Le Fiqh de la construction des Etats

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «et entraidez- vous pour la bonté pieuse et la piété et nous vous entraidez point pour le péché, ni pour l’agression.» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Sans doute, tous les peuples et communautés cherchent à construire un Etat puissant et stable par tous les moyens, les sources et les possibilités desquels ils disposent, ce pour réaliser leurs visées. La construction des Etats exige une expertise, une expérience et une bonne connaissance de leurs situations et défis auxquels ils s’exposent. Un immense écart s’établit entre d’une part, le Fiqh des individus et groupes et celui de la construction des Etats et leur volonté dans un monde si rapidement mouvementé qui ne connait que la langue d’alliances, blocs politiques, économiques et culturels. Ce monde est gouverné par des règles, lois et traités internationaux que personne, ni Etat, ne pourraient négliger, ni renonce à s’entretenir avec eux, ni ne s’accordent point avec les exigences de la réalité actuelle.

L’Etat est une protection, une sécurité, une confiance, une stabilité, un ordre, des institutions, une structure à la fois intellectuelle, politique, économique, organisationnelle et législative. En absence de l’Etat, il n’ ya que le chaos.

L’un des facteurs de la construction de l’Etat est le fait de renforcer les instances de l’Etat national et élever l’Etat de droit, de constitution et de justice. Cela exige que les individus respectent les lois et organisations de l’Etat, observent les règles et le code de route, ne les violent par rouler le contre sens, ni dépasser la vitesse régulière, ni mènent aucun acte agressant les droits de la route ou ceux des hommes. Des tels actes risqueraient de faire perdre l’âme du conducteur ou celles des autres, les blesser ou les terrifier. Allah, Gloire à Lui, dit : « et ne vous livrez point à la pertde par vos propres mains, et améliorez, car Allah aime ceux qui améliorent ». Le prophète (SBL) dit : « pas de point, point de gêne ».

Le respect et l’observation de l’ordre contribuent à construire un Etat puissant et stable. Chaque société doit disposer des lois qui règlent la conduite de ses individus, maintiennent à l’homme ses droits, dans leur cadre l’homme s’engage d’assumer ses devoirs. En absence du respect de l’ordre et de l’élévation de l’Etat du droit, les Etats ne seront pas stables et la justice ne se réalisera point.

Respecter et s’engager des lois sont parmi les éléments capitaux de la construction de l’Etat. La loi est une protection pour tous les citoyens. On n’imagine point une société stable sans le respect des lois. Chacun doit assumer sa responsabilité pour que se concrétise l’intérêt collectif dont le fruit sera collecté par la société entière. Le prophète (SBL) dit : « chacun de vous est un parrain responsable de ses siens. Le gouverneur est responsable de ses citoyens, l’homme est responsable de sa famille, la femme est responsable de son foyer, le servant est responsable des bien de son maître et vous tous responsables et en serez interrogés ».

La société responsable est cohérente, chacun de ses individus est bien conscient de son rôle et respecte les autres. On a donc très besoin de respecter l’ordre et observer les lois tout en estimant les droits des autres. C’est par là que la justice règne, la société entière jouit de la paix, la sécurité et la stabilité et ainsi nous voyons notre pays dans sa place appropriée.

Parmi les éléments de la construction des Etats est la structure économique. Elle est l’un des piliers de l’Etat. Sans laquelle, ce dernier n’est point susceptible de se fonder. L’économie puissante permet aux Etats d’assumer leurs obligations internes et externes et fournir une vie honorable à leurs citoyens. En présence de la faiblesse économique, la pauvreté et la maladie se répandent, la vie trouble, les moralités font déchéance, les crimes se multiplient. Ainsi, se présente l’occasion aux ennemis des Etats pour les déchoir et faire entrer dans une anarchie interminable. Les nations qui ne produisent pas leurs matières de base et sont un fardeau sur les autres, ne disposent point de leur décision. Une puissante économie permet à l’Etat de vivre honorablement parmi les nations. C’est pourquoi l’Islam accorde une attention particulière aux biens qui sont le mobile indispensable de la vie.

Cette structure économique des Etats exige le travail parfait et la croissance de production. Aucune nation, ni institution, ni famille, ne s’élèvent que par le travail perfectionné. C’est bien le perfectionnement qui est requis et non seulement le simple travail ou sa croissance. Le perfectionnement doit aller de pair avec la productivité croissante dont la rentabilité s’étendra à tous les citoyens. Notre Seigneur, Gloire à Lui, nous exhorte à travailler et parcourir la terre en disant : « Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez. » Il dit également : « C’est Lui qui vous a soumis la terre : parcourez donc ses grandes étendues. Mangez de ce qu’Il vous fournit. Vers Lui est la Résurrection ». Le prophète (SBL) dit : « il n’y a point meilleur que celui qui se nourrit du travail de sa propre main. Daoud, le prophète d’Allah, se nourrissait du travail de sa propre main. » Il dit également : « quiconque passe la nuit épuisé en raison du travail, il la passé ses péchés absous ». Appelant à la production, le prophète (SBL) dit : « si l’heure arrive alors qu’un parmi vous a un petit palmier, s’il pourrait le planter avant que l’heure sonne, qu’il le fasse » et « tout musulman qui sème une graine ou plante un champs, desquels mangent les oiseaux, les hommes ou les animaux, cela lui sera un acte charitable ». C’est donc par le travail et la production que se fondent les Etats, se peuple la terre et l’homme garde sa dignité et sa grandeur.

Parmi les éléments de la construction des Etats est la formation de la conscience culturelle, religieuse, nationale et scientifique. Le manque et l’absence de la conscience entravent la construction d’un Etat puissant et stable. Ainsi, la conscience doit être élevée chez les individus, d’où chacun connaitrait ses droits et devoirs.

Cela se présente dans la formation de la conscience et la conduite de tous les individus via l’éducation morale, la culture utile et la confrontation de l’ignorance. Toutes les institutions de l’Etat doivent travailler ensemble pour construire la conscience culturelle, religieuse, intellectuelle et scientifique pour permettre aux gens de saisir les enjeux pour pouvoir y faire face et réagir aux rumeurs afin de les réfuter et exterminer dès le début. Ce pour éviter de se laisser diriger par les calomnies et mensonges qui cherchent à ébranler notre pays. Allah, Gloire à Lui, dit : «Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait ». Il faut être bien éveillé et bien conscient, tirer la morale des expertises et expériences de la vie. Allah, Gloire à Lui, dit : « ô vous qui avez cru ! Prenez-garde ». Notre prophète (SBL) dit : « le musulman ne doit pas se piquer deux fois du même trou ». Il faut connaitre que la fondation et la préservation de l’Erat sont notre responsabilité, chacun dans son domaine. On affirme que la construction ne se parfait que par freiner les destructeurs. Un poète dit :

Comment la construction s’achèvera un jour

Si vous construisez alors qu’un détruit.

Notre prophète (SBL) dit : « secoure ton frère, soit il est lésant ou lésé. Un homme interrogea : ô prophète ! On sait bien comment le secourir s’il est lésé, comment le secourir alors qu’il est lésant ? Le prophète de répondre : c’est par le freiner de léser ». Chacun de nous, dans l’étendue de sa responsabilité, doit freiner quiconque se déraille du rang national ou lèse l’intérêt de la patrie. Le père freine son fils, le frère son frère et l’ami son ami. Il ne faut être passif ou indifférent de ce qui se passe autour de nous. Le prophète (SBL) dit : « i ne faut pas être fantoche disant : si les gens font le bien, on le fait, s’ils font le mal, on le fait. Habituez-vous plutôt de faire le bien, même si les autres font le mal ». IL dit également : « la parabole de celui qui observe les lois d’Allah et celui qui s’y désintéresse est celle d’un groupe d’hommes qui font tirage au sort sur un bateau. Une partie en habite le haut et une autre le bas. Ces derniers étaient obligés de monter le haut pour avoir de l’eau. Ils se dirent : nous faisons bien de creuser un trou dans otre compartiment pour ne plus monter à la recherche de l’eau. Si ceux du haut les freinent de le faire, ils seront tous sauvés. S’ils les laissent faire, ils seront tous noyés ». Il ne suffit pas que l’homme soit lui-même correcte. Le Fiqh de l’époque actuelle exige de passer de la rectitude à la formation. Allah, Gloire à Lui, dit : « Il n’y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l’un d’eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l’agrément d’Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme. » Et «Il ne sied point à ton Seigneur d’exterminer injustement les cités alors que leurs habitants réforment ». La réforme est le chemin des prophètes et Messagers, par laquelle se réalise la construction des Etats, se maintiennent leur unité, force, cohérence et harmonie. Cela permet à l’humanité de vivre en paix et amicalité sans litige, ni conflit, ni violence, ni terrorisme, ni corruption, ni meurtre, ni ravage.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

La structure sociale fait partie intégrante des éléments de la construction des Etats. L’Islam est soucieux de maintenir la force et la cohérence des rapports entre les individus de la société, de l’inter-clémence entre eux et ne point apporter préjudice aux autres. Le prophète (SBL) dit : « l’un parmi vous n’est vrai croyant que lorsqu’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui-même ». Il dit également : « par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! Par Allah, il n’est pas croyant ! On interrogea : c’est qui ô Messager d’Allah ? Il répondit : c’est celui dont le voisin n’est pas rassuré contre son mal ». Il dit aussi : « il ne croit pas effectivement en moi celui qui passe la nuit à ventre plein alors que son voisin souffre de faim et il en est bien tenu au courant ».

La solidarité familiale est l’un des aspects de la structure sociale. La famille est la première pierre dans la construction de la société. C’est elle qui se charge de la protection des enfants, leur éducation et leur développement à la fois physique et mental.  Sous l’ombre de la famille s’enchevêtrent les sentiments de l’amour, de la clémence et de la solidarité. C’est dans la famille solidaire que se développent les bonnes qualités, naissent les caractéristiques nobles et règne l’affection. Mais ce n’est pas tout ! La famille a une responsabilité vis-à-vis de ses enfants. Le prophète (SBL) dit : « il suffit pour péché à l’homme de faire perdre ceux qui sont sous sa tutelle ». Quelle perte lorsqu’on laisse nos enfants proie aux idées erronés et aux groupes égarés, sans assumer notre devoirs vis-à-vis d’eux par les sensibiliser contre les dangers et enjeux qui nous entourent ! Il faut inlassablement leur rappeler leur devoir vis-à-vis de leur patrie, car l’amour de patrie est à hériter. Chawqi dit :

Nous nous chargeons de la garde tant que nous vivons

Nous confions à nos enfants de continuer

Sur ton sol nous mourons comme nous vivons à l’Egypte

Et ta face à protéger subsiste vivante.

L’élévation des valeurs spirituelles et morales fait à son tour, une partie intégrante des éléments de la construction de l’Eta. La nation ou la civilisation qui ne se fonde pas sur les valeurs et moralités est une nation fragile d’une civilisation plus fragile. Elle conçoit les éléments de sa déchéance dans le fondement de sa construction. C’est grâce aux moralités que le musulman fait son ascension dans la foi et le poids de ses bonnes œuvres sera abondant. Le prophète (SBL) dit : « rien n’est plus pesant dans la balance du serviteur le Dernier-Jour que la bonne moralité. Allah déteste certes le pervers dévergondé ». Interrogé sur l’acte qui mène le plus les gens au paradis, le prophète (SBL) répondit : « se prémunir envers Allah et avoir de la bonne moralité ». Il compte la bonne moralité parmi les déterminants de la foi parfaite en disant : « les gens les plus croyants sont ceux de bonne moralités ».

Les bonnes moralités préservent contre les turpitudes et de la mauvaise parole destructrice. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et une mauvaise parole est pareille a un mauvais arbre, déraciné de la surface de la terre et qui n’a point de stabilité ».

Nous implorons Allah, Gloire à Lui, de nous orienter vers les meilleurs moralités et la bonne parole, de nous combler le Bienfait de la paix, de la sécurité et de la stabilité et de préserver l’Egypte, ses habitants et tous les pays musulmans contre tout mal et tout malheur.