Nouvelles importantes

Le bienfait de la sécurité et de la stabilité

La sécurité est en tête des bienfaits, notre prophète (SBL) dit: “quiconque se réveille le matin, bien sécurisé pour sa famille, en bonne santé ayant la provision de sa journée, est semblable à celui qui détiet le monde entier » (rapporté par At-Termizi). Allah a de la grâce à avoir accordé ce bienfait à Ses serviteurs, où Il dit : « A cause du pacte des Qoraïsh , De leur pacte [concernant] les voyages d’hiver et d’été . Qu’ils adorent donc le Seigneur de cette Maison (la Kaaba). Qui les a nourris contre la faim et rassurés de la crainte! » (Sourate Koraich). Rappelant à la Mecque et ses habitants Ses bienfaits Allah dit : «Ne les avons-Nous pas établis dans une enceinte sacrée, sûre, vers laquelle des produits de toute sorte sont apportés comme attribution de Notre part? Mais la plupart d’entre eux ne savent pas» (le récit, v. 57), «Ne voient-ils pas que vraiment Nous avons fait un sanctuaire sûr [la Mecque], alors que tout autour d’eux on enlève les gens? Croiront-ils donc au faux et nieront-ils les bienfaits d’Allah? » (l‘araignée,  v. 67) et « 26. Et rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux, opprimés sur terre, craignant de vous faire enlever par des gens. Il vous donna asile, vous renforça se Son secours et vous attribua de bonnes choses afin que vous soyez reconnaissants» (le butin, v. 26)

          Néanmoins, le Noble Coran fait liaison entre d’une par, sécurité et foi, d’autre part la préservation et la gratitude de ce bienfait, voici les versets : « 82. Ceux qui ont cru et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelqu’inéquité (association), ceux-là ont la sécurité; et ce sont eux les bien-guidés›.», (les bestiaux, v.82) «Il y avait assurément, pour la tribu de Saba un Signe dans leurs habitats; deux jardin, l’un à droit et l’autre à gauche. ‹Mangez de ce que votre Seigneur vous a attribué, et soyez Lui reconnaissants: une bonne contrée et un Seigneur Pardonneur›. Mais ils se détournèrent. Nous déchaînâmes contre eux l’inondation du Barrage, et leur changeâmes leurs deux jardins en deux jardins aux fruits amers, tamaris et quelques jujubiers. Ainsi les rétribuâmes. Nous pour leur mécréance. Saurions-Nous sanctionner un autre que le mécréant? Et Nous avions placé entre eux et les cités que Nous avions bénies, d’autres cités proéminentes, et Nous avions évalué les étapes de voyage entre elles. ‹Voyagez entre elles pendant des nuits et des jours, en sécurité›. », (Saba, v. 15-18), « Et Allah propose en parabole une ville: elle était en sécurité, tranquille; sa part de nourriture lui venait de partout en abondance. Puis elle se montra ingrate aux bienfaits d’Allah. Allah lui fit alors goûter la violence de la faim et de la peur [en punition] de ce qu’ils faisaient.» (Les abeilles, v. 112)

De la réalité qui nous entoure on pourrait tirer une leçon morale de ces pays qui sont tombés aux griffes de l’anarchie, de la déconstruction, de la dispersion et du morcellement, entre des réfugiés exposés à des innombrables périls, expatriés, arrêtés, assiégés, martyrs, tués, blessés, handicapés, défigurés ou impuissants. On a constaté que les terroristes criminels saisissent cet état chaotique et transgressent toutes les limites de l’humanité pour perpétrer les tueries et représailles contre les humains : incendies, trainés, capture, réduction en esclavages, viol, contraindre les gens à creuser eux-mêmes leurs sépulcres,  ce qui nous porte à préserver le bienfait de sécurité et stabilité qu’Allah nous accorda.

La préservation de ce bienfait nous exige deux choses : la première est d’en remercier Allah qui dit : « Et évoquez lorsque Votre Seigneur déclara : si vous me remerciez, Je vous donnerai davantage », (Ibrahim, v 7), la gratitude n’est pas restreinte aux biens, elle renferme plutôt tous les bienfaits.

La deuxième chose concerne l’unité du rang et la prise de conscience des enjeux qui nous confrontent, sans oublier la répression des prédicateurs de meurtre, assassinat, anarchie, sabotage, empiétement des militaires, policiers, services et institutions étatiques, tout en affirmant que quiconque emprunte cet itinéraire vicieux doit être jugé de trahison majeure, car des tels traitres et espions sont les plus dangereux à la sécurité et la stabilité de la patrie, la porte-parole de ses ennemis et leur bras long en termes de la destruction et de la corruption. Ils s’alimentent et s’habillent de la même manière que nous, mais ils nous poignardent  par derrière, ils sont les agents de nos ennemis. Le terrorisme n’est guère censé faire accès à un pays, ni une société, à moins qu’il y ait des couveuses susceptibles de l’accueillir, lui fournit u asile et une atmosphère adéquate pour susciter l’anarchie.

Il faut également surveiller le financement étranger et les signes de richesse qui apparaissent subitement sur certains agents qui vendent leur religion, patrie, familles, humanité et dignité du bon marché, tout en se croyant capables de tromper la société et échapper belle de leurs crimes : « ils cherchent à tromper Allah, mais c’est Lui qui les laisse se tromper » (les femmes, v 142)

Si certains parmi eux arrivent à camoufler à certains hommes pour un laps de temps, ils n’arriveront point à le faire pour tout le monde ni à jamais. Personne ne doit oublier qu’un jour il se comparaitra devant Celui qui ne se distrait, ni s’endors guère, Allah, Gloire à Lu dit : « Et ne pense point qu’Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Ils leur accordera un délai jusqu’au jour où leurs regards se figeront. Ils courront [suppliant], levant la tête, les yeux hagards et les cœurs vides.» (Ibrahim, v 42-43), « Ce jour-là, chaque âme sera rétribuée selon ce qu’elle aura acquis. Ce jour-là, pas d’injustice, car Allah est prompt dans (Ses) comptes».

Le document du Caire pour la propagation de la paix
du Conseil Suprême des affaires islamiques
au ministère des Wakfs

Sous les auspices du Président/ Abdel-Fattah al-Sisi, le Président de la République, et sous la présidence de M. le Dr. / Mohamed Mokhtar Gomaa, ministre des wakfs et président du Conseil Suprême des affaires islamiques, s’est réunie une pléiade de savants religieux, de politiciens, de parlementaires, de penseurs et d’intellectuels des pays du monde à la vingt-septième Conférence internationale du Conseil Suprême des affaires islamiques, tenue au Caire le samedi et le dimanche 13 et 14 Joumada II 1438 AH, soit le 11, 12/03/2017 sous le titre: «le rôle des leaders et des décideurs dans la propagation de la culture de la paix et la lutte contre le terrorisme et autres défis »

En deux jours consécutifs de travail continu à travers sept séances scientifiques, les participants ont fini par émettre « Le Document du Caire pour la Propagation de la paix » qui porte la paix au monde entier, œuvre à diffuser la culture de la paix en parole et en acte à travers des programmes, des ateliers et des lois à cette fin, et consacre la vie humaine décente commune et ont adopté les recommandations suivantes :

1. Passer de la réaction à l’action, œuvrer à propager la culture de la paix à travers des programmes de coexistence humaine sur le terrain réel au niveau de chaque pays et au niveau humain et international.

2. Se concentrer sur les points humains communs et les éléments communs entre les religions dans le discours religieux, culturel, éducatif et médiatique, et promulguer des lois qui incriminent la discrimination basée sur la religion, la couleur ou la race.

3. Œuvrer à travers les institutions internationales à incriminer la discrimination basée sur la religion, ou l’exclusion religieuse, sans exception.

4. Mettre l’accent sur l’absence de lien entre le terrorisme et la religion qui en est innocente, et montrer que lier le terrorisme à la religion est une injustice grave pour elle engageant le monde dans des cercles de conflit infinis qui ne laissent rien et n’épargnent rien.

5. Œuvrer à consolider les bases de la citoyenneté égales en droits et en devoirs sur un terrain d’entente humain et national, à approfondir le sens de l’appartenance nationale chez tous les enfants de la patrie, à promouvoir le sentiment humain et à consolider les bases de la coexistence pacifique entre tous les peuples.

6. Croire en la diversité et en le respect du différent en religion, couleur, et sexe, et œuvrer ensemble dans l’intérêt des patries et de l’homme.

7. Les savants spécialisés corrigeront les faux concepts et la mauvaise compréhension des versets et des hadiths utilisés par les terroristes pour justifier l’extrémisme et le terrorisme ou pour les théoriser, et en révèleront le bon concept.

8. Utiliser tous les moyens disponibles de sensibilisation, de culture et d’information dans les mosquées, les écoles, les universités, les centres de jeunesse, et les palais de culture ainsi que les moyens de communication audiovisuels et la presse, afin de divulguer une culture de paix, lutter contre l’idéologie extrémiste et corriger les concepts erronés, tout en fournissant une formation continue en vue de traiter avec ces moyens.

9. Utiliser davantage le cyberespace et tous les outils de communication modernes pour diffuser la culture de la tolérance et de la paix et lutter contre l’idéologie extrémiste.

10. Soutenir le rôle de la femme dans l’action prédicatrice ainsi que dans les domaines culturel, médiatique et académique grâce à son rôle de premier plan et de son impact significatif dans tous ces domaines, surtout en matière d’éducation des jeunes, leur inculquant les valeurs positives, éthiques, comportementales et nationales.

11. Favoriser une communication entre les leaders parlementaires dans les divers parlements du monde afin de définir le concept du terrorisme, promulguer des lois uniformes pour dissuader les extrémistes terroristes – quels que soient leur religion, nationalité, pays – et de veiller à incriminer, sans aucune exception, le recel de terroristes ou toute sorte de soutien pour eux.

12. Appeler le parlement égyptien et les parlements du monde à faire le nécessaire pour incriminer toute sorte et couleur du cyberterrorisme.

13. Favoriser une communication continue entre les ulémas, les intellectuels, les politiciens et les hommes des médias, ainsi que la communication entre les adeptes de différentes confessions à tous les niveaux pour briser la barrière psychologique entravant la communication avec l’autre, par peur de l’inconnu. Notre moyen est le rapprochement et non la répulsion ; la compassion et non la lutte ni les querelles, et affirmer que cette diversité est une norme universelle, car Allah Tout-Puissant dit: «Et si ton Seigneur avait voulu, Il aurait fait des gens une seule communauté. Or, ils ne cessent d’être en désaccord (entre eux,) sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé miséricorde. C’est pour cela qu’Il les a créés » (Houd: 118-119).

14. Insérer la lutte contre l’extrémisme et la diffusion de la culture de la paix à l’agenda des conférences et des sommets politiques afin de coopérer en vue de mettre en place un mécanisme international pour faire face à la situation.

15. Echanger les expériences, les informations et les statistiques fructueuses menées par les chefs religieux pour consolider la culture de la paix, la tolérance et rejeter les discours de haine et de violence, d’en choisir le meilleur et en bénéficier pour élaborer une stratégie concrète pour faire face au terrorisme par des plans, des ateliers et de divers programmes de formation.

16. Augmenter l’efficacité des médias nationaux dans tous les pays qui croient à la paix qu’ils soient capables de faire face aux médias des groupes extrémistes, notamment les médias numériques tout en mettant en place une stratégie médiatique claire et ciblée pour promouvoir la culture de la paix, développer le sens national et humanitaire et corriger les concepts erronés.

17. Recommander la traduction du présent document, l’envoyer par l’intermédiaire du parlement égyptien aux différents parlements du monde et le communiquer, par le biais du ministère des Affaires étrangères, aux institutions internationales opérant dans le domaine de la diffusion de la paix et de la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme.

Qu’Allah nous accorde le succès et nous guide sur la bonne voie