L’union de la patrie fait sa force

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : «et attachez-vous tous du pacte d’Allah et ne dispersez-vous pas» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite..

Le prophète (SBL) vint avec un message qui appelle à l’union et à la solidarité et interdit la désunion et l’animosité. Il unit donc les arabes disparates pour en faire une seule communauté. Ils les associa avec la fraternité de la foi t attacha leurs cœurs du lien de l’affection. A ce propos, Allah, Gloire à Lui, dit : «Il a uni leurs cœurs (par la foi). Aurais-tu dépensé tout ce qui est sur terre, tu n’aurais pu unir leurs coeurs; mais c’est Allah qui les a unis, car Il est Puissant et Sage », « les croyants ne sont que des frères ». Le prophète, à son tour, ordonne l’affection, l’inter-clémence et la sympathie en disant : « les croyants en état d’affection, d’inter-clémence et de sympathie, ressemblent à un seul corps dont lorsqu’un organe souffre, les autres organes le consolent avec de la veille et de la fièvre ».

Cette affection n’est pas restreinte aux musulmans entre eux, elle renferme plutôt le monde entier. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur ». Ce principe est affirmé par le Noble Coran lorsqu’il parle de la fraternité humaine entre les prophètes et leurs adversaires en matière de la doctrine. Allah, Gloire à Lui, dit : « et aux Ad, Nous envoyâmes leur frère Hud », « et aux Thamūd, nous envoyâmes leur frère Saleh » et « aux Madyan, nous envoyâmes leur frère Choëb ». Après avoir cité les prophètes prédécesseurs, Allah, Gloire à Lui, dit : « Certes, cette communauté qui est la vòtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc » et « Certes, cette communauté qui est la vòtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc ». L’imam Al Baghwi (qu’Allah l’agrée en Sa Miséricorde) dit : Allah envoya tous les prophètes pour établir la religion, l’affection et l’union et pour éviter la désunion et l’adversité.

Certes, cet appel islamique à l’union t à éviter la désunion et l’égoïsme, est l’un des éléments de la protection de la patrie et la sécurité de la société. Quel que soit son statut, l’individu est toujours chétif au sein d’une société faible, fort soit-il. En revanche, l’individu faible dans une société forte, en inspire une force. C’est pourquoi l’Islam élève l’importance de la citoyenneté et affirme que la patrie est à la fois par et pour tous ses citoyens. L’union de la patrie exige d’éviter la discrimination par confession, couleur ou ethnie. L’arabe ne prévaut sur le non-arabe, ni le blanc sur le noir que par la piété et la bonne œuvre. Dans ce contexte s’inscrit la feuille de Médine conclue par le prophète (SBL) avec les juifs, à qui il donna des droits égaux à ceux des musulmans en matière de la libéré, de la sécurité et de la paix. Il les engagea de la défense commune de Médine avec les musulmans. Cela se tient une preuve éclatante qu’en islam, la patrie renferme tous les citoyens tant que chacun observe ses obligations et responsabilités.

L’islam élève également le travail d’un esprit d’équipe. Il estime que l’union, la consolidation des efforts et l’exclusion des différends sont les devoirs de la communauté toujours et partout. C’est dans ce contexte qui s’inscrit l’Ordre Divin dans le Noble Coran : « et attachez-vous tous du pacte d’Allah et ne dispersez-vous pas ». Le prophète (SBL° dit : « Allah vous agrée trois choses et vous déteste trois autres. Il vous agrée de L’adorer sans Lui rien associer, de vous attacher tous de Son pacte et ne point vous disperser. Il vous déteste la médisance, l’abus d’interrogation et le gaspillage des biens ». Le prophète (SBL) donne une parabole de la communauté en état de son union, solidarité et entre-aide en disant : « le croyant est pour son confrère, comme une construction dont toutes les parties se consolident. Le prophète croisa ses doigts à titre illustratif ».

Le Noble Coran nous cite des exemples de cette union qui mena à préserver la patrie et la sécurité de la société. On en cite ce que fit Joseph (Salut sur lui) lorsqu’il dressa un plan, tous les égyptiens se rangèrent derrière lui, coopérèrent pour réaliser leur visée et mirent en application la notion de l’union. Ils travaillèrent en commun, chacun dans le cadre de sa puissance, selon le plan tracé et la finalité recherchée. Ainsi, le pays fut investi du bien-être, de la préservation, l’épanouissement et la puissance économique. Des quatre coins du monde, les gens vinrent prendre des biens d’Egypte. D’après Joseph ‘Salut sur lui), Allah, Gloire à Lui, raconte : « Alors [Joseph dit]: ‹Vous sèmerez pendant sept années consécutives. Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez. Viendront ensuite sept année de disette qui consommeront tout ce que vous aurez amassé pour elles sauf le peu que vous aurez réservé [comme semence]. Puis, viendra après cela une année où les gens seront secourus [par la pluie] et iront au pressoir. »

L’islam exhorte tout ce qui se tient un moyen de l’union et de la solidarité, telles la miséricorde, la souplesse et la sympathie. Allah, Gloire à Lui, dit : «C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au coeur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d’Allah). Et consulte-les à propos des affaires ; puis une fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance ».

La miséricorde, la souplesse, le conjointement des cœurs sont des moyens pour l’union. Le prophète (SBL) dit : « la religion est une facilité, elle vainc quiconque cherche à la rendre rigide. Œuvrez donc convenablement, rapprochez vos œuvres, cherchez appui dans le travail du matin, du modo et d’une partie de la nuit ». Il dit également : « je suis envoyé avec la pure religion tolérante ».

L’islam appelle à propager la cohésion et la paix entre tous les membres de la société sans égard pour leurs diverses croyances. Allah, Gloire à Lui, dit : « Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables ».  Le prophète (SBL) s’entretenait avec les non-musulmans en fonction de cette directive coranique ; il les rendait bonté, en acceptait les cadeaux, agréait les invitations, rendait visite aux malades, ce pour montrer la tolérance de cette religion et sauvegarder la cohésion de la société.

L’obligation urgente prioritaire exige que tous les citoyens honnêtes conscients de la nature de l’époque, se rangent tous pour établir l’autosuffisance à leur patrie, chacun dans le cadre de son domaine : les médecins, les juristes, les ingénieurs, les agronomes, les enseignants et tous les spécialistes dans tous les arts. Il faut ancrer l’esprit de la donation généreuse, celui-ci travaille par ses propres mains, celui-là dépense de ses propres biens, un troisième enseigne aux gens. Ainsi, on se sert de toutes les potentialités au service de la patrie. C’est bien le vif de notre religion. Allan s’adresse à nous tous : « C’est Lui qui vous a soumis la terre : parcourez donc ses grandes étendues. Mangez de ce qu’Il vous fournit. Vers Lui est la Résurrection » et « Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez ».  

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

. * * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Feuilletant les événements historiques on réalise que la désunion est à l’origine de la défaite et de la faiblesse. Le Noble Coran nous met en garde contre ce danger, où Allah, Gloire à Lui, dit ; « Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. » et « Et obéissez à Allah et à Son messager ; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants ». En outre, la désunion efface la grandeur de la communauté, lui cause la faiblesse et l’humilité. Il suffit pour se lettre en garde contre la division que celui qui meurt en s’en engageant, meurt comme les antéislamiques.

C’est pourquoi l’islam lutte contre tout comportement susceptible de mener à la désunion. Il interdit le racisme qui est l’un des aspects du fanatisme haïssable préislamique. Le prophète (SBL) dit : « Allah, Gloire à Lui, vous dissipa le fanatisme et la fierté préislamiques. Il n’y a plus que croyant pieux ou criminel malheureux. Vous êtes les descendants d’Adam créé de la terre ». Il montre également que les humains sont égaux en droits et devoirs en disant : «ô les humains, botre Seigneur est Unique, votre aïeul est le même. L’arabe ne prévaut sur le non-arabe, ni le non-arabe sur l’arabe, ni le blanc sur le rouge, ni le rouge sur le blanc que par la piété ».

O Allah ! Unifie nos rangs, unis nos cœurs, oriente-nous vers ce que Tu aimes et agrées, accorde-nous la sincérité de travail, préserve notre Egypte et élève son étendard dans le monde entier.