et soi et le refoulement de la colère. Dans cette vie, il est rare que l’homme soit épargné de certaines vexations ou actes provocateurs. L’homme humaine réagit à ce qu’elle voit et entend. Les textes coraniques appellent à se contrôler et pardonner. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui – car Allah aime les bienfaisants », « Et que les détenteurs de richesse et d’aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier d’Allah. Qu’ils pardonnent et absolvent. N’aimez-vous pas qu’Allah vous pardonne ? et Allah est Pardonneur et Miséricordieux ! ». Il dit également : «La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. » et « la rétribution de celui qui pardonne er réforme incombe à Allah ».

Parmi des telles valeurs on cite la réconciliation entre les adversaires. Nombreux sont les versets coraniques qui appellent à la réconciliation et promettent les conciliateurs d’une immense récompense. Allah, Gloire à Lui, dit : « Il n’y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l’un d’eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l’agrément d’Allah, à celui-là Nous donnerons bientòt une récompense énorme », «Mais quiconque craint d’un testateur quelque partialité (volontaire ou involontaire), et les réconcilie, alors pas de péché sur lui car Allah est certes Pardonneur et Miséricordieux ! » Il dit également : « Et ils t’interrogent au sujet des orphelins. Dis: ‹Leur faire du bien est la meilleur action. Si vous vous mêlez à eux, ce sont vos frères [en religion]›. Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien. Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est Puissant et Sage ». Allah, Gloire à Lui, menace violement ceux qui cherchent à corrompre les rapports entre les humains en disant : « Et invoquez Allah pendant un nombre de jours déterminés. Ensuite, il n’y a pas de péché, pour qui se comporte en piété, à partir au bout de deux jours, à s’attarder non plus. Et craignez Allah. Et sachez que c’est vers Lui que vous serez rassemblés. Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plaît, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le coeur, tandis que c’est le plus acharné disputeur.  Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n’aime pas le désordre. Et quand on lui dit: ‹Redoute Allah›, l’orgueil criminel s’empare de lui, l’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes! »

On a donc très besoin de s’engager des valeurs morales auxquelles le Livre d’Allah, Gloire à Lui, fit appel et que notre noble Messager mit en application, ce pour atteindre le progrès, le bien-être et la civilisation de nos bons ancêtres.

Béni soit Chawqi qui dit :

Les nations ne sont que les moralités stables

Si leurs moralités disparaissent, elles disparaissent à leur tour.

O Allah, guide-nous vers les meilleures moralités, il n’y a que Toi Qui y guide. En dissipe-nous les plus mauvaises, il n’y a que Toi Qui les dissipe. Préserve notre pays, notre peuple, notre armée et notre police. Accorde la paix à notre pays et à tous les pays du monde.

Les fruits de la foi

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, leur Seigneur les guidera à cause de leur foi. A leurs pieds les ruisseaux couleront dans les jardins des délices» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Oarmi les bienfaits qu’Allah gratifia à Ses serviteurs est le fait que toute oeuvre humaine donne un bon fruit. L’une des œuvres ç effet bénifique aussi bien pour l’individu que pour la société est la foi en Allah, Gloire à Lui. Le prophète (SBL) nous montre la réalité de la foi qui doit se concrétiser dans l’âme du croyant. Interrogé par Gabriel au sujet de la foi le prophète (SBL) répondit : « c’est le fait de croire en Allah, Ses anges, Ses Livres, Ses Messagers, au Dernier Jour et au Destinn agréable ou désagréable soit-il ». Gabriel dit : tu as dit vrai.

La foi n’est pas un simple mot à prononcer, il s’agit plutôt d’une croyance de cœur, d’une expression de langue et d’une action par les membres. La foi est celle ancrée dans le cœur et approuvé par les œuvres, ce par observer les Otdres d’Allah et de s’abstenir de ce qu’Il interdit.

Interrogé : es-tu croyant ? Al Hassan Al Basri répondit : la foi se trouve en deux types. Si tu m’interroges au sujet de croire en Allah, Ses anges, Livres, Messagers, en paradis, résurrection et règlement de comptes, alors, je suis croyant. Si tu m’interroges au sujet du Dire d’Allah, Gloire à Lui : « Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand on mentionne Allah. Et quand Ses versets leur sont récités, cela fait augmenter leur foi. Et ils placent leur confiance en leur Seigneur. Ceux qui accomplissent la Salat et qui dépensent [dans le sentir d’Allah] de ce que Nous leur avons attribué Ceux-là sont, en toute vérité les croyants : à eux des degrés (élevés) auprès de leur Seigneur, ainsi qu’un pardon et une dotation généreuse », je ne sais pas si je suis d’eux ou non.

La vraie foi lorsqu’elle touche le fond du cœur et s’empare de l’âme, ses bons effets retombent sur l’âme et la raison, sur l’individu et la société. La foi ancre chez l’homme les bonnes moralités. La foi et la fidélité sont indissociables, le prophète (SBL) dit : « dépourvu de la foi est tout dépourvu de la fidélité, point de religion pour celui qui n’observe pas ses engagements ». La foi et la pudeur sont indissociables, le prophète (SBL) dit : « la foi et la pudeur ne font qu’un, si l’une manque, l’autre n’existe plus ». La foi et la véridicité sont également indissociables. D’après Safwan Ibn Soleim (qu’Allah l’agrée) : on interrogea : ô prophète ! Le croyant pourrait-il être lâche ? Il répondit : « oui ». ô prophète ! Le croyant pourrait-il être avare ? Il répondit : « oui ». ô prophète ! Le croyant pourrait-il être menteur ? Il répondit : « non ». Certains définissent la foi par la véridicité. On dit : la vraie foi réside dans le fait de dire vrai tout en sachant que cela apporte préjudice, de s’abstenir de dire des mensonges, profitables soient-ils. Les bonnes moralités sont le fruit de la foi. Le croyant ne prononce que le bon discours qui réforme sans nuire, construit sans détruire et peuple sans ravager. Notre pure religion est celle des moralités, de la rectitude, de la construction, du peuplement. Quiconque s’en engage davantage a de la religiosité davantage.

L’un des fruits de la foi est la sérénité et l’apaisement. Lorsque la foi s’empare de l’âme, celle-ci se remplit de la sérénité, de la certitude et de la satisfaction. Elle est donc heureuse dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Le vrai croyant connait bien que ce qui l’atteint ne pourrait point l’épargner et ce qui l’épargne ne pourrait point l’atteindre. Cela le pousse à se déplacer de la station de gratitude en cas de bonheur à celle de la patience en cas de malheur. Ainsi, son cœur se rassure que ce qu’Allah décrète lui est bien. Allah, Gloire à Lui, dit : « ce qui croit en Allah, Allah lui guide le cœur ». Notre prophète (SBL) dit : « étonnante est l’affaire du croyant, elle est toujours heureuse. Cela est restreint au croyant. Lorsqu’un bonheur l’atteigne, il est reconnaissant, cela lui est bien. Lorsqu’un malheur le frappe, il est patient et cela lui est bien ».

La foi préserve le croyant de commettre les péchés. Le prophète (SBL) dit : « le fornicateur ne commet son crime en état de foi parfaite, le buveur de vin ne le boit en état de foi parfaite, le voleur ne vole en état de foi parfaite et l’usurpateur ne commet son crime publiquement en état de foi parfaite ». Le vrai croyant s’éloigne de tout ce qui nuit aux sentiments des autres, comme le mépris et la raillerie, ainsi que les mauvaises pensées. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que « perversion » lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas… Ceux-là sont les injustes. Ô vous qui avez cru ! Évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. Et n’espionnez pas; et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? (Non !) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux. » La foi accorde le cœur sain. Allah, Gloire à Lui, dit : « Pourquoi, lorsque vous l’avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes n’ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n’ont-ils pas dit : ‹C’est une calomnie évidente ? ›

L’un des fruits de la foi est le secours accordé par Allah, Gloire à Lui. La vraie foi fait que le serviteur soit sous la Providence. Allah, Gloire à Lui, dit : «certes, Allah est avec les croyants ». Le terme « avec » signifie le secours et le soutien. Allah, Gloire à Lui, dit : « ô vous qui croyez, si vous secourez la religion d’Allah, Il vous accordera secours et affermira les pieds », « certes, Nous accorderons la victoire à Nos Messagers et à ceux qui croyez aussi bien dans l’ici-bas et le jour où les témoins seront ressuscités », « Nous prenons pour engagement de secourir les croyants ». Allah, Gloire à Lui, dit également : « Certes ceux auxquels l’on disait: ‹Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les› – cela accrut leur foi – et ils dirent: ‹Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant›. Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d’Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d’une grâce immense. »

C’est grâce à la foi qu’Allah ancre à l’âme des gens l’amour du serviteur croyant. Le vrai croyant est souple, sympathisant, il aime et il est aimé. Allah, Gloire à Lui, dit : « A ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout Miséricordieux accordera Son amour ». Tout serviteur qui s’adresse à son Seigneur d’un cœur sincère, Allah oriente vers lui les cœurs des croyants. Dans le hadith divin : « lorsqu’Allah aime un serviteur, on dit à Gabriel : Allah aime ce serviteur, aime-le, Gabriel l’aime puis annonce : Allah aime celui-ci, aimez-le. Ainsi, les habitants des cieux et de la terre l’aiment, puis, il sera agréé sur la terre ». Dans un autre hadith divin, Allah, Gloire à Lui, dit : « à force que Mon serviteur veille à se rapprocher de moi par les actes surérogatoires, Je finirai par l’aimer. Ainsi, Je serai à son écoute, à sa vue, à son secours et à sa force. Lorsqu’il M’invoque, Je lui exauce, s’il me demande secours, Je le secourrai ».

La foi contribue à dissiper les fléaux, lever le malheur et écarter la nuisance. Le prophète (SBL) dit : « voulez-vous que je vous informe des invocations lorsque l’homme frappé d’un malheur les prononce, ce malheur lui sera dissipé ? Oui, répondit-on. Il dit : c’est bien l’invocation de Jonas : « ‹Pas de divinité à part Toi ! Pureté a Toi ! J’ai été vraiment du nombre des injustes›. » Ensuite, Allah, Gloire à Lui, dit : « Nous l’exauçâmes et le sauvâmes de son angoisse. Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants », cela est pour tous les croyants »

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui les  suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

L’un des grands fruits de la foi est de réaliser la sécurité et la paix sociale. Le vrai croyant est la source de la sécurité, de la sérénité et de la stabilité. Les gens sont rassurés de son côté, pour leurs âmes et biens. Le prophète (SBL) dit : « le vrai musulman est celui dont de la nuisance de la langue et de la main les gens sont à l’abri. Le vrai croyant est celui de qui les gens sont rassurés pour les biens et honneurs ». Terrifier les civils ou les agresser, non-croyants soient-ils, n’a rien à voir avec les moralités de l’islam. Le prophète (SBL) dit : « quiconque tue un ayant pacte ne sentira même pas l’odeur du paradis, cette odeur qui s’éclate d’une distance de quarante ans ». Le prophète met en négation la foi parfaite de celui qui nuit à son voisin ou celui qui passe la nuit rassasié alors que son voisin souffre de la faim dans ce hadith qui dit : « par Allah, il n’est point croyant. Par Allah, il n’est point croyant. Par Allah, il n’est point croyant On dit : « c’est qui ô prophète ? Il répondit : c’est celui de ses nuisances son voisin n’est pas à l’abri ». Il dit : « il ne croit point en moi celui qui passe la nuit à ventre plein alors que son voisin souffre de faim et lui, il le connait ». La vraie foi pousse le croyant ç faire le bien et prêter l’aide aux autres. Elle corrige la conduite du croyant, son effet se manifeste dans les comportements de celui-ci, dans son action et ses entretiens sous forme d’une clémence accordée à l’homme, l’animal et l’inanimé. Il le fait pour satisfaire à Allah Qui dit : « et offrent la nourriture, malgré son amour, au pauvre, à l’orphelin et au prisonnier, (disant) : «C’est pour le visage d’Allah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude »

Béni soit celui qui dit :

Une fois que la foi est perdue, point de paix

Point de vie pour celui qui ne revit la religion

Quiconque agrée une vie sans religion

Il juge que vie et mort sont égales.

L’un des fruits de la foi est ce qu’Allah prépare aux croyants dans l’au-delà. Il dit : « certes, ceux qui ont cru et fait les bonnes actions, leur Seigneur les guide, grâce à leur foi, les ruisseaux coulent au-dessous d’eux dans les Jardins des délices », «. Annonce à ceux qui croient et pratiquent de bonnes œuvres qu’ils auront pour demeures des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux ; », « et ceux qui ont cru et fait les bonnes œuvres sont certes les gens du paradis, ils y demeureront éternellement », «ceux qui ont cru et fait les bonnes œuvres, certes, Nous ne faisons point rater la rétribution de celui qui fit des actes parfaits ». Allah, Gloire à Lui, dit également : « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du ‹Firdaws,› (Paradis),  où ils demeureront éternellement, sans désirer aucun changement ».

Dans le hadith divin, Allah, Gloire à Lui, dit : « J’ai préparé à Mes bons serviteurs ce qu’aucun œil n’a vu, aucune oreille n’a entendu et aucun cœur n’a pensé. Puis le prophète (SBL) lut : « Aucun être ne sait ce qu’on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu’ils ouvraient ».

Il faut donc concrétiser la foi en croyance, dires et actes pour répandre l’inter-clémence, la coopération, la véracité, la pudeur, la générosité et la décence. Il faut s’abstenir de mentir, de tricher, de médire, de calomnier, d’offenser, de léser et de médire les honneurs. Il faut maintenir à l’âme sa sacralité, aux biens leur immunité et aux patries leurs droits.

O Allah ! Faits-nous aimer la foi, embellis-la dans nos cœurs, faits-nous détester la mécréance, la perversité et la désobéissance, range-nous parmi les bien-guidés. Préserve notre pays et tous les pays du monde.