Le lien de causalité est une Tradition Divine

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «Et dis : ‹Œuvrez, car Allah va voir votre oeuvre, de même que Son messager et les croyants, et vous serez ramenés vers Celui qui connaît bien l’invisible et le visible. Alors Il vous informera de ce que vous faisiez›» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Allah, Gloire à Lui, établit pour le cosmos des traditions et des lois qui l’organisent, ainsi que des règles qui fonctionnent son mouvement. Aucune chose à suivre ne pourrait précéder n’importe quelle chose à avancer, ni vice-versa. Allah, Gloire à Lui, dit : « Le soleil ne peut rattraper la lune, ni la nuit devancer le jour; et chacun vogue dans une orbite ». Il dit également : « Or, jamais tu ne trouveras de changement dans la règle d’Allah, et jamais tu ne trouveras de déviation dans la règle d’Allah ». Allah, Gloire à Lui, fit de ces règles une mesure qui cadence les règles de base de la vie, réalisent le peuplement de la terre et la maintiennent. Cela se tient l’une des sublimes finalités de la création. A cet égard, Allah, Gloire à Lui, dit : « c’est Lui Qui vous créa de la terre et vous chargea de la peuple » et « ne semez point la corruption sur la terre après sa réforme ». Certes, les nations qui réalisèrent la vérité de ces Traditions Divines et œuvrèrent en fonction de leurs exigences, remportèrent la prédominance et le progrès, non-musulmanes soient-elles, même si elles n’adoptent aucune confession. Des telles lois naturelles sont loin de prendre parti pris en faveur de personne.

Le lien de causalité est l’une des règles cosmiques divines. Allah, Gloire à Lui, créa les causes et les conséquences et ordonna de faire recours aux causes. En présence des causes se réalisent ls conséquences. Il s’agit d’une loi générale qui renferme tout l’univers toujours et partout. Tout acte a une cause. Le feu est la cause de l’incendie, le meurtre est celle de la mort, le labour et la semence des céréales sont les causes de l’agriculture, le manger mène à la satiété, le travail dur conduit au succès, la paresse et l’indifférence vouent à l’échec et ainsi de suite.

Parcourir la terre et œuvrer sont une obligation religieuse et un devoir à la fois légal et national. Allah, dit : « C’est Lui qui vous a soumis la terre : parcourez donc ses grandes étendues. Mangez de ce qu’Il vous fournit. Vers Lui est la Résurrection » et «Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez. ». C’est bien le concept de l’islam en matière du parcours et du travail pour peupler la terre. Aucun prétexte ne nous sert lorsque nous ratons le progrès. Toute prétendue à ce propos n’a rien à voir avec la religion. Il s’agit plutôt des prétendues de l’inertie, de la paresse et de l’arriération de la caravane de la civilisation.

Contemplant les biographies des prophètes et vertueux, on réalise qu’ils s’efforçaient de recourir aux causes dans toutes les affaires de leur vie. Noé (salut sur lui) était charpentier. Après une longue vie de son appel destiné à son peuple, Allah, Gloire à Lui, l’ordonna de construire l’arche. Allah, Gloire à Lui, dit : «Et construis l’arche sous Nos yeux et d’après Notre révélation. Et ne M’interpelle plus au sujet des injustes, car ils vont être noyés ». Allah, Gloire à Lui, pourrait sauver Noé sans cause, ni travail. Mais, Il nous enseigne la nécessité de recourir aux causes. Noé exécuta l’Ordre de son Seigneur et se mit à construire l’arche sans lassitude en dépit de la raillerie de son peuple. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : « Et il construisait l’arche. Et chaque fois que des notables de son peuple passaient près de lui, ils se moquaient de lui. Il dit : ‹Si vous vous moquez de nous, eh bien, nous nous moquerons de vous, comme vous vous moquerez [de nous]. » Il continua son travail et Allah, Exalté Soit-Il, le sauva, lui et les croyants avec lui.

David (salut sur lui) était forgeron. Allah, Gloire à Lui, l’enseigna ce métier dont l’utilité et les bons effets le profitent, lui et la société. Allah, Gloire à Lui, dit : « Nous avons certes accordé une grâce à David de notre part. Ô montagnes et oiseaux, répétez avec lui (les louanges d’Allah). Et pour lui, Nous avons amolli le fer (en lui disant): ‹Fabrique des cottes de mailles complètes et mesure bien les mailles›. Et faites le bien. Je suis Clairvoyant sur ce que vous faites. » Le prophète (SBL) dit : « personne n’est meilleure de celui qui se nourrit du travail de sa propre main. David, le prophète d’Allah, mangeait du fruit du travail de sa propre main ».  Dans le récit de Joseph (salut sur lui), le recours aux causes et la planification soigneuses résultèrent de sauver les gens et le pays d’une famine meurtrière et d’un danger persistant. Joseph fit recours aux causes et prépara un long plan bien examiné pour sauver le pays d’une famine qui frappa le monde entier. Ainsi, son pays attint l’abondance, le bien-être, la protection et la puissance économique. Des quatre coins du monde, les gens se déferlèrent en Egypte pour en prendre des biens. Le Noble Coran cita ce récit d’après Joseph (salut sur lui) par dire : « Alors [Joseph dit]: ‹Vous sèmerez pendant sept années consécutives. Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez. Viendront ensuite sept année de disette qui consommeront tout ce que vous aurez amassé pour elles sauf le peu que vous aurez réservé [comme semence].  Puis, viendra après cela une année où les gens seront secourus [par la pluie] et iront au pressoir.› » Passons à la Sainte-Vierge Marie. La subsistance lui venait en abondance d’une manière qui éblouit le prophète d’Allah Zacharie (salut sur lui) d’après ce que cite le Noble Coran d’après lui : « Chaque fois que celui-ci entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d’elle de la nourriture. Il dit : ‹Ô Marie, d’où te vient cette nourriture ? › – Elle dit : ‹Cela me vient d’Allah›. Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter ». Dans une autre situation, malgré la faiblesse et la douleur de Marie, Allah l’ordonne de secouer le tronc du palmier pour que les dattes lui tombent. Si Allah voulait qu’elles tombent sans rien faire, Il l’aurait fait. Mais Il, Gloire à Lui, nous enseigne de nous servir de causes et de bien travailler. Il lui dit : « Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. »

Béni soit le poète qui dit :

Remets-toi au Tout Miséricordieux dans toute l’affaire

Ne penche-toi point un jour de l’impuissance délaissant le parcours.

Ne vois-tu pas qu’Allah dit à Marie

Secoue le tronc, donc les dattes tombent

S’Il vouait qu’elle la ramasse sans secouement

Elle l’aurait ramassé, mais tout acte est indissociable de son cause.

Notre noble prophète (SBL) donna le meilleur exemple en matière de se servir des moyens au cours de sa périple de migration. Il enseigna à sa communauté la planification parfaite et la préparation vertigineuse en tant que nécessité de succès et condition pour surmonter les inconvénients. Il prépara deux chamelles, choisit le compagnon honnête et détermina le temps réel et l’espace adéquat de la sortie et de l’élan. Il sortit la nuit de la maison d’Abou Bakr et se fit assister par un guide habile  de route, ce par une confiance ferme de la part du prophète (SBL) des hommes compétents et de l’investissement des potentialités, sans égard pour la différence d’idées, visions ou même de confessions. Ensuite, le prophète (SBL) chargea Amer Ibn Fohairah (qu’Allah l’agrée) de suivre leurs pas pour les effacer, ce par souci de se servir des moyens. Il était si conscient qu’Allah est Son Garant, lui et son compagnon. Néanmoins, le prophète (SBL) nous enseigne que la Loi Divine dans l’univers exige de se servir des moyens tout en vouant l’affaire intégrale à Allah, Gloire à Lui.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui les suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Se servir des moyens ne contredit point le fait de se remettre à Allah, Gloire à Lui. Quiconque connait la réalité de se mettre à Allah, s’efforce pour se servir des moyens. Le vrai remettant fait le maximum de ses efforts et rend l’affaire entièrement à Allah, Seul Détenteur de la Grâce et du Succès. Allah, Gloire à Lui, dit : « C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours ». Pour l’application pratique du sens de se remettre à Allah, le prophète (SBL) dit : « si vous vous remettez véritablement à Allah, Il vous donnera la subsistance autant qu’Il la donne aux oiseaux qui sortent le matin à ventres-vides et reviennent le soir à ventres-pleins ». Les oiseaux ne stockent guère de nourriture. Pourtant, ils ne se retardent point à parcourir en quête de la subsistance. Le matin, ils commencent leur parcours à la recherche de leur nourriture et reviennent le soir munis de la Grâce d’Allah. Ils œuvrent donc. Il s’agit alors d’une nature innée qui cadence le mouvement de la vie. Même si les oiseaux disposent de tout ce qui leur suffit toute leur vie, ils ne seront pas paresseux, ils parcourront davantage et sortiront tous les matins.

Le prophète (SBL) enseignait à ses compagnons le vrai sens de se servir des moyens dans toutes les affaires. Il interdisait la paresse et l’indifférence nuisibles et inutiles. On n’exagère point en affirmant que nous faisons du péché et lésons à nous-mêmes et à nos enfants lorsque nous renonçons à nous servir des moyens du progrès et d’épanouissement. Notre religion est celle de la science, du progrès, de la civilisation, de la beauté et de l’utilité de tous les humains. Un homme interrogea : ô Messager d’Allah ! Puis-je laisser la bride de ma chamelle en me remettant à Allah ? Le prophète (SBL) de répondre : « serre sa bride et remets-toi à Allah ». Ce fait est le recours aux moyens pour assurer la présence de la chamelle. La laisser débridée est susceptible de la faire perdre ou voler.

O Allah, assiste-nous à faire ce qui est utile à notre religion, à bien lever la place de notre peuple, notre pays et de tous les pays du monde.