Le danger des rumeurs et de la falsification de la conscience

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture. Afin qu’Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui leur suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

Le conflit entre ke vrai et le faux est aussi ancien que l’humanité même. Il durera jusqu’au jour om Allah héritera la terre et tout ce qui est sur elle. Le moyen le plus connu des gens du faux dans leur conflit cintre ceux du vrai est le fait de forger et répandre les rumeurs.

Sans doute, le mot est une grande responsabilité à assumer honnêtement, soit s’agit d’un mot à lire, à écouter ou à regarder. La rumeur n’est autre qu’un mot à propager, émané de celui dont le cœur est malsain ou par une instnce ou organisation des puissances du mal qui travaillent en cachette. Une telle rumeur ne tarde pas à se répandre sur les langues qui la transmettent et la répètent sans s’en assurer. Par conséquent, elle exerce son influence sur les raisons et âmes et diffuse les idées destructrices et les croyances pourries, d’où la société vivrait le doute et le scepticisme jour et nuit. Ainsi, se dissiperait la sécurité, se diminuerait la confiance entre les gens, à tel point de se trouver en présence d’une communauté qui devrait être comme un corps compact, alors qu’effectivement, ses membres démentissent les uns les autres et les premiers prennent les derniers pour traitres. C’est pourquoi le prophète (SBL) dit : « il suffit à l’homme pour mensonge de transmettre tout ce qu’il écoute ». Une tele attitude fait partie du mensonge duquel l’homme sera violement châtié dans l’au-delà. Comment serait donc le cas de celui qui transmet ce qu’il ne voit, ni n’écoute point !

L’Islam prit une attitude ferme vis-à-vis des rumeurs et ceux qui les propagent en les considérant une allure à l’encontre des bonnes moralités et des sublimes valeurs apportées par la Charia islamique. Il exhorte ses adeptes de préserver leurs langues de se livrer à ce qui excite la sédition et crée les troubles dans la société. Il les ordonne de dire vrai, de bien immuniser leur parole et de s’assurer de tout ce qu’ils écoutent, ce pour éviter d’être à l’origine de la diffusion de séditions, de la corruption de la société et de la déformation des honneurs. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : «Ô vous qui croyez! Craignez Allah et soyez avec les véridiques », « Il ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’inscrire » et « Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le coeur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. ». Dans le hadith rapporté par Mo’àz Ibn DJabal (qu’Allah l’agrée), après avoir lui montré les obligations de l’islam et les bonnes actions le prophète (SBL) lu dit : « si tu le veux, je t’oriente le pilier, le bien-fondé et la sommité de toute l’affaire ». Mo’àz de répondre : mais oui, ô Messager d’Allah ! Le prophète de reprendre : « le pilier en est l’Islam, son bien-fondé est la salat et la sommité en est le djihad dans le Sentier d’Allah. Veux-tu que je t’informe de la clé de tout cela ? » Mo’àz de répondre : de quoi s’agit-il, ô Messager d’Allah ? Le prophète toucha sa langue de son doigt. Je dis : ô Messager d’Allah ! Serions-nous tenus par ce que disent nos langues ? Il dit : « que ta mère te perte ! les gens seront-ils jetés dans l’Enfer qu’à cause de ce que disent leurs langues ? »

Propager et diffuser les rumeurs est l’action des hypocrites, via laquelle ils cherchent à réaliser leurs buts et visées : ébranler la sécurité et la stabilité, cibler l’union de la patrie, en affaiblir l’économie, en ébranler la sécurité et propager l’esprit du désespoir t de pessimisme aux âmes des citoyens en général, surtout des jeunes gens. Le Noble Coran les qualifie des alarmistes, car cete attitude signifie le fait de se livrer aux fausses informations et séditions susceptibles de de causer des grandes troubles dans la société. Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au coeur, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t’inciterons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage. »

Les rumeurs font parties des armes de guerre desquelles même le prophète (SBL) ne fut pas épargné. Les polythéistes le combattirent par propager contre lui les rumeurs pour cibler son appel et déformer sa religion. Ils propagèrent que le prophète (SBL) est sorcier. Allah, Gloire à Lui, dit : « et les mécréants dirent : c’est un sorcier menteur ». Ils prétendirent également qu’il est poète et aliéné. Allah, Gloire à Lui, dit : « et ils dirent : abandonnons-nous nos divinités pour un poète aliéné ». Parfois, ils propageaient que le prophète (SBL) est un devin. Allah rétorqua leur mensonge par dire : « que ceci [le Coran] est la parole d’un noble Messager, et que ce n’est pas la parole d’un poète ; mais vous ne croyez que très peu, ni la parole d’un devin, mais vous vous rappelez bien peu. C’est une révélation du Seigneur de l’Univers.. »

Le jour d’Ouhd les polythéistes ont répandu faussement le meurtre du prophète (SBL) dans le but de diviser les rangs des musulmans et d’affaiblir leur puissance. Certains musulmans fuirent, d’autres laissèrent les armes et certains d’autres restèrent fermes à côté du prophète (SBL).

Le jour de Hamraà Al Assad, les polythéistes propagèrent faussement que Qoraïche forma une grande armée pour envahir Médine et combattre le Prophète (SBL) et ses compagnons. les musulmans se tinrent fermes sans subir aucunement l’influence des rumeurs. Ainsi, Allah leur rendit hommage par dire : « Certes ceux auxquels l’on disait: ‹Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les› – cela accrut leur foi – et ils dirent: ‹Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant›. Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d’Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d’une grâce immense. »

Le jour de Honein, on propagea faussement que le prophète (SBL) fut tué. Il réagit à cete rumeur en disant : « je suis le prophète sans mensonge aucun, je suis le descendant d’Abdel Motaleb ».

Répéter et propager les rumeurs représentent un danger persistant connu par tout doué de raison, dont prendre pour licites les sangs, biens et honneurs, troubler la vie parmi d’autres. La bonne preuve en est l’assassinat du calife bien-guidé Othman Ibn Affan (qu’Allah l’agrée). Les criminels l’assiégèrent à cause des alarmes et rumeurs lancés par le juif Abdullah Ibn Saba. Ils allèrent plus loin en l’empêchant de boire de l’eau, alors que c’est lui qui acheta le puis Roma de ses propres biens. D’après Naïlah, épouse d’Otjman ‘qu’Allah l’agrée) :   le jour où Othman fut tué, il observait le jeûne. A l’heure de la rupture de jeûne, il demanda aux assiégeants de lui donner de l’eau douce, mais ils le refusèrent. Ainsi, il dormit sans rompre le jeûne. Au dernier tiers de la nuit, je demandai à mes voisins de me donner de l’eau douce, ils m’en donnèrent une coupe. Je vins à Othman, le fit bouger et il se réveilla. Je lui dis : c’est de l’eau douce. Il vit la lueur de l’aube et dit : j’observe ce jour le jeûne. Le Messager d’Allah (SBL) me regarda de ce plafond, il portait de ‘eau douce et me dit : « ô Othman, bois ! » Je bus jusqu’à ce que je me désaltère complétement. Il me dit : « bois encore ». Je bus jusqu’à sois rassasié. Puis, il me dis : « les assiégeants se multiplieront autour de toi. Si tu les combats, tu remporteras la victoire. Si tu renonces à le faire, tu prendras ton repas chez nous ». A ce jour, ils entrèrent le tuer.

A notre époque, plusieurs données changent. Cette industrie pourrie prend des diverses formes vu les grandes évolutions que vit le monde en moyens de communication et en technologie. Par conséquent, la rumeur est devenue plus répandue, plus rapide et plus influente. Elle ‘est tenue l’une des armes  de la guerre qui n’est plus monodimensionnelle, c’est-à-dire qu’elle n’est plus purement militaire, ni purement sécuritaire. Elle est purement informationnelle dans le concept traditionnel des systèmes des GIS. Les styles des guerres ont changé du point de vue de la méthodologie de se servir des rumeurs et de la falsification de la conscience qui est devenue un matière à enseigner, à entrainer de la part des côtés suspects. Pour cet objectif, on embauche les garnisons électroniques tout en se servant des moyens d’assignement, de pression à la fois politique, économique et psychologique les plus durs. On y ajoute les tentatives acharnées d’exciter et provoquer les peuples contre leurs dirigeants, déformer les symboles et acquis nationaux, mettre en cause et sous-estimer tous les achèvements, la coalisation des groupes et puissances terroristes, les essais de s’infiltrer aux institutions, provoquer n’importe quel racisme susceptible de mener à la désunion via tout moyen bien examiné et sans précédent. On y ajoute le fonctionnement bien éprouvé de l’information, le recrutement de certains ou bien nombreux moyens modernes de communication, jouer sur le rythme des besoins urgents que beaucoup de gens ne peuvent point supporter. On cherche également à briser la volonté des peuples, mettre à l’épreuve le prestige des gouverneurs, mettre en doute les savants, penseurs et intellectuels nationaux, soutenir leurs adversaires, lancer des messages de menace tantôt implicite, tantôt explicite aux engagés de leurs principes et fidèles à leurs patries, ce par mettre en relief le destin de ceux qui ne partent pas avec leur caravane, ne se rangent pas à leur plan vicieux, ni lèvent pas le drapeau et ne fait pas incliner ceux qui sont derrière lui. Certes, l’endurance en face de tous ces vogues durs exige une croyance et un patriotisme si fermes, ainsi qu’une confiance illimitée en Allah. Certains pourraient, par sa participation aux informations, statistiques et récits sans s’en assurer de l’authenticité. Ainsi, ceux-ci contribuent à diffuser et exciter les rumeurs. Parfois un faux mot sans aucune base de vérité, lancé, écrit ou participé par un serviteur, arriverait aux quatre coins du monde et lui serait la cause du châtiment le Dernier-Jour. Notre prophète (SBL) dit : « le serviteur pourrait lancer un mot qui satisfait à Allah, sans y rendre compte, donc Allah l’élève par lequel des dégrées. Il pourrait lancer un mot qui encoure la Colère d’Allah sans y rendre compte, donc, il serait jeté avec lequel à Jehanne en profondeur égale au temps de soixante-dix ans ». (Sahih d’Al Bokhari).

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

L’Islam établit une bonne méthode pour prévenir la société contre les rumeurs dont les plus importants aspects sont :

  • Il faut vérifier les informations et se patienter avant de procéder à les diffuser dans la société. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait. ». Le prophète (SBL) dit : « se ralentir s’accorde aux Ordres d’Allah, alors que se hâter est une tentation satanique » et «il est mieux de se ralentir en toute affaire, exception est faite pour l’action pour l’au-delà ».
  • Eviter de répéter la rumeur par n’importe quel moyen, lu, auditif ou visuel, sinon, on risque de contribuer ç répandre les rumeurs qui e répandent automatiquement en présence des langues qui les transmettent et des oreilles qui les écoutent, ainsi que des âmes qui les croient. Allah, Gloire à Lui, dit : «quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous n’aviez aucun savoir ; et vous le comptiez comme insignifiant alors qu’auprès d’Allah cela est énorme. » Le prophète (SBL) dit : « quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il s’entretienne généreusement avec son voisin, quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il s’entretienne généreusement avec son visiteur, quiconque croit en Allah et au Dernier-Jour, qu’il dise bien ou se taise ».
  • La nécessité de la solidarité sociale et la prévalence de la bonne foi lorsqu’on écoute les rumeurs sans se hâter à lancer des accusations. Allah, Gloire à Lui, dit : « Pourquoi, lorsque vous l’avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes n’ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n’ont-ils pas dit : ‹C’est une calomnie évidente ? › ». Le musulman est ordonné d’avoir la bonne conjecture et d’interpréter favorablement ce qu’émanent les autres. La mauvaise conjecture conduit aux troubles de la vie et répand l’adversité entre les gens. Le prophète (SBL) mit en garde contre cette attitude en disant : « évitez la mauvaise conjecture, car la conjecture est la plus fausse information. Ne poursuivez point les nouvelles, ni espionnez pas, ne vous enviez pas les uns les autres, ne vous tournez point les dos les uns aux autres, ne vous lancez pas à l’animosité et soyez frères, ô serviteurs d’Allah ! ».
  • Faire recours aux spécialistes et experts pour clarifier les réalités, sans se précipiter à juger les informations. Qualifiant les hypocrites, Allah, Gloire à Lui, dit : « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été le grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques- uns ». Ils étaient à l’affût de la stabilité et de la sécurité de la société de Médine. lorsqu’ils entendaient une information relative à la paix ou la peur des musulmans, ils la diffusaient dans le but de répandre l’effroi et les troubles.

Il faut donc que tout croyant jaloux pour sa religion, fidèle à sa patrie, faire-face à des telles rumeurs par les démentir. Le prophète (SBL) dit : « quiconque défend l’honneur de son confrère, Allah repoussera le Feu de son visage le Dernier-Jour ». Il faut connaitre qu’on sera interrogé le Dernier-Jour, de ce qu’on dit, devant Allah, Gloire à Lui.

Il faut connaitre que nos ennemis se servent des guerres de la quatrième et de la cinquième génération, de la guerre de rumeurs, de la déformation des achèvements et des figures symboliques nationales et des tentatives de cibler tout ce qui est national, pour outils de faire échouer, déchoir et ébranler l’Etat afin de réaliser leurs visées.  Il faut apercevoir qu’on est en présence d’une guerre atroce forgée contre nous, dont le combustible est les rumeurs. Il faut vérifier et s’assurer pour ne pas tomber dans les pièges de nos adversaires. Il faut avoir de la confiance en nous-mêmes, notre armée et notre police. Il faut éviter de prêter nos oreilles aux ennemis de la patrie, qui veillent à nous cibler, viser notre moral, cherchent à nous décevoir par répandre parmi nous le désespoir.  Cela nous exige d’immuniser notre jeune génération et notre société via la conscience de patries et de tenir au compte les enjeux que nous confrontent tout en essayant de les résoudre.

O Allah, améliore nos moralités, préserve notre Egypte, oriente-nous vers ce que Tu aimes et agrées et protège l’Egypte et ses habitants contre tout mal et tout malheur.