Les droits des pères et mères et des proches parents

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «et ton Seigneur a décrété : ‹n’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère: si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point: ‹Fi!› et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. et par miséricorde; abaisse pour eux l’aile de l’humilité; et dis : ‹Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit›. »

» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

L(islam est venu avec un message tolérant qui fait appel à toute bonne moralité, ancre tout noble principe, guide vers toute conduite adroite et fait des sublimes valeurs une méthode de vie. Cette méthode cadence la mesure des transactions humaines avec le vrai, l’équité, la miséricorde et l’affection. Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez ».

L’un des aspects de la grandeur de la Charia islamique est le fait qu’elle a mise en place des règles, restrictions et droits du bon entretiens avec les pères, mères et proches-parents. Les pères et mères sont les plus méritoires du respect et de l’hommage, ainsi que d’être pris en soin. Dans Son Noble Livre, Allah, Gloire à Lui, nous ordonne de nous entretenir avec bonté vis-à-vis des pères et mères et de les traiter d’une bienfaisance. Il dit : « adorez Allah, sans Lui rien associer et traitez d’une bonté extrême les pères et mères ». Allah, Gloire à Lui, nous ordonne également de Le louer en raison de Ses Bienfaits, tout en associant le remercîment qui Lui est dû à celui dû aux pères et mères en raison de leur grande grâce, la sublimité de leur place et la grandeur de leur position. Notre maître Abdullah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée, lui et son père) dit : i y a trois versets descendus contenant chacun des obligations indissociables, à tel point que l’une n’est à agréer qu’en accomplissant l’autre, dont : « remercie à Moi et à tes pères et mères ». Quiconque remercie à Allah sans faire de même à ses père et mère, son acte ne sera point agréé.

L’islam éleva la place des pères et mères, ordonna de mes traiter boniment, de les bien soigner et s’entretenir avec eux d’une façon affective. D’après Abdullah Ibn Amro (qu’Allah l’agrée, lui et son père) : un homme vint au prophète (SBL) lui demandant la permission d’aller faire le djihad. Le prophète (SBL) l’interrogea : « tes père et mère sont encore vivants ? » L’homme de répondre : oui. Le prophète de répliquer : « fais le djihad à eux ».

Les deux filles de l’homme vertueux, au récit du prophète Moïse (salut sur lui), donnèrent le meilleur exemple en bonté et soin. Leur père était vieux incapable de travailler. Elles le remplacèrent en travail sans plainte, ni lassitude. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et quand il fut arrivé au point d’eau de Madyan, il y trouva un attroupement de gens abreuvant [leur bêtes] et il trouva aussi deux femmes se tenant à l’écart et retenant [leurs bêtes]. Il dit : ‹Que voulez-vous?› Elles dirent : ‹Nous n’abreuverons que quand les bergers seront partis ; et notre père est fort âgé »

D’après DJabir (qu’Allah l’agrée) : un homme vint dire au prophète (SBL) : j’ai des biens et des enfants. Mon père veut s’emparer de mes biens. Le prophète (SBL° lui dit : « toi et tes biens appartiennent à ton père ».

Nous avons le meilleur exemple dans la personne de notre Dame Fatima très affective, respectant et sympathisante vis-à-vis de son père le Messager d’Allah (SBL). Lorsqu’il entrait chez elle, elle se levait, l’embrassait et le faisait asseoir à sa place. Elle le faisait à titre d’affection, de joie pour son arrivée et de respect de sa position (SBL).

L’islam nous ordonne de respecter les pères et mères et de ne leur point apporter de nuisance. Allah, Gloire à Lui, dit : « si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi ; alors ne leur dis point : ‹Fi ! › et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses ».

L’islam interdit donc de leur nuire, même du moindre mot désignant la lassitude, à savoir, fi ! ‘il y avait un mot moins léger que celui-ci, Allah l’aurait interdit. A priori, l’homme ne doit point leur causer de la nuisance, ni de l’offense sous n’importe quelle forme. Abou Horairah (qu’Allah l’agrée) dit à un homme à l’occasion de l’exhorter de bien traiter ses père et mère :  ne marche point devant ton père, n »assieds-toi pas en face de lui. Ne l »appelle point de son prénom, ne l’expose pas aux insultes. Ainsi, le musulman doit éviter d’apporter la nuisance à ses père et mère. Notre prophète (SBL) dit : « parmi les péchés capitaux est le fait que l’homme médise ses père et mère ». In interrogea : comment l’on pourrait-il médire ses père et mère ? le prophète de répondre : « c’est qu’il offense le père d’un autre, donc ce dernier se mettra à lui offenser le père et la mère ».

L’islam recommande de traiter les père et mère avec bonté et de les bien accompagner, même s’ils sont d’une différente confession. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : « Et si tous deux te forcent a M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. ». Cela fut l’attitude d’Ibrahim (salut sur lui) à l’occasion de son appel à son père. En cela, Allah, Gloire à Lui, dit : « Et mentionne dans le Livre, Abraham C’était un très véridique et un Prophète.  Lorsqu’il dit à son père : ‹Ô mon père, pourquoi adores-tu ce qui n’entend ni ne voit, et ne te profite en rien ? Ô mon père, il m’est venu de la science ce que tu n’as pas reçu; suis-moi, donc, je te guiderai sur une voie droite.  Ô mon père, n’adore pas le Diable, car le Diable désobéit au Tout Miséricordieux.  Ô mon père, je crains qu’un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable›. »

Lorsque la mère d’Asmaà, fille d’Abou Bakr vint à elle, alors que cette mère était encore mécréante, lui demander de la grâce, Asmaà interrogea le prophète (SBL) : ô Messager d’Allah ! ma mère m’est venue demander de la grâce, puis-je lui la rendre ? Le prophète de répondre : « rends-grâce à ta mère ».

La bonté envers les père et mère comporte des nombreux avantages et des grandes utilités que le serviteur pourrait obtenir aussi bien dans l’ici-bas que dans l’au-delà. Elle se tient l’un des motifs de l’acquisition de l’Agrément d’Allah, Gloire à Lui. Le prophète (SBL) : « l’agrément d’Allah réside dans celui des père et mère et Son Désagrément est indissociable du leur. »

 Cette bonté est également la cause de dissiper les soucis et malheurs. Le prophète (SBL) nous évoqua la situation des trois hommes obligés de s’abriter dans une grotte à cause de la pluie. Un rocher tomba pour boucher l’issue de la grotte. Ils se dirent : notre issue de cet embarras consiste au fait que chacun se rappelle de ses bonnes œuvres et en invoque Allah, Gloire à Lui, de nous faire échapper belle. L’un d’eux dit : ô Allah, j’avais mes père et mère en âge avancé, ainsi que des enfants. Je faisais le pâturage pour les nourrir. Lorsque je tairais mes ovins, je commençais par mes père et mère les abreuvant avant mes enfants. Un jour, j’étais en retard, à mon arrivée, mes père et mère s’endormaient. Je taris comme d’habitude et restai à côté d’eux sans avoir envie de les réveiller, ni d’abreuver mes petits qui criaient de faim, ce jusqu’à l’aube. O Allah ! Si Tu sais que je le fis pour Ton Bon Visage, accorde-nous une issue de laquelle nous pouvons voir le ciel. Allah leur dissipa le malheur, ils virent le ciel. Ainsi, la bonté vis-à-vis des père et mère se tint une cause de dissiper les malheurs.

Quiconque s’entretient boniment avec ses père et mère sera traité de même par ses enfants. La récompense est autant que l’œuvre. Allah, Gloire à Lui, récompensa Ibrahim, (salut sur lui) pour sa bonne moralité vis-à-vis de son père, ce par lui accorder la bonté de son fils Ismaël (salut sur lui). Le Noble Coran nous le cite sous forme de l’une des plus sublimes obéissances et bonté vis-à-vis des père et mère. Allah, Gloire à Lui, dit : « Puis quand celui-ci fut en âge de l’accompagner, [Abraham] dit : ‹Ô mon fils, je me vois en songe en train de t’immoler. Vois donc ce que tu en penses›. (Ismaël) dit : ‹Ô mon cher père, fais ce qui t’es commandé : tu me trouveras, s’il plaît à Allah, du nombre des endurants›. »

Autant que la bonté envers les père et mère donne ses fruits dans l’ici-bas et encoure le bonheur au musulman dans l’au-delà où il entrera le Paradis. Un homme demanda une permission au prophète (SBL) pour faire le djihad. Le prophète (SBL) l’interrogea : « ta mère est-elle encore vivante ? » Oui, répondit l’homme. Le prophète de reprendre : « reste à sa compagnie, l’accès au Paradis s’élance de ses pieds ». Le prophète (SBL) dit également : « le père est la porte médiane du Paradis. Soit yu maintiens accessible la porte, si tu la perds à jamais ». Ibn Omar (qu’Allah l’agrée, lui et son père) interrogea un homme : craignes-tu l’Enfer et aimes avoir accès au Paradis ? Oui, répondit l’homme. Tes père et mère sont-ils vivants ? Réinterrogea Ibn Omar. Ma mère est encore vivante, dit l’homme.  Ibn Omar lui dit : je jure par Allah, si tu lui dis des paroles douces et lui offres la nourriture, tu entreras au Paradis à condition d’éviter les péchés majeurs.

Nonobstant tout ce que l’on offre de bonté et de bienfaisance à ses père et mère, on ne leur donnera leur dû. Le prophète (SBL) dit : « jamais le fils n’arrivera à récompenser amplement son père, sauf s’il le trouve esclave et l’affranchit ».

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui les suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Autant que l(islam conseille de rendre bonté aux père et mère, il recommande de bien traiter les proches-parents. Il leur consacre des droits. Allah, Gloire à Lui, dit : « Cependant ceux qui sont liés par la parenté ont priorité les uns envers les autres, d’après le Livre d’Allah ». Le prophète (SBL) dit : « lorsqu’Allah acheva la création, le lien de parenté se leva Lui disant : ma position est celle de celui qui cherche protection auprès de Toi contre l’a rupture. Allah lui répondit : « bien ! Acceptes-tu que Je rende Ma Grâce à quiconque t’observe et l’empêche de quiconque te rompt ». Si, dit-il. Le prophète (SBL) de dire : « récitez, si vous le voulez, le Dire d’Allah, Gloire à Lui : « Si vous détournez, ne risquez-vous pas de semer la corruption sur terre et de rompre vos liens de parenté? Ce sont ceux-là qu’Allah a maudits, a rendus sourds et a rendu leurs yeux aveugles. »

Le prophète (SBL) dit : « Allah, Gloire à Lui, dit : « Je suis le Tout Miséricordieux, Je créa le lien de parenté (rahem) et lui dériva un nom du Mien. Quiconque l’observe, Je lui rends Ma Grâce, ce qui le rompt, Je la lui prive ».

La bonté à rendre aux proches-parents se réalise par leur rendre visite, se renseigner de leurs nouvelles et les assister. Le prophète (SBL) dit : « la charité offerte au pauvre est une simple charité, alors que celle offerte à un proche-parent est double : une charité et une bonté rendue au lien de parenté ». Cette bonté se réalise également par accepter l’invitation des proches-parents, rendre visite à leur malade, suivre leurs funérailles, respecter les plus âgés parmi eux, prendre en miséricorde me mineur, avoir le bon cœur vis-à-vis d’eux et invoquer Allah à leur faveur.

Cette bonté se réalise également par en accepter l’invitation, rendre visite à leur malade, suivre leurs funérailles, respecter les plus âgés, traiter d’une clémence leurs petits et avoir le pur cœur vis-à-vis d’eux.

Allah, Gloire à Lui, fit de l’observation du lien de parenté l’origine de l’âge béni et de la subsistance abondante. Notre prophète (SBL) dit : « quiconque a envie d’avoir une longue vie et une subsistance abondante, qu’il se prémunisse envers Allah et observe le lien de parenté. » Il nous indique également que l’observation de ce lien est à l’origine de l’absolution des péchés. Un homme vint interroger le prophète (SBL) : j’ai commis un grand péché, aurais-je l’occasion de repentir, ô Messager d’Allah ? Le prophète (SBL) de dire : «ta mère est-elle encore vivante ? ». Non, répondit l’homme. « Ta tante maternelle est-elle vivante ? » Oui, dit l’homme. Le prophète de répliquer : « traite-lui donc d’une manière bonne ».

Il faut donc prendre garde de rompre le lien de parenté et d’éviter de rétribuer la mauvaise action de sa pareille. Il faut plutôt pardonner et absoudre. Le prophète (SBL) dit : « l’observant du lien de parenté n’est pas celui qui récompense, c’est plutôt celui qui rétablit le lien rompu de sa parenté ». Un homme vint dire au prophète (SBL) : j’ai des proches-parents, je les traite boniment et ils me maltraitent. J’observe le lien avec eux et ils le rompent. J’éprouve la mansuétude vis-à-vis d’eux alors qu’il m’éprouve de la cruauté. Le prophète (SBL) lui dit : « si tu dis vrai, c’est donc comme si tu les fais manger du cendre. Un secoureur de la part d’Allah te sera consacré tant que t’u observe cette attitude ».

L’islam interdit de rompre le lien de parenté, mettant en garde contre les mauvais effets de cette rupture. Le prophète (SBL),dit : « le péché dont la punition est prioritairement à avancer par Allah à son auteur dans l’ici-bas, sans oublier la punition dans l’au-delà, réside dans l’agression et la rupture de liens de parenté ». Il dit également : « jamais, celui qui rompt le lien de parenté n’entrera au paradis ».

Il faut se prémunir envers Allah en matière de nos pères et mères, observer nos liens de parenté et s’entretenir de la meilleure façon vis-à-vis de tous les humains.

O Allah, aide-nous de rendre bonté à nos pères et mères, d’observer nos liens de parenté, préserve notre peuple. Fais que l’Egypte soit paix, sécurité, abondance et opulence ainsi que tous les pays du monde.   .