Nouvelles importantes

La place des martyrs et la vertu du sacrifice pour la patrie

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. » J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui leur suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

Actuellement, le peuple égyptien célèbre l’une des mémoires les plus éternelles dans son Histoire. Il s’agit de l’un des jours d’Allah, Gloire à Lui, au cours duquel Allah gratifia à l’Egypte et ses habitants le Bienfait de reprendre à la fois le sol et la dignité. C’est la souvenir des victoires du 6 octobre 1973, le 10 Ramadan 1393. Cette grande bataille dans laquelle le militarisme égyptien traça les plus sublimes sens de l’héroïsme et du sacrifice, au cours de laquelle se montre clairement l’essence du soldat égyptien, fidèle à son Seigneur, Gloire à Lui, et très conscient qu’Allah lui accordera la victoire. Ce soldat était sincère en soi et ferme de volonté de réaliser sa visée.

En présence des sublimes objectifs et nobles finalités, les sacrifices doivent être précieux et chers. Il n’est plus précieux que de sacrifier l’âme cherchant le martyr dans le Sentier d’Allah, Exalté Soit-Il. L’on sacrifie donc son âme pour défendre sa religion, son sol et son honneur, afin de protéger les frontières de sa patrie et atteindre la place des martyrs.

Cette place est un Don Divin duquel Allah gratifie les plus chéris à Lui directement après les prophètes et véridiques. Allah, Gloire à lui, dit : « Quiconque obéit à Allah et au Messager… ceux-là seront avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là ! » Le fait qu’Allah, Gloire à !lui, choisisse un homme pour martyr prouve qu’Il est Satisfait de cette personne. Quel sublime un degré pourrait être que cette place. Allah, Gloire à Lui, fit allusion à ce degré en disant : « et prendre des martyrs parmi vous ». Le martyr sacrifie son âme pour satisfaire à son Seigneur et défendre son pays, tout en préférant l’au-delà sur l’ici-bas, triomphant sur ses désirs et se livrant au combat pour défendre religion et patrie. Heureux soit le martyr de cette place bénie, son négoce est gagnant. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. »

Quel négoce généreux dont la rétribution est le Paradis. Dans un hadith : Om Ar-Rabï bint Al Baraà, mère de Haritha Ibn Sorrakah vint au prophète (SBL) lui dire : ô Messager d’Allah ! Ne veux-tu pas me raconter ce qui arriva à Harithah ? Cet homme fut tué le jour de Badr par une flèche dont l’auteur fut anonyme. Elle reprit : s’il est dans le Paradis, je patiente donc. Sinon, je m’efforce de le pleurer. Le prophète (SBL° de répondre : « om Harithah ! Il s’agit de plusieurs jardins et ton fils se séjourne dans le Paradis le plus haut ».

Le vrai martyr est celui qui sacrifie sincèrement pour le vrai et dans le Sentier d’Allah, ce dans le but d’élever la Parole d’Allah, défendre les territoires et le drapeau de la patrie. D’après Abou Moussa (qu’Allah l’agrée) : un homme vint au prophète (SBL) l »interrogeant : l’homme combat pour le butin, l’homme combat pour la réputation et l’autre combat pour vérifier sa place, lequel d’eux combat dans le Sentier d’Allah ? Le prophète de répondre : « quiconque combat pour que la Parole d’Allah subsiste la plus haute le fait dans le Sentier d’Allah ».

Le vrai martyr est celui qui n’admet point l’infériorité, quelle qu’en soit la forme, refuse l’humilité et l’humiliation et résiste à quiconque tente d’agresser ses biens. D’après Abou Horairah (qu’Allah l’agrée) : un homme vint au prophète (SBL) l’interroger : si un homme vient vouloir s’emparer de mes biens ? Le prophète de répondre : « ne le lui donne point ». S’il me combat ? réinterrogea l’homme. Le prophète de répliquer : « fais le combat avec lui ». S’il me tu ? Reprit l’homme. « Tu seras martyr »répondit le prophète. Si je le tue ? Réinterrogea l’homme. « Il sera en Enfer », répliqua le prophète (SBL).

Le vrai martyr est velu qui défend son sol, son honneur et sa patrie. Pour le vrai musulman, défendre ces chose égale défendre âme, religion et biens. la religion a besoin d’une ’patrie qui la protège. D’après Saïd Ibn Zayd (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : « qui est atteint en défense de ses biens, son honneur ou sa religion est martyr ».

Ainsi, le sens du martyr est associable au fait qu’on sacrifie son âme dans le Sentier d’Allah dans toutes les situations exigibles de défendre la religion pour élever la Parole d’Allah, du sol pour y repousser l’agression, car l’amour de partie fait partie intégrante de la religion. Heureux soit les martyrs de la bataille mémorable de la traversée, dont des purs sangs s’irrigua la terre bénie de l’Egypte. Leurs âmes s’élevèrent à Allah, Gloire à Lui, ils obtinrent Son Agreement et des délices qu’Il les promit. Nous implorons Allah de nous placer parmi les martyrs.

Le martyr dans le Sentier d’Allah, Gloire à Lui, a des grands fruits dont le fait que les martyrs sont vivants auprès de leur Seigneur, comme cité dans le Noble Coran. Allah, Gloire à Lui, dit : «Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés.  Ils sont ravis d’un bienfait d’Allah et d’une faveur, et du fait qu’Allah ne laisse pas perdre la récompense des croyants. » Certes, ils ne sont pas morts, mais plutôt des vivants pourvus des biens auprès de leur Seigneur. Ils se réjouissent de ce qu’Allah leur donne, en l’occurrence, le Paradis de l’Eternité dans lequel il y a ce qu’un œil n’a jamais vu jadis, l’oreille n’a point entendu et le cœur n’a pas imaginé. Ils se réjouissent également de leurs frères qui viennent à eux : point de tristesse, ni malheur, mais plutôt une bonne nouvelle, une grâce et des délices.

D’après DJabir Ibn Abdullah (qu’Allah l’agrée, lui rt son père) : le prophète (SBL) me croisa et me dit : « pourquoi sembles-tu triste ? ». Je dis : ô Messager d’Allah, mon père se martyrisa laissant des dettes et des mineurs. Le prophète de dore : « veux-tu que je t’informe de ce qu’a eu ton père ?’ Oui, ô prophète, répondis-je. Le prophète de reprendre : « personne ne parla à Allah, sauf de derrière un rempart. Mais Allah ressuscita ton père et le parla face-à-face, sans rempart, ni émissaire lui disant : « Mon serviteur ! souhaite et Je te donne ». Ton père dit : Mon Seigneur, je souhaite que Tu me fasse retourner à la vie pour être tué encore une fois dans Ton Sentier. Allah, Gloire à Lui, répondit : « il est inscrit préalablement dans Mon Omniscience qu’ils n’y reviendront jamais ». Ainsi, fut révélé ce verset : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus ».

Parmi les vertus des martyrs il t a six citées dans le hadith rapporté d’après Al Miqdam Ibn M’adi Kareb (qu’Allah l’agrée) : le prophète (SBL) dit : « le martyr aura six vertus auprès d’Allah : on lui absout les péchés au premier coup, il voit son siège au Paradis, il sera épargné du supplice de tombe, il sera protégé du grand effroi, on mettra sursa tête la couronne de prestige dont la perle vaut mieux que la vie entière, il épousera soixante-douze houris et il intercédera en faveur de soixante-dix de sa famille et de ses proches-parents ».

Parmi les titres honorifiques des martyrs est le fait que les anges les ombrent de leurs ailes. D’après DJabir Ibn Abdullah (qu’Allah l’agrée, lui et son père) : on apporta mon père martyr le jour d’Ouhd au prophète (SBL). Il était éventré. On le mit devant le prophète (SBL) . j’allai désirant découvrir son visage, mais ma famille m’en interdit. Le ^prophète (SBL) entendit la voix d’une criante. Il lui dit : « ne crie point, les anges l’ombrent encore de leurs ailes ».

Le martyr dans le Sentier d’Allah sera parmi le premier groupe à faire accès au paradis, sans règlement de compte, ni tourment. D’après Abdullah Ibn Amro Ibn Al ‘As (qu’Allah l’agrée, lui et son père) : j’entendis le Messager d’Allah (SBL) dire : « le Dernier-Jour, Allah, Gloire à Lui, interpellera le paradis. Il viendra muni de ses ornements et parures. Allah dira : où sont Mes serviteurs qui luttèrent, furent tués, subirent de la nuisance et firent le djihad dans Mon Sentier ? Accédez donc au Paradis.ils y entreront sans règlement de compte, ni châtiment. Les anges viendront dire : ô notre Seigneur ! Bous Te glorifions et sacralisions jour et nuit. Qui sont ceux qui Tu préfères à nous ? Allah, Gloire à Lui, dira : « ce sont ceux qui combattirent et subirent de la nuisance dans Mon Sentier. Donc, les anges leur entreront de toute porte leur disant : salut à vous, c’est en raison de votre persévérance qui vous trouvez la meilleure demeure ».

Les martyrs séjourneront la meilleure demeure, à savoir, le paradis. D’après Samrah Ibn DJondob (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : « j’ai fait songe la veille : deux hommes sont venus l’emmener vers un arbre pour me faire entrer une demeure que je ne vis pas avant de pareille. On m’a informé que c’est bien la demeure des martyrs ».

C’est en raison de toutes ces vertus que le martyr souhaite revenir à la vie d’ici-bas pour être tué encore une fois dans le Sentier d’Allah. D’après Anas (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : «pour les résidents du paradis, personne ne souhaite revenir à l’ici-bas pour exécuter une affaire, sauf le martyr qui souhaite y revenir pour être tué dix fois, à force de la vertu du martyr qu’il trouve dans le paradis ».

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Pour réaliser les grandes visées et les sublimes finalités dans cette vie il faut des grands sacrifices. Certes, la sublimité des buts et la noblesse des visées exigent des immenses sacrifices. C’est bien le cas de tout ce qui sacrifie pour sa religion et sa patrie.

Vis-à-vis de notre patrie et de notre religion exige que nous cherchions sérieusement et solidairement à défendre sa sécurité et la protéger contre tout agresseur et tout danger. Il faut lui être des bons gardiens bien éveillés, de travailler ensemble pour repousser quiconque pense à oser d’attaquer notre pays. Chacun de nous doit déployer des efforts dans le cadre de son possible et de ses responsabilités.

 Soyons heureux donc de nos gaillards soldats qio se sont engagés du pacte d’Allah, Gloire à Lui, ont observé leur engagement vis-à-vis d’Allah et ont pu, d’une bonne volonté et d’une foi ferme, emmener notre chère Egypte vers la construction. J’adresse mes salutations aux braves forces armées à l’occasion de leur jour de victoire.

Nous devons jouer également un autre rôle. Il faut nous élancer vers le développement, le bien-être, le travail et la production. Ainsi, on prouve au monde entier que ceux qui ont traversé la ligne de Parlev et envahi les forteresses de feu ce jour-là, ont des descendants capables de surmonter toutes les difficultés pour réaliser paix, sécurité, développement et bien-être, si Allah le veut. Il faut faire un seul rang compact derrière notre sage leadership politique, nos braves forces armées, notre police nationale et toutes les instances étatiques.

O Allah, préserve l’Egypte et ses habitants, maintiens à elle le bienfait de la sécurité et de la paix. Accorde lui une abondance de subsistance et un bien être.

Le danger des rumeurs et de la falsification de la conscience

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture. Afin qu’Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui leur suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

Le conflit entre ke vrai et le faux est aussi ancien que l’humanité même. Il durera jusqu’au jour om Allah héritera la terre et tout ce qui est sur elle. Le moyen le plus connu des gens du faux dans leur conflit cintre ceux du vrai est le fait de forger et répandre les rumeurs.

Sans doute, le mot est une grande responsabilité à assumer honnêtement, soit s’agit d’un mot à lire, à écouter ou à regarder. La rumeur n’est autre qu’un mot à propager, émané de celui dont le cœur est malsain ou par une instnce ou organisation des puissances du mal qui travaillent en cachette. Une telle rumeur ne tarde pas à se répandre sur les langues qui la transmettent et la répètent sans s’en assurer. Par conséquent, elle exerce son influence sur les raisons et âmes et diffuse les idées destructrices et les croyances pourries, d’où la société vivrait le doute et le scepticisme jour et nuit. Ainsi, se dissiperait la sécurité, se diminuerait la confiance entre les gens, à tel point de se trouver en présence d’une communauté qui devrait être comme un corps compact, alors qu’effectivement, ses membres démentissent les uns les autres et les premiers prennent les derniers pour traitres. C’est pourquoi le prophète (SBL) dit : « il suffit à l’homme pour mensonge de transmettre tout ce qu’il écoute ». Une tele attitude fait partie du mensonge duquel l’homme sera violement châtié dans l’au-delà. Comment serait donc le cas de celui qui transmet ce qu’il ne voit, ni n’écoute point !

L’Islam prit une attitude ferme vis-à-vis des rumeurs et ceux qui les propagent en les considérant une allure à l’encontre des bonnes moralités et des sublimes valeurs apportées par la Charia islamique. Il exhorte ses adeptes de préserver leurs langues de se livrer à ce qui excite la sédition et crée les troubles dans la société. Il les ordonne de dire vrai, de bien immuniser leur parole et de s’assurer de tout ce qu’ils écoutent, ce pour éviter d’être à l’origine de la diffusion de séditions, de la corruption de la société et de la déformation des honneurs. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : «Ô vous qui croyez! Craignez Allah et soyez avec les véridiques », « Il ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’inscrire » et « Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le coeur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. ». Dans le hadith rapporté par Mo’àz Ibn DJabal (qu’Allah l’agrée), après avoir lui montré les obligations de l’islam et les bonnes actions le prophète (SBL) lu dit : « si tu le veux, je t’oriente le pilier, le bien-fondé et la sommité de toute l’affaire ». Mo’àz de répondre : mais oui, ô Messager d’Allah ! Le prophète de reprendre : « le pilier en est l’Islam, son bien-fondé est la salat et la sommité en est le djihad dans le Sentier d’Allah. Veux-tu que je t’informe de la clé de tout cela ? » Mo’àz de répondre : de quoi s’agit-il, ô Messager d’Allah ? Le prophète toucha sa langue de son doigt. Je dis : ô Messager d’Allah ! Serions-nous tenus par ce que disent nos langues ? Il dit : « que ta mère te perte ! les gens seront-ils jetés dans l’Enfer qu’à cause de ce que disent leurs langues ? »

Propager et diffuser les rumeurs est l’action des hypocrites, via laquelle ils cherchent à réaliser leurs buts et visées : ébranler la sécurité et la stabilité, cibler l’union de la patrie, en affaiblir l’économie, en ébranler la sécurité et propager l’esprit du désespoir t de pessimisme aux âmes des citoyens en général, surtout des jeunes gens. Le Noble Coran les qualifie des alarmistes, car cete attitude signifie le fait de se livrer aux fausses informations et séditions susceptibles de de causer des grandes troubles dans la société. Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au coeur, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t’inciterons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage. »

Les rumeurs font parties des armes de guerre desquelles même le prophète (SBL) ne fut pas épargné. Les polythéistes le combattirent par propager contre lui les rumeurs pour cibler son appel et déformer sa religion. Ils propagèrent que le prophète (SBL) est sorcier. Allah, Gloire à Lui, dit : « et les mécréants dirent : c’est un sorcier menteur ». Ils prétendirent également qu’il est poète et aliéné. Allah, Gloire à Lui, dit : « et ils dirent : abandonnons-nous nos divinités pour un poète aliéné ». Parfois, ils propageaient que le prophète (SBL) est un devin. Allah rétorqua leur mensonge par dire : « que ceci [le Coran] est la parole d’un noble Messager, et que ce n’est pas la parole d’un poète ; mais vous ne croyez que très peu, ni la parole d’un devin, mais vous vous rappelez bien peu. C’est une révélation du Seigneur de l’Univers.. »

Le jour d’Ouhd les polythéistes ont répandu faussement le meurtre du prophète (SBL) dans le but de diviser les rangs des musulmans et d’affaiblir leur puissance. Certains musulmans fuirent, d’autres laissèrent les armes et certains d’autres restèrent fermes à côté du prophète (SBL).

Le jour de Hamraà Al Assad, les polythéistes propagèrent faussement que Qoraïche forma une grande armée pour envahir Médine et combattre le Prophète (SBL) et ses compagnons. les musulmans se tinrent fermes sans subir aucunement l’influence des rumeurs. Ainsi, Allah leur rendit hommage par dire : « Certes ceux auxquels l’on disait: ‹Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les› – cela accrut leur foi – et ils dirent: ‹Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant›. Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d’Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d’une grâce immense. »

Le jour de Honein, on propagea faussement que le prophète (SBL) fut tué. Il réagit à cete rumeur en disant : « je suis le prophète sans mensonge aucun, je suis le descendant d’Abdel Motaleb ».

Répéter et propager les rumeurs représentent un danger persistant connu par tout doué de raison, dont prendre pour licites les sangs, biens et honneurs, troubler la vie parmi d’autres. La bonne preuve en est l’assassinat du calife bien-guidé Othman Ibn Affan (qu’Allah l’agrée). Les criminels l’assiégèrent à cause des alarmes et rumeurs lancés par le juif Abdullah Ibn Saba. Ils allèrent plus loin en l’empêchant de boire de l’eau, alors que c’est lui qui acheta le puis Roma de ses propres biens. D’après Naïlah, épouse d’Otjman ‘qu’Allah l’agrée) :   le jour où Othman fut tué, il observait le jeûne. A l’heure de la rupture de jeûne, il demanda aux assiégeants de lui donner de l’eau douce, mais ils le refusèrent. Ainsi, il dormit sans rompre le jeûne. Au dernier tiers de la nuit, je demandai à mes voisins de me donner de l’eau douce, ils m’en donnèrent une coupe. Je vins à Othman, le fit bouger et il se réveilla. Je lui dis : c’est de l’eau douce. Il vit la lueur de l’aube et dit : j’observe ce jour le jeûne. Le Messager d’Allah (SBL) me regarda de ce plafond, il portait de ‘eau douce et me dit : « ô Othman, bois ! » Je bus jusqu’à ce que je me désaltère complétement. Il me dit : « bois encore ». Je bus jusqu’à sois rassasié. Puis, il me dis : « les assiégeants se multiplieront autour de toi. Si tu les combats, tu remporteras la victoire. Si tu renonces à le faire, tu prendras ton repas chez nous ». A ce jour, ils entrèrent le tuer.

A notre époque, plusieurs données changent. Cette industrie pourrie prend des diverses formes vu les grandes évolutions que vit le monde en moyens de communication et en technologie. Par conséquent, la rumeur est devenue plus répandue, plus rapide et plus influente. Elle ‘est tenue l’une des armes  de la guerre qui n’est plus monodimensionnelle, c’est-à-dire qu’elle n’est plus purement militaire, ni purement sécuritaire. Elle est purement informationnelle dans le concept traditionnel des systèmes des GIS. Les styles des guerres ont changé du point de vue de la méthodologie de se servir des rumeurs et de la falsification de la conscience qui est devenue un matière à enseigner, à entrainer de la part des côtés suspects. Pour cet objectif, on embauche les garnisons électroniques tout en se servant des moyens d’assignement, de pression à la fois politique, économique et psychologique les plus durs. On y ajoute les tentatives acharnées d’exciter et provoquer les peuples contre leurs dirigeants, déformer les symboles et acquis nationaux, mettre en cause et sous-estimer tous les achèvements, la coalisation des groupes et puissances terroristes, les essais de s’infiltrer aux institutions, provoquer n’importe quel racisme susceptible de mener à la désunion via tout moyen bien examiné et sans précédent. On y ajoute le fonctionnement bien éprouvé de l’information, le recrutement de certains ou bien nombreux moyens modernes de communication, jouer sur le rythme des besoins urgents que beaucoup de gens ne peuvent point supporter. On cherche également à briser la volonté des peuples, mettre à l’épreuve le prestige des gouverneurs, mettre en doute les savants, penseurs et intellectuels nationaux, soutenir leurs adversaires, lancer des messages de menace tantôt implicite, tantôt explicite aux engagés de leurs principes et fidèles à leurs patries, ce par mettre en relief le destin de ceux qui ne partent pas avec leur caravane, ne se rangent pas à leur plan vicieux, ni lèvent pas le drapeau et ne fait pas incliner ceux qui sont derrière lui. Certes, l’endurance en face de tous ces vogues durs exige une croyance et un patriotisme si fermes, ainsi qu’une confiance illimitée en Allah. Certains pourraient, par sa participation aux informations, statistiques et récits sans s’en assurer de l’authenticité. Ainsi, ceux-ci contribuent à diffuser et exciter les rumeurs. Parfois un faux mot sans aucune base de vérité, lancé, écrit ou participé par un serviteur, arriverait aux quatre coins du monde et lui serait la cause du châtiment le Dernier-Jour. Notre prophète (SBL) dit : « le serviteur pourrait lancer un mot qui satisfait à Allah, sans y rendre compte, donc Allah l’élève par lequel des dégrées. Il pourrait lancer un mot qui encoure la Colère d’Allah sans y rendre compte, donc, il serait jeté avec lequel à Jehanne en profondeur égale au temps de soixante-dix ans ». (Sahih d’Al Bokhari).

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

L’Islam établit une bonne méthode pour prévenir la société contre les rumeurs dont les plus importants aspects sont :

  • Il faut vérifier les informations et se patienter avant de procéder à les diffuser dans la société. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait. ». Le prophète (SBL) dit : « se ralentir s’accorde aux Ordres d’Allah, alors que se hâter est une tentation satanique » et «il est mieux de se ralentir en toute affaire, exception est faite pour l’action pour l’au-delà ».
  • Eviter de répéter la rumeur par n’importe quel moyen, lu, auditif ou visuel, sinon, on risque de contribuer ç répandre les rumeurs qui e répandent automatiquement en présence des langues qui les transmettent et des oreilles qui les écoutent, ainsi que des âmes qui les croient. Allah, Gloire à Lui, dit : «quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous n’aviez aucun savoir ; et vous le comptiez comme insignifiant alors qu’auprès d’Allah cela est énorme. » Le prophète (SBL) dit : « quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il s’entretienne généreusement avec son voisin, quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il s’entretienne généreusement avec son visiteur, quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il dise bien ou se taise ».
  • La nécessité de la solidarité sociale et la prévalence de la bonne foi lorsqu’on écoute les rumeurs sans se hâter à lancer des accusations. Allah, Gloire à Lui, dit : « Pourquoi, lorsque vous l’avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes n’ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n’ont-ils pas dit : ‹C’est une calomnie évidente ? › ». Le musulman est ordonné d’avoir la bonne conjecture et d’interpréter favorablement ce qu’émanent les autres. La mauvaise conjecture conduit aux troubles de la vie et répand l’adversité entre les gens. Le prophète (SBL) mit en garde contre cette attitude en disant : « évitez la mauvaise conjecture, car la conjecture est la plus fausse information. Ne poursuivez point les nouvelles, ni espionnez pas, ne vous enviez pas les uns les autres, ne vous tournez point les dos les uns aux autres, ne vous lancez pas à l’animosité et soyez frères, ô serviteurs d’Allah ! ».
  • Faire recours aux spécialistes et experts pour clarifier les réalités, sans se précipiter à juger les informations. Qualifiant les hypocrites, Allah, Gloire à Lui, dit : « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été le grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques- uns ». Ils étaient à l’affût de la stabilité et de la sécurité de la société de Médine. lorsqu’ils entendaient une information relative à la paix ou la peur des musulmans, ils la diffusaient dans le but de répandre l’effroi et les troubles.

Il faut donc que tout croyant jaloux pour sa religion, fidèle à sa patrie, faire-face à des telles rumeurs par les démentir. Le prophète (SBL) dit : « quiconque défend l’honneur de son confrère, Allah repoussera le Feu de son visage le Dernier-Jour ». Il faut connaitre qu’on sera interrogé le Dernier-Jour, de ce qu’on dit, devant Allah, Gloire à Lui.

Il faut connaitre que nos ennemis se servent des guerres de la quatrième et de la cinquième génération, de la guerre de rumeurs, de la déformation des achèvements et des figures symboliques nationales et des tentatives de cibler tout ce qui est national, pour outils de faire échouer, déchoir et ébranler l’Etat afin de réaliser leurs visées.  Il faut apercevoir qu’on est en présence d’une guerre atroce forgée contre nous, dont le combustible est les rumeurs. Il faut vérifier et s’assurer pour ne pas tomber dans les pièges de nos adversaires. Il faut avoir de la confiance en nous-mêmes, notre armée et notre police. Il faut éviter de prêter nos oreilles aux ennemis de la patrie, qui veillent à nous cibler, viser notre moral, cherchent à nous décevoir par répandre parmi nous le désespoir.  Cela nous exige d’immuniser notre jeune génération et notre société via la conscience de patries et de tenir au compte les enjeux que nous confrontent tout en essayant de les résoudre.

O Allah, améliore nos moralités, préserve notre Egypte, oriente-nous vers ce que Tu aimes et agrées et protège l’Egypte et ses habitants contre tout mal et tout malheur.

Les aspects de l’arrogance, de l’orgueil et du fait de repousser du Sentier d’Allah

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «J’écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s’enflent d’orgueil sur terre. Même s’ils voyaient tous les miracles, ils n’y croiraient pas. Et s’ils voient le bon sentier, ils ne le prennent pas comme sentier. Mais s’ils voient le sentier de l’erreur, ils le prennent comme sentier. C’est qu’en vérité ils traitent de mensonges Nos preuves et ils ne leur accordaient aucune attention…» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui leur suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

La conséquence qui attend les orgueilleux est malheureux aussi bien dans l’ici-bas que dans l’au-delà, soit s’agit-il des invendus ou des nations. La perte des nations et cités qui s’enfilent d’orgueil et se livrent à l’arrogance est une tradition divine constante qui ne subit ni altération, ni changement. Le Vrai Dieu, Gloire à Lui, dit : « Quant aux Aad, ils s’enflèrent d’orgueil sur terre injustement, et dirent : « Qui est plus fort que nous ? » Quoi ! N’ont-ils pas vu qu’en vérité Allah qui les a créés est plus fort qu’eux ? Et ils reniaient Nos signes. Nous déchaînâmes contre eux un vent violent et glacial en des jours néfastes, afin de leur faire goûter le châtiment de l’ignominie dans la vie présente. Le châtiment de l’au-delà cependant est plus ignominieux encore, et ils ne seront pas secourus. » Allah, Gloire à Lui, dit également : « Que de cités ont refusé avec insolence le commandement de leur Seigneur et de Ses messagers ! Nous leur en demandâmes compte avec sévérité, et les châtiâmes d’un châtiment inouï. Elles goûtèrent donc la conséquence de leur comportement. Et le résultat final de leurs actions fut [leur] perdition. »

L’orgueil était le premier péché et la première désobéissance à Allah, Exalté Soit-Il, lorsqu’Il ordonna aux anges de s’incliner devant Adam, ceux-ci le firent sauf Iblis (Diable). Allah, Gloire à Lui, dit : « Et lorsque Nous demandâmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent à l’exception d’Iblis qui refusa, s’enfla d’orgueil et fut parmi les mécréants ».

Les orgueilleux sont reconnus dans l’au-delà par leurs mauvaises caractéristiques tant qu’ils en sont reconnus dans l’ici-bas. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et les gens d’al-Araf, appelant certains hommes qu’ils reconnaîtront par leurs traits caractéristiques, diront : ‹Vous n’avez tiré aucun profit de tout ce que vous aviez amassé et de l’orgueil dont vous étiez enflés ! » C’est ainsi que l’Islam mit en garde contre la conséquence de l’orgueil en le faisant l’une des voies qui chassent de la Miséricorde d’Allah et Il menace les orgueilleux du châtiment douloureux en disant : « Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s’en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n’entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l’aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels. » Et «Et au Jour de la Résurrection, tu verras les visages de ceux qui mentaient sur Allah, assombris. N’est-ce pas dans l’Enfer qu’il y aura une demeure pour les orgueilleux ? » Le prophète (SBL) dit : « le Paradis et l’Enfer se livrèrent en débat. L’Enfer dit : en moi, il y a les cruels et orgueilleux. Le Paradis dit : dans oi il ya les chétifs et pauvres. Allah trancha entre eux en disant : toi, tu es Mon Paradis, c’est par toi que Je prends dans Ma Miséricorde qui Je veux, et toi, tu es Mon Enfer, dans toi Je châtie qui Je veux. » Le prophète dit également : « voulez-vous que je vous indique les gens de l’Enfer ? Eh bien ! Il s’agit de tout hautain orgueilleux ».

Sans doute, l’orgueil est une attitude qui habite le cœur malsain. On pourrait trouver un homme si indigent, dépourvu de fortune, mais orgueilleux en même temps. On pourrait trouver un richard qui est aussi des gens qui éprouvent de la modestie. Le prophète (SBL) dit : « n’entrera point dans le Paradis quiconque a dans un son comme une graine de moutarde d’orgueil. Un homme interrogea : ô prophète ! L’un de nous aime bien porter des bons habits et souliers ? Le prophète de répondre : Allah est Beau Qui aime la beauté, mais l’orgueil est de dissimuler le vrai et de mépriser les gens ». L’orgueil est l’une des maladies dangereuses à la fois psychologiques et sociales, qui écrasent l’âme et détruisent la société. L’orgueilleux est trompé de soi-même, qui se croit au-dessus des autres. Allah, Gloire à Lui, dit : « dans leurs cœurs, il n’y a que de l’orgueil qu’ils n’atteindront point ».

L’orgueil réside au cœur, mais il a des manifestations qui se dévoilent dans la conduite et les comportements. On en cite : le fait de s’attacher au péché avec arrogance et de refuser de se soumettre au vrai. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et quand on lui dit : ‹Redoute Allah›, l’orgueil criminel s’empare de lui, l’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes ! ». L’orgueilleux s’incite avec son orgueilleux et son arrogance détestés à rejeter le vrai. L’appeler au vrai ne fait qu’accroitre son orgueil et son arrogance ; par-là, il s’expose à la perte. Allah, Gloire à Lui, dit : «l’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes ! ». Il y a ceux qui s’enfile d’orgueil contre l’ordre du prophète (SBL), par conséquent, il reçoit la punition de son opiniâtreté. D’après Iyas Ibn Salamah Ibn Al ‘Aqwaà (qu’Allah l’agrée), son père lui a rapporté qu’un homme mangeait de sa main gauche chez le prophète (SBL). Le prophète l’ordonna de manger de sa main droite. L’homme répondit qu’il ne saurait pas le faire. Le prophète de répliquer : « que ne le puisse pas !, C’est l’orgueil qui l’empêcha de me suivre ». Ainsi, l’homme ne put point lever sa main droite à sa bouche.

On cite parmi les aspects de l’orgueil le fait de s’adresser aux gens d’une joue maussade, de se tourner le visage pour ne pas les regarder par arrogance. Allah, sur la langue de Luqman qui conseillait son fils, interdit cette attitude en disant : « Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole ». On en cite également le fait de fouler la terre avec arrogance. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et ne foule pas la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes ! Ce qui est mauvais en tout cela est détesté de ton Seigneur ». On en cite également le fait de s’enfiler d’orgueil par la fortune et les Bienfaits accordés par Allah, Gloire à Lui. Le prophète (SBL) dit : « un homme de ceux qui étaient parmi eux, sortit s’enorgueillir dans un habit. Allah ordonna donc la terre de l’engloutir. Il s’enfonce là-dedans jusqu’au Dernier-Jour ». Cet orgueil pourrait se faire également par les meubles luxes, les voitures très chères et la possession des palais à titre d’ostentation entre autres délices de la vie. L’orgueilleux cherche aussi de ne point s’asseoir avec les pauvres et chétifs par arrogance et mépris. C’était bien l’attitude des mécréants vis-à-vis des compagnons pauvres comme Salman, Bilal, Soheib entre autres. Ils dirent au prophète : chasse de chez toi ces gens, sinon, ils pourraient oser à nous contredire. Allah, Gloire à Lui, révéla : « Et ne repousse pas ceux qui, matin et soir, implorent leur Seigneur, cherchant Sa Face ‹Wajh›. ». Parmi les formes d’orgueil vis-à-vis des pauvres est le fait d’organiser des festins tout en restreignant l’invitation aux riches, excluant les pauvres par mépris. Abou Horairah (qu’Allah l’agrée) dit : pire soit le manger de festin auquel sont invités les riches et duquel sont exclus les pauvres. On cite parmi les aspects de l’orgueil le fait de ne pas adresser la salutation par mépris de ce qu’on croit inférieur. Le prophète (SBL) adressait la salutation aussi bien aux mineurs qu’aux majeurs. Dans le hadith : « passant par des jeunes, le prophète (SBL) leur adressa les salutations. »

 On en cite aussi l’animosité acharné et perverse. Il est unanimement connu qu’il est interdit au musulman de couper avec son frère pour plus de trois jours, sinon, il y aurait l’abandon, la nuisance, la corruption et le châtiment dans l’au-delà. Le prophète (SBL) dit : « quiconque coupe avec son frère pour plus de trois jours, sera dans l’Enfer, à moins qu’Allah ne le sauva par Son Honorabilité », «il est interdit au musulman d’abandonner son frère pour plus de trois ans ; ils se croisent, l’un se détourne, l’autre de même, le meilleur d’entre eux est celui qui adresse le premier le salut » et « i y a quatre attributs qui, lorsqu’ils sont réunis chez quelqu’un, celui-ci est donc un pur hypocrite. Si un de ces attributs se trouve chez quelqu’un, ce dernier a donc un des attributs de l’hypocrisie : confié, il trahit, lorsqu’il parle, il ment, lorsqu’il s’engage, il manque à son engagement et lorsqu’il se livre à l’adversité, il s’y acharne ».

L’orgueil et l’arrogance étaient à l’origine de l’abstinence des polythéistes de se convertir à l’Islam ou de dire : point de divinité en dehors d’Allah. Allah, Gloire à Lui, dit : « certes, lorsqu’on leur dit : point de divinité en dehors d’Allah, ils s’en grouillaient ». Ils s’entêtaient de suivre une autre religion que celle des aïeux et ancêtres. C’est en raison de l’orgueil que les juifs refusèrent de suivre le prophète (SBL) connaissant quand même la véridicité de son prophétat. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ceux à qui nous avons donné le Livre, le reconnaissent comme ils reconnaissent leurs enfants. Or une partie d’entre eux cache la vérité, alors qu’ils la savent ! » C’est également l’orgueil qui poussa les enfants d’Israël de démentir leurs prophètes et d’en tuer certains. Allah, Gloire à Lui, dit : « Est-ce qu’à chaque fois, qu’un Messager vous apportait des vérités contraires à vos souhaits vous vous enfliez d’orgueil? Vous traitiez les uns d’imposteurs et vous tuiez les autres. »

Certes, l’orgueil était à l’origine de la mécréance des nations antérieures. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit au sujet de Noé : « . Et chaque fois que je les ai appelés pour que Tu leur pardonnes, ils ont mis leurs doigts dans leurs oreilles, se sont enveloppés de leurs vêtements, se sont entêtés et se sont montrés extrêmement orgueilleux. » Pour le peuple de Hud, Il dit : «Quant aux Aad, ils s’enflèrent d’orgueil sur terre injustement, et dirent : « Qui est plus fort que nous ? » Du peuple de Saleh, Allah, Gloire à Lui, dit : « Les notables de son peuple qui s’enflaient d’orgueil dirent aux opprimés, à ceux d’entre eux qui avaient la foi: ‹Savez-vous si Saleh est envoyé de la part de son Seigneur?  » Ils dirent : ‹Oui, nous sommes croyants à son message›.  Ceux qui s’enflaient d’orgueil dirent : ‹Nous, nous ne croyons certainement pas en ce que vous avez cru›. ». Parlant du peuple de Choïb, Allah dit : «Les notables de son peuple qui s’enflaient d’orgueil, dirent : ‹Nous t’expulserons certes de notre cité, ò Chuaïb, toi et ceux qui ont cru avec toi. Ou que vous reveniez à notre religion. ». Ce fut bien la fin de toute nation qui rejeta par orgueil, l’Ordre d’Allah, Exalté Soit-Il : la perte et la destruction, quelle mauvaise fin et quel malheureux destin.

Quiconque est atteint de cette maladie grave est de chercher à remédier à son cœur par bien connaitre son statut. Il doit contempler l’origine de son existence de la terre après le néant, puis d’une goutte de sperme, d’une adhérence, d’un morceau de chair, ensuite, il est devenu une chose connu après le néant. Le serviteur orgueilleux doit connaitre que le Dernier-Jour, il aura diminué son prestige. Quiconque veut outrepasser les créatures d’Allah, il sera rassemblé le plus inférieur le Dernier-Jour. Le prophète (SBL) dit : « les orgueilleux seront le Dernier-Jour, comme les atomes sous forme des hommes, ils seront entourés de tous les côtés par l’humiliation ». Allah, Gloire à Lui, dit : «Cette Demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne recherchent, ni à s’élever sur terre, ni à y semer ma corruption. Cependant, l’heureuse fin appartient aux pieux. »

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Parmi les aspects de repousser du Sentier d’Allah, Gloire à Lui, est cette contradiction entre les dires et les actes. On y ajoute le fait de prétendre l’idéalisme et le pacifisme de la part de ceux qui mettent l’accent sur la forme en se désintéressant du fond et donnant prévalence aux apparences au détriment de l’essence, même si ceux-ci ne sont humanitairement, ni moralement, à la hauteur de devenir des modèles à suivre. Celui dont l’apparence formelle ne s’accorde pas du point de vue comportemental aux préceptes de l’islam, se tient l’un des facteurs destructeurs qui repoussent de la religion d’Allah, Gloire à Lui.  A des telles personnes s’applique le hadith prophétique : « parmi vous il y a des repousseurs ».

Si l’homme a une apparence de religieux, mais il a des mauvais entretiens, du mensonge, de la trahison, de la traitrise, de consommer illicitement les biens des gens, donc, cette personne est du nombre des hypocrites. C’est bien le cas des groupes égarés qui manipulent de la religion d’Allah, Gloire à Lui, bien qu’ils soient les grands protecteurs du terrorisme et ses souteneurs. Les responsables de ces groupes cherchent à déchoir les Etats et les affaiblir, ce qui leur faciliterait, d’après ce qu’ils croient, d’arriver au pouvoir dans ces pays. Ils se servent pour cet objectif, de tous les moyens et prennent pour licites tous les procédés.

Pareilles à des telles personnes ce qui limite la religiosité dans le chapitre des actes cultuels et s’efforce à les accomplir, malgré sa mauvaise compréhension de la religion, l’excès en excommunication, porter de l’arme sur les gens. Cela était la conduite des kharijites qui étaient les plus réguliers et assidus en prières, jeûne, et autres. Mais ils ne s’intéressaient pas parfaitement de la science légale qui pourrait les freiner d’effuser les sangs. S’ils cherchaient la science, ils n’auraient pas porté l’arme sur les gens. L’islam est la religion de la Miséricorde dans le sens plein du terme. Tout ce qui éloigne de la Miséricorde, repousse de l’Islam. L’essence est la bonne conduite et non pas le verbal. On dit : la conduite d’un homme parmi mille hommes vaut mieux que le dire des mille hommes adressé à un seul homme.

O Allah, montre-nous le vrai et aide-nous à le suivre. Indique-nous le faux et aide-nous à l’abandonner.

Le devoir de l’enseignant et de l’apprenti

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allah est parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.
.» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

Nous accueillions si prochainement une nouvelle année scolaire que nous la souhaitons une année de sérosité, d’effort et de prospérité à tous nos enfants. Sans aucun doute, l’Islam accorde une grande priorité et une attention particulière à la science en tant qu’animation de cœurs et lanterne de regards. La science élève son auteur aux rangs les plus sublimes des vertueux aussi bien dans l’ici-bas que dans l’au-delà. C’est grâce à la science qu’on observe les liens de parenté et qu’on connaisse le licite et l’illicite. Avec laquelle Allah élève des peuples et en fait les chefs et dirigeants du bien dont les traces sont poursuivies et les actes sont assimilés. Allah, Gloire à Lui, dit : « dis : sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent point ? »

Le soin qu’accorde l’Islam à la science et son exhortation à elle, apparurent lors de prémices de a Noble Révélation. Allah, Gloire à Lui, dit : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,
qui a créé l’homme d’une adhérence. . Lis! Ton Seigneur est le Très Noble,  qui a enseigné par la plume [le calame], a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas ». La première révélation fut donc un Ordre de lire, la lecture est la première porte de la science. Puis, on fait allusion à la plume qui est l’outil de la documentation et de la transmission du savoir. Cela se tient une démonstration à l’humanité entière de la vertu de la science et une exhortation à l’acquérir.

La science occupe une bonne position, les gens de science ont la place qu’ils méritent. Sans la science et les savants les gens s’égarent. La science est une lumière grâce à laquelle les savantes voient clair les réalités de choses. Les savants parmi les gens sont pareils aux astres au ciel, par eux, les gens trouvent de la guidée. Allah, Gloire à Lui, dit : « Celui qui sait que ce qui t’est révélé de la part de ton Seigneur est la vérité, est-il semblable à l’aveugle ? Seuls les gens doués d’intelligence réfléchissent bien, »

Il apparait que dans ce verset, a subdivisé les gens en : savant et aveugle. Il met la science contre la cécité. La vue ici est celle de la science et du savoir et non pas celle du regard. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : «Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais, ce sont les cœurs dans les poitrines qui s’aveuglent. » Ainsi, le Noble Coran éleva de l’importance de la science en la qualifiant de l’autorité, en disant : « Ceux qui discutent les prodiges d’Allah sans qu’aucune preuve ne leur soit venue, [leur action] est grandement haïssable auprès d’Allah et auprès de ceux qui croient. Ainsi Allah scelle-t-Il le cœur de tout orgueilleux tyran ». Le prophète (SBL) la place et la vertu de la science en disant : «quiconque emprunte une voie en quête de savoir, Allah lui trace une voie vers le Paradis. Les anges mettent leurs ailes sur celui qui demande de la science. Implorent le pardon en faveur de l’étudiant ceux qui sont aux cieux et sur la terre, y compris les poissons dans l’eau. La vertu du savant sur l’ignorant est pareille à celle de la lune sur les astres. Les savants sont les héritiers des prophètes qui n’ont laissé ni dinar, ni dirham. Ils laissèrent plutôt la science ; quiconque en puise, il prend une bonne proportion. » D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) : le prophète (SBL) me dit : « ô Abou Dhar ! Il te vaut mieux d’aller apprendre un verset coranique que de faire cent unités de prière surérogatoire. Il te vaut mieux aussi d’apprendre un chapitre de science –soit tu l’appliques ou non- que de faire mille unités de prière surérogatoire ».

L’Imam Ali (qu’Allah l’agrée) dit : « la science est meilleure que l’argent. Elle te garde alors que tu gardes l’argent. La science gouverne alors que l’argent est gouverné. C’est avec la dépense que l’argent diminue, alors que la science s’accroit avec la dépense ».

La science a des bonnes moralités et une sublime déontologie desquelles étudiant et instituteur doivent s’engager. On en cite : la dévotion entière envers Allah, Gloire à Lui. Les deux doivent chercher avec la science le Visage d’Allah, Gloire à Lui, et de se mettre en garde contre l’ostentation et l’arrogance. La science a un plaisir qui, lorsqu’il s’empare de l’âme de l’homme, il se penche vers la parade, la renommée et le désir de se mettre à l’avant-garde. Cela pourrait influencer sur sa conduite, où il se considère au-dessus des gens. Notre prophète (SBL) mit en garde contre cette attitude en disant : « quiconque cherche la science pour discuter avec laquelle les insensés ou défier les savants ou bien pour attirer l’attention des gens vers lui, qu’il cherche donc son siège dans l’Enfer ». On en cite également le fait d’éprouver de la modestie. Malek écrit à Al Rachid : « lorsque tu apprends une science, il faut que la perception, l’allure, la modestie et la mansuétude de celle-ci se voient dans tes comportements ». Omar (qu’Allah l’agrée) dit : « apprenez la science, apprenez pour elle la sérénité et le respect et éprouvez de la modestie envers ce de qui vous apprenez ». La science ne pourrait pas aller de pair avec l’arrogance, ni avec de la désobéissance. Elle s’acquiert plutôt avec la demande et s’accroit avec de la piété. Le Vrai Dieu, Gloire à Lui, dit : « ayez de la piété envers Allah et donc Allah vous fera apprendre. Allah est Omniscient ».  Un dicton dit : « quiconque se comporte en fonction de ce qu’il sait, Allah le fera hériter les sciences qu’il ne connaissait plus encore ». L’œuvre est une condition pour acquérir de la science providentielle. Pour l’affaire du vertueux serviteur, citée dans la Sourate la Caverne, Allah, Gloire à Lui, dit : « Ils trouvèrent l’un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous ». Il dit également : « Nous le fîmes donc comprendre à Salomon, à tous les deux Nous accordâmes arbitrage et science ». Pour Yahia (salut sur lui) Allah, Gloire à Lui, dit : « ô Yahia ! Tiens fermement l’écrit et Nous lui donnâmes la sagesse à jeune âge. De Notre part, Nous lui donnâmes une affection, une intelligence et il était pieux ». D’après les anges, Allah, Exalté Soit-Il, dit : « Gloire à Toi, nous n’avons d’autre science en dehors de ce que Tu nous fis apprendre ».

On cite également le fait de se distinguer par le respect. La science a son prestige, sa mine et sa grandeur ; l’indice en est la bonne mine du savant, la propreté, le fait de se parfumer et de s’éloigner des séances futiles et absurdes. Le prophète (SBL) dit : «la bonne guidée, la bonne mine et l’économie font une des vingt-cinq partie du prophétat ».

La savant pour l’interrogeant est comme le médecin pour le malade. Il doit le traiter d’une affection et lui orienter la bonne voie. D’après Muawiya Ibn Al Hakam : pendant que je faisais la prière avec le prophète (SBL), un homme toussa. Je lui dis : qu’Allah t’agrée en Sa Miséricorde. Les prieurs me lancèrent un mauvais regard. Je dis : ô malheur à ma mère ! Pourquoi me regardez-vous ainsi ? Ils se livrèrent à se battre les hanches avec les mains. Réalisant qu’ils voulaient me faire taire, je me tus. Lorsque le prophète termina la prière –je lui sacrifie mes père et mère, je ne trouvai aucun instituteur mieux que lui. Il ne me gronda pas, ni me battit, ni m’insulta ».

Il y a un ensemble de bienséances desquelles l’étudiant doit s’engager.

D’abord, il doit se soucier régulièrement d’apprendre inlassablement, ç tel point de ne gaspiller point son temps dans des futilités. On dit : la science ne te donne un peu d’elle à moins que tu lui donne ton tout. Interrogé comment est ton désir pour le savoir ? Ach-Chafïe répondit : j’écoute le mot pour la première fois, mes membres souhaitent donc avoir de l’ouïe autant que les oreilles pour en jour. On lui interrogea : comme soucie-toi de connaitre ? Il répondit : c’est autant que l’amateur de l’argent se soucie pour amasser les biens. Comment la cherches-tu ? On réinterrogea. Il dit : c’est autant qu’une femme qui cherche son enfant unique.

Le respect de l’enseignant et le fait de lui rendre hommage. Il est interdit qu’un étudiant outrepasse son enseignant, ni par acte, ni par parole. Ach-Chafïe dit : en présence de l’Imam Malek, je tournais si légèrement la feuille de peur qu’il ne l’entende. Ar-Rabï (qu’Allah l’agrée en Sa Miséricorde) dit : je jure par Allah que je n’osais point boire de l’eau alors qu’Ach-Chafïe débout me voyais, à titre de respect. Béni soit Chawki qui dit :

Tiens-toi debout devant l’enseignant pour lui rendre amplement hommage.

L’enseignant s’approche d’être comme un prophète.

Sans doute, nous avons très besoin d’acquérir toutes les sciences avec lesquelles nous pourrions peupler notre vie autant que celles avec lesquelles s’ajuste notre religiosité. On n’a plus de luxe de temps. La recherche scientifique, l’invention et la création sont devenues le devoir persistant. Il faut récupérer la caravane ou au moins, reprendre ce qu’on a raté. Chacun de nous doit avoir de l’esprit créatif, de la concurrence et de l’ambition. Il faut au moins, avoir l’envie de rendre la communauté à l’époque de nos grandes aïeux et ancêtres qui voyageaient en quête de la science et déployaient les grands efforts pour l’acquérir, jusqu’à ce qu’ils remportèrent l’avant-garde et devinrent les maîtres de tous les arts et disciplinent auxquelles ils s’exposèrent. Ils étaient une pure source et une bonne lanterne à toutes les nations et civilisations postérieures. Il faut adopter le slogan suivant :

Nous construisons autant que nos ancêtres construisaient

Et nous faisons comme ils le faisaient.

L’étudiant et l’enseignant doivent donc se distinguer des bonnes moralités. Il faut que leurs actes s’accordent à leurs paroles, afin que cela ait son bon impact sur la société. Quand la communauté fit liaison entre science, œuvre et moralités, elle vivait en grandeur et sublimité parmi les nations. Où se trouvent les moralités et les sciences, l’épanouissement existe.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

L’islam éleva la position de la science et celle des savants quelles que soient leurs disciplines. La science utile renferme tout ce qui apporte intérêt aux gens dans leurs affaires aussi bien de l’ici-bas que de l’au-delà. C’est pourquoi on trouve que le verset : « certes, ce sont les savants que se prémunissent envers Allah parmi Ses serviteurs » vient à l’occasion du discours sur les sciences cosmiques où Allah, Gloire à Lui, dit : «N’as-tu pas vu que, du ciel, Allah fait descendre l’eau? Puis nous en faisons sortir des fruits de couleurs différentes. Et dans les montagnes, il y a des sillons blancs et rouges, de couleurs différentes, et des roches excessivement noires.  Il y a pareillement des couleurs différentes, parmi les hommes, les animaux et les bestiaux. Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah. Allah est, certes, Puissant et Pardonneur. » Allah dit également : « En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d’intelligence, qui, debout, assis, couchés sur leurs còtés, invoquent Allah et méditent sur la création des cieux et de la terre (disant): ‹Notre Seigneur! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à Toi ! »

On entend donc par la science utile tout ce qui apporte utilité aux humains dans leurs ici-bas et au-delà : les sciences légales, arabes, médecine, pharmacie, physique, chimie, astrologie, ingénierie, énergie et toutes les connaissances. La science est le fondement principal de la personnalité nationale créatrice. Preuve à l’appui est le Dire d’Allah, Gloire à Lui : « interrogez-donc les gens du rappel (science) si vous ne connaissez pas ».  le mot « dhikr » (rappel) est plus large d’être restreint à une seule science ; il renferme toutes les connaissances utiles. Sans doute, on a besoin de toutes les sciences utiles pour notre vie autant que celles utiles pour notre religion.

L’obligation indispensable qui incombe actuellement aux Oulémas est la correction des conceptions erronées relativement à l’Islam et aux Musulmans. Il faut veiller à propager la bonne réflexion islamique. Nous implorons Allah, Exalté Soit-Il, que nous soyons parmi ces Oulémas intègres, qu’Il nous enseigne ce que nous ignorons, nous rappelle ce nous oublions et nous fasse guidée dans notre affaire.