La vie du prophète (SBL) est une illustration pratique de l’Islam

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment..» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Allah, Gloire à Lui, envoya Son Messager Mohamad(SBL) comme guide, annonciateur, avertisseur, appelant les gens à Allah –par Son autorisation et une lanterne lumineuse. il l’envoya avec un message ultime, universel, bon et réformateur toujours et partout. Cela exige que le prophète (SBL) soit dans tous ses actes, paroles et situations, une illustration pratique du vrai islam. Il n’est point étonnant, car, le prophète (SBL) s’engageait scrupuleusement de la méthode du Coran en termes de ses rapports avec son Seigneur et avec les gens sans égard pour leurs diverses racesn couleurs et croyances. Interrogé au sujet des moralités du prophète Ayesha (qu’Allah l’agrée) répondit : ses moralités n’étaient autres que le Coran.

Contemplant la biographie du prophète (SBL), on découvre qu’il était le meilleur exemple à suivre dans tous ses actes, paroles et situations. On en cite sa véridicité et sa loyauté. Il était tout au long de sa vie, loyal et véridique à tel point qu’il fut surnommé parmi les mecquois, avant sa mission, le véridique loyal. Dans ce contexte s’inscrit le dire de Chawki :

A son enfance, vous l’aviez surnommé le loyal du peuple

Le loyal n’est point censé être accusé de menteur.

 Lorsque Hercule, le roi des byzantins interpella Abou Sofiane Ibn Harb, avant que ce dernier se soit converti à l’islam, pour l’interroger au sujet du Messager d’Allah (SBL), un long dialogue se déroula entre eux. Hercule interrogea Abou Sofiane : l’accusiez-vous de mensonge avant qu’il dît ce propos ? Mais non ! Répondit Abou Sofiane. Trahit-il son pacte ? Réinterrogea Hercule. Abou Sofiane répliqua : Non, et nous sommes tenus avec lui d’un pacte que nous ne savons pas qu’il l’observera ou non. Abou Sofiane raconte : je ne pourrais rien ajouter.

La moralité de la loyauté se manifeste clairement dans sa sublimité dans la personne du prophète ‘SBL) surtout la veille de la migration bénie. Le prophète ordonna Ali Ibn Abou Taleb de dormir à sa place et d’attendre à la Mecque pour rendre les dépôts confiés au prophète (SBL) à leurs ayants droits en dépit de leur animosité vis-à-vis de lui, où ils le chassèrent après lui avoir apporté de la nuisance, lui et ses compagnons, desquels ils arrachèrent tous les biens. Cela est dû au fait qu’il est interdit au croyant de trahir, même ses ennemis. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et si jamais tu crains vraiment une trahison de la part d’un peuple, dénonce alors le pacte (que tu as conclu avec), d’une façon franche et loyale car Allah n’aime pas les traîtres ». Le prophète (SBL) dit : « rends le dépôt à celui qui te le confie et ne trahis point ce qui te trahit ».

La fidélité du prophète (SBL) : il était le plus fidèle du monde. Il n’était point ingrat et récompensa la bonne grâce de chacun. Juste avant de mourir, il dit : « nous avons récompensé la bonne grâce de tout le monde sauf Abou Bakr dont de la récompense Allah se charge ».

On cite parmi les aspects de la fidélité du prophète (SBL), celui vis-à-vis de la Dame Khadija (qu’Allah l’agrée), il l’aimait, estimait et lui était fidèle à son vivant et après sa mort. Pour montrer ses vertus, le prophète (SBL° dit : « Allah ne me remplaça point meilleure d’elle. Elle me crut lorsque les gens me mécrurent, me prit pour véridique alors que les autres me démentissent, m’aida de ses biens au temps où les autres me privèrent et Allah me donna d’elles les enfants et m’en priva du reste de mes épouses ». Ayesha (qu’Allah l’agrée) dit : je n’éprouvai la jalousie aux autres épouses du prophète (SBL) autant que je l’éprouvai à Khadija. Je ne la vis pas, mais le prophète (SBL) l’évoquait inlassablement. Parfois, il égorgeait la brebis, la coupait en morceaux puis les envoyait aux amis de Khadija.

Le prophète (SBL° était fidèle même aux non-musulmans. Le jour de Badr, il dit : « si Al Motàam était vivant et me réclamait ces prisonniers de guerre, je les lui aurais donnés », car le prophète (SBL) fit refuge chez cet homme lors de sa rentrée de Taif.

Cette fidélité du prophète vis-à-vis de ses ennemis s’étend aux temps de guerre. D’après Hozeifah Ibn Al Yaman (qu’Alah l’agrée) : ce qui m’empêcha de prendre part à la bataille de Badr est le fait que je sortis avec mon père, mais les Koraïchites nous prirent et nous dirent : vous voulez vous rejoindre à Mohamad. Nous dîmes : nous ne voulons qu’aller à Médine. Ils prirent de nous un engagement de ne pas lutter avec Mohamad. Arrivés à Médine, nous informâmes le prophète de ce qui nous arriva. Il nous dit : « allez, nous nous engageons de notre pacte avec eux et implorons le secours d’Allah contre eux ».

Le prophète (SBL) était un bon exemple à suivre en matière de son entretien avec ses épouses. Il mena une bonne vie conjugale dans laquelle se manifestèrent les aspects de l’amour, l’affection et la mansuétude. Il ne leur éprouvait point l’air hautain. Son bon entretien vis-à-vis d’elle fut inspiré du verset : « et entretenez-vous avec elles de la bonne convenance » et du verset : « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »

Le prophète (SBL) était un mari affectif qui traite avec douceur ses épouses. Dans une scène formidablement humanitaire de la part d’un mari si tendre, le prophète (SBL) essuie les larmes des yeux de son épouse Safi ah (qu’Allah l’agrée) de ses deux nobles mains et lui dissipe l’effroi.  D’après Anas Ibn Malek (qu’Allah l’agrée) : Safi ah était en voyage avec le prophète (SBL), ce fut son tour de sortir avec lui. Elle se mit en retard. Le prophète (SBL) l’accueillit alors qu’elle pleurait en disant : tu me fis monter un chameau lent. Le prophète (SBL) se mettait à lui essuyer les yeux de ses propres mains et la rassurer.

Le prophète (SBL) était un bon exemple à suivre en matière de son entretien avec ses enfants et petits-enfants. Quel grand et affectif père et grand-père soit-il ! Il porait à ses enfants et petits-enfants tous les aspects de l’amour, de l’affection et de la miséricorde. Ayesha, mère des croyants, (qu’Allah l’agrée) dit : je ne vis plus semblable, aimable et gâté du prophète (SBL) que sa fille Fatima. Lorsqu’elle venait à lui, il se levait, l’embrassait et la faisait asseoir à côté de lui ».

D’après Abou Horairah (qu’Allah l’agrée) : le prophète embrassa Al Hassan (qu’Allah l’agrée) en présence d’Al ‘Aqraà Ibn Habess. Ce dernier s’étonna en disant : j’ai dix garçons et je n’en ai jamais embrassé aucun. Le prophète (SBL) le regarda, puis dit : «qui ne prend pas en merci, ne sera point pris en merci ». Le prophète (SBL) se prosterna longuement. Au terme de la prière, les gens dirent : ô Messager d’Allah ! Tu as fait une prosternation plus longue que jamais ! S’agit-il d’un Ordre Divin que tu as reçu ou d’une révélation ? Le prophète (SBL) de répondre : « il ne s’agit rien de tout cela, mais, mon fils m’a pris pour monture et je n’ai pas voulu l’interrompre jusqu’à ce qu’il s’en contente ».

Nous affirmons que cette attitude du prophète (SBL) n’était pas restreinte à ses enfants et petits-enfants. Il s’agissait plutôt d’une méthode qu’il adoptait vis-à-vis de tout le monde sans exception. D’après Oussama (qu’Allah l’agrée, lui et son père) : le prophète (SBL) me prenait, moi et Al Hassan (qu’Allah l’agrée) et disait : « ô Allah, je les aime et je Te prie de les aimer ». Anas Ibn Malek (qu’Allah l’agrée) dit : je servis le prophète (SBL) pour dix ans. Il ne me disait point : pourquoi as-tu fait cela ? Ni pourquoi n’as-tu pas fait cela ?

C’était également l’attitude du prophète (SBL) vis-à-vis de ses compagnons. Il leur partageait les moments de joie et ceux de tristesse, se renseignait de leur absent, rendait visite à leur malade, s’occupait de leurs affaires et observait leurs sentiments dans tous les affaires de leur quotidien. D’après Sammak Ibn Harb (qu’Allah l’agrée) : j’interrogea DJabir Ibn Samrah (qu’Allah l’agrée) : assistais-tu les séances du prophète (SBL) ? Il répondit : « mais oui, plusieurs fois. Il ne quittait sa place où il faisait la prière de l’aube jusqu’à ce que le soleil se lève, là il partait. Les compagnons se livraient à parler de l’ère préislamique. Ils riaient alors que le prophète (SBL) souriait.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Autant que le Messager d’Allah était une illustration pratique du vrai islam dans son humanitarisme et ses moralités, il l’était dans sa modération et son juste-milieu. Méditant les sentences de la Charia avec laquelle vint le prophète, on découvre saillante la méthode modérée dans toutes ses péripéties. Ayesha, mère des croyants (qu’Allah l’agrée) dit : « chaque fois qu’on donnait option au prophète (SBL) entre deux choses, il en optait pour la plus aisée, à moins que celle-ci ne soit péché, là, il en était le plus éloigné. Le prophète (SBL) dit : « la religion est une facilité. Quiconque cherche à la compliquer, elle le vaincra. Œuvrez donc parfaitement, ne décalez point les bonnes œuvres, recevez alors la bonne nouvelle et prenez assistance pour l’adoration au début du jour, au midi et à une partie de la nuit ».

Dans le but de maintenir ce juste-milieu et cette modération, le prophète (SBL) mit en garde contre tous les aspects d’extrémisme. Il dénonça l’attitude de certains compagnons qui faisaient excès en adoration au-delà des limites de la modération en disant : « ô gens ! Mettez-vous garde l’excès en religion, ce fut bien la cause de la perte de vos prédécesseurs ».

Nous avons donc très besoin de suivre l’exemple du prophète (SBL), sa guidée et ses traces pour répandre le message de la lumière et de la guidée, pur autant qu’Allah le révéla au monde entier. Il faut le faire de la souplesse, de l’affection, de la miséricorde et de l’attirance de cœurs. Le message de l’islam est la justice absolue, la miséricorde sublime, la tolérance même, l’intérêt collectif et l’humanitarisme entier.

O Allah, accorde-nous Ton amour, l’amour de Ton Messager (SBL), oriente-nous vers toute œuvre susceptible de nous mener à Ton amour. Préserve l’Egypte, pays de paix et de sécurité, ainsi que tous les pays du monde !