Droits et devoirs de la jeunesse

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «ce sont des jeunes gens qui crurent en leur Seigneur et Nous les accorâmes de la bonne guidée» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

La jeunesse est la phase la plus importante de l’âge de l’être humain. C’est en effet la phase de la force corporelle, de la maturité, de la vivacité, de l’activité, de la donation généreuse, du vaste espoir et de l’ouverture à la vie. Sans doute, les jeunes gens sont les piliers de la communauté, son cœur balbutiant, son bras fort. Personne ne pourrait mettre en négation leur rôle important dans la fondation des patries, la renaissance et le progrès des nations.

Le Noble Coran qualifie la jeunesse de la phase de la force entre deux phases de faiblesse : la faiblesse de l’enfance et celle de la vieillesse. Allah, Gloire à Lui, dit : « Allah, c’est Lui qui vous a créés faibles ; puis après la faiblesse, Il vous donne la force ; puis après la force, Il vous réduit à la faiblesse et à la vieillesse ». C’est pourquoi l’âge de l’envoi des prophètes est celui de la jeunesse. Parlant de Joseph (salut sur lui), Allah, Gloire à Lui, dit : « Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C’est ainsi que nous récompensons les bienfaisants ». Parlant de Moïse, Il dit : « Et quand il eut atteint sa maturité et sa plein formation, Nous lui donnâmes la faculté de juger et une science. C’est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants ». D’après Abdullah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée, lui et son père) : Allah n’a envoyé qu’un homme à l’âge de le jeunesse et personne n’est devenu savant qu’à l’âge de la jeunesse ». Ibrahim (confident du Tout Miséricordieux) fit face aux idolâtres alors qu’il était à l’âge de la jeunesse. Parlant de cela, Allah dot : « (Certains) dirent : ‹Nous avons entendu un jeune homme médire d’elles ; il s’appelle Abraham› ». Le Noble Coran montre également l’intelligence et la perspicacité de notre maître Salomon (salut sur lui), alors qu’il était jeune homme « Nous le fîmes comprendre ç Salomon et accordâmes à tous les deux une sagesse et une science ». La jeunesse, la force et l’honnêteté de Moïse poussèrent la fille de l’homme vertueux à en exprimer. Le Noble Coran nous le raconte : « L’une d’elles dit : ‹Ô mon père, engage-le [à ton service] moyennant salaire, car le meilleur à engager c’est celui qui est fort et digne de confiance ». Allah, Gloire à Lui, s’adresse à Yahia (salut sur lui) le chargeant d’assumer la responsabilité de la science et de la prédication à l’âge de la jeunesse, de la force et de la volonté ferme. Allah, Gloire à Lui, dit : «…‹Ô Yahya, tiens fermement au Livre (la Thora)!› Nous lui donnâmes la sagesse alors qu’il était enfant »

Vu l’importance de cette phase de l’âge humain, le prophète (SBL) affirme qu’Allah, Gloire à Lui, interrogera dans l’au-delà, le serviteur au sujet de cette phase de jeunesse, ce pour que l’homme s’efforce à en profiter au maximum et la saisir pour son intérêt et celui du tout le monde. Il dit : « aucun serviteur ne sera affranchi dans l’au-delà avant d’être interrogé au sujet de quatre choses : de son âge et en quoi il la passa, de sa jeunesse et comment il la consomma et de ses biens : comment il les gagna et en quoi il les dépensa ». L’islam accorde une attention particulière aux jeunes gens leur consacrant des droits et les chargeant des devoirs. Ils ont le droit en enseignement, orientation et bonne formation. Le Noble Coran nous raconte l’attitude de Luqman le sage vis-à-vis de son fils. Il lui inspira les bonnes moralités et l’exhorta à la réforme, à la donation généreuse et de se qualifier des bonnes valeurs. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dot : «Et lorsque Luqman dit à son fils tout en l’exhortant : ‹Ô mon fils, ne donne pas d’associé à Allah, car l’association à [Allah] est vraiment une injustice énorme›. » Il dit également : « ‹Ô mon enfant, fût-ce le poids d’un grain de moutarde, au fond d’un rocher, ou dans les cieux ou dans la terre, Allah le fera venir. Allah est infiniment Doux et Parfaitement Connaisseur. Ô mon enfant, accomplis la Salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise !  Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole. Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la plus détestée des voix, c’est bien la voix des ânes›. » C’était exactement la même attitude menée par le prophète (SBL) vis-à-vis de la jeunesse. Il leur accordait une attention particulière, était soucieux de les former, préparer, ancrer à leurs esprits les principes de la pure religion, de l’amour de savoir et de se distinguer. D’après Abdullah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée, lui et son père) dit : j’étais avec le prophète (SBL), il me dit : « ô mon jeune homme ! J’entends t’enseigner certaines formules : observe les Ordres d’Allah, Il te préservera, observe les Ordres d’Allah, tu Le trouveras toujours te soutenir. Lorsque tu demandes de la grâce, c’est à Allah de le demander. Si tu demandes secours, c’est d’Allah de le demander. Saches que si la communauté entière se rassemble pour t’apporter une utilité, elle ne le fera que dans le cadre d’une chose qu’Allah prescrit déjà à toi. Saches que si la communauté entière se rassemble pour t’apporter un préjudice, elle ne le fera que dans le cadre d’une chose qu’Allah prescrit déjà à toi. Mission accomplie ».

Après le bon enseignement et l’entrainement efficace vient le droit des jeunes en matière de l’intégration. Il faut les pousser, chacun dans le cadre de sa science, ses moyens et compétences, aux positions du travail, de la direction et de la responsabilité. C’est ce que faisait le prophète (SBL) lorsqu’il se servait au maximum des diverses potentialités des jeunes les poussant à se livrer aux batailles de la vie. Il confia la confidentialité de son appel à un jeune homme de 18 ans, à savoir, Al Arqam Ibn Abou Al Arqam (qu’Allah l’agrée) dont la maison était le siège du prophète (SBL) et ses compagnons (qu’Allah les agrée) au début de l’Appel à l’islam. Le prophète (SBL) nomma Oussama Ibn Zayd (qu’Allah l’agrée) chef d’armée à l’âge de 18 ans. Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) invitait à son assemblée les jeunes à côté des vieux et il les consultait en plusieurs questions. Il disait : il ne faut pas que le jeune âge de l’un de vous l’empêche de donner son avis, car, la science ne dépend point, ni de la jeunesse, ni de la vieillesse, mais Allah l’accorde à qui Il Veut. Son assemblée regroupait des jeunes hommes dont en tête Abdullah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée, lui et son père), de qui Omar (qu’Allah l’agrée) dit : il dispose d’une langue qui ne cesse d’interroger et d’un cœur qui raisonne inlassablement.

Cette attention accordée n’était pas restreinte aux jeunes gens, elle s’étendait également aux jeunes filles qui jouaient un rôle prépondérant dans la création de la civilisation islamique. Leur action se produisait dans la guerre comme dans la paix. On cite à ce propos Asmaà Bint Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et son grand rôle au cours de la migration prophétique. Elle fournissait au prophète (SBL) et à Abou Bakr, la nourriture et la boisson. Les jeunes filles jouaient également un grand rôle dans les moments les plus difficiles et critiques. Dans les champs de batailles, elles secouraient les blessés, abreuvaient les guerriers, comme ce fut le jour d’Ouhd. Anas (qu’Allah l’agrée) dit : « je vis Ayesha, fille d’Abou Bakr et Om Soléim transporter les réservoirs d’eau sur leurs dos, les vider aux bouches des soldats, revenir les remplir puis venir les vider aux bouches et ainsi de suite.

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Les obligations qui incombent aux jeunes sont nombreuses. Tout d’abord, il faut qu’ils s’arment de la science, de la bonne compréhension et de l’enseignement continu. Les progrès scientifiques ne cessent de se développer. Nos jeunes doivent poursuivre les nouveautés, considérer les exigences du marché de travail et de la patrie. Ils doivent se servir des programmes, stages et expériences requises pour être capables à faire-face aux défis. Allah, Gloire à Lui, n’ordonna Son prophète (SBL) de demander croissance d’une chose de la vie quotidienne, sauf la science, où Il dit : « et dis ; mon Seigneur, accrois-moi la science ».

  Ensuite, ils doivent se soucier des expertises et d’éviter l’orgueil. Ils doivent tirer profit des expériences et de la sagesse de leurs prédécesseurs. La relation entre les générations successives n’est pas basée, ni sur l’exclusion, ni le conflit. Elle est basée plutôt sur la complémentarité et le bon conseil. Il faut éviter l’orgueil destructif qui fait perdre l’orgueilleux. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et ne foule pas la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes ! » Le prophète (SBL) dit : « il y a trois choses qui font périr : une parcimonie poursuivie, une passion obéie et l’orgueil qui pousse chacun à n’adopter que son avis ».

Il faut réactualiser l’établissement de l’intention de servir la religion et la patrie. On est rétribué autant qu’on aie l’intention sincère. Le prophète (SBL° dit : « les actes sont comptés en fonction de l’intention et chacun sera rétribué en vertu de son intention ».

Il faut saisir l’occasion pour déployer davantage d’efforts tout en saisissant que le chemin est encore long et la responsabilité est tellement lourde. Nous vivons dans un monde si mouvementé qui ne donne occasion qu’à ceux qui travaillent sérieusement et accomplissement parfaitement leurs obligations. Pour réaliser nos ambitions et atteindre la place que nous cherchons aussi bien pour nous que pour notre pays, il faut déployer le maximum d’efforts dans notre travail.

Il faut rendre à la patrie son dû concernant l’éducation, la formation et l’intégration. La patrie a droit sur ses habitants qui vivent sur son sol, se nourrissent de ses biens, en gardent des souvenirs et de l’histoire. Il faut s’armer de la bonne volonté, de la science et de la création. Notre slogan est : l’allégeance et la générosité à titre de service à rendre à cette patrie et en défendre les territoires.

O Allah, bénis nos jeunes gens et jeunes filles, protège-les contre tout malheur, oriente-les vers la construction et l’urbanisation, guide-les vers ce qui est réforme aussi bien pour les pays que pour les serviteurs. Protège notre Egypte ainsi que tous les pays du monde.