Les valeurs humaines dans la Sourate les appartements

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : « Dis : ‹Moi, mon Seigneur m’a guidé vers un chemin droit, une religion droite, la religion d’Abraham, le soumis exclusivement à Allah et qui n’était point parmi les associateurs» J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé, et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager qui dit : « je suis envoyé juste pour parfaire mes moralités les plus sublimes ». O Allah, accorde Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, à sa famille, ses compagnons et ceux qui leur suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite…

Le Noble Coran est abondant de plusieurs versets qui initient les bonnes moralités et les valeurs sublimes. Il y a une sourate qui établit une société humaine très élevée, il s’agit de la Sourate les Appartements qui initie un ensemble de valeurs et éthiques. On en cite le fait de s’assurer de toutes les affaires surtout celles concernant les gens. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait ». L’islam fonde toute chose sur la certitude. Lorsque la huppe vint dire à Salomon qu’il y avait des gens qui adoraient le soleil en dehors d’Allah affirmant qu’il s’agit de la nouvelle authentique, le Coran nous raconte : « Alors, Salomon dit: ‹Nous allons voir si tu as dis la vérité ou si tu as menti ». Le prophète (SBL) dit : « il suffit à l’homme pour péché de transmettre tout ce qu’il entend ». Commentant ce hadith An-Nawawy dit : c’est car l’on entend le vrai et le faux, lorsqu’on transmet tout ce qu’on entend, on dix faux en transmettant le faux. Lorsqu’un homme entra chez Omar Ibn Abdel Aziz lui racontant une chose concernant une personne, Omar lui dit : si tu veux, on examinera ton affaire. Si tu es menteur, tu es donc des concernés par ce verset : « Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait ». Si tu es véridique, tu es du nombre des gens de ce verset : « calomniateur qui marche avec la médisance ». Si tu le veux, on te pardonnera. L’homme dit : je te supplie le pardon, ô commandeur des croyants, je ne le ferai point de nouveau. Si chacun de nous se soucie de s’assurer avant de lancer de jugement, la rumeur perdra son effet et ceux qui le propagent cesseront de le faire.

On en cite le fait de s’abstenir de la médisance. Allah, Gloire à Lui, dit : « Et n’espionnez pas ; et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort? (Non! ) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux ». D’après Abou Horairah (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : « savez-vous c’est quoi la médisance ? » On répondit : c’est Allah et Son Messager qui le savent le mieux. Le prophète de répliquer : « C’est le fait de citer ton frère par ce qu’il déteste ». On dit : et s’il a déjà ce vice ? Le prophète de dire : « s’il est effectivement ce vice, tu lui lance de la médisance, sinon, tu lui lance de la diffamation sans preuve ». L’homme qui procède à la médisance se détourne de ses propres infirmités par celles des autres. Le prophète (SBL) dit : « l’un de vous voit bien la moindre erreur chez son frère et feigne oublier ses propres grosses fautes ». En outre, l’homme est demandé de repousser les offenses lancées à l’honneur de son frère. Le prophète (SBL) dit : « qui repousses les infâmes lancées à son frère, Allah lui repoussera le feu le Dernier Jour ».

On en cite également les mauvaises allusions injurieuses. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Cela se fait par ce qui cite le verset : « Malheur à tout calomniateur diffamateur ». Il s’agit de ceux qui diffament les autres, les déclarent fautifs et les appellent avec des surnoms qui leur sont haïssables. Le malheur sera le sort de ces calomniateurs. D’après Ibn Massoud (qu’Allah l’agrée) : lorsque nous étions ordonnés de faire de la charité nous nous efforcions de le faire. Abou Oqaïl vint avec un demi de s’à et un autre homme vint avec un peu plus. Les hypocrites dirent : Allah se passe certes de s’à de celui-ci et l’autre donne charité par ostentation. Fut donc révélé le verset : « Ceux-là qui dirigent leurs calomnies contre les croyants qui font des aumònes volontaires et contre ceux qui ne trouvent que leurs faibles moyens (à offrir), et ils se moquent alors d’eux. Qu’Allah les raille. Et ils auront un châtiment douloureux »

On cite également le fait de ne point se moquer des autres, cela ne convient pas au vrai musulman. Allah, Gloire à Lui, dit : «Ô vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles ». Notre religion nous interdit tout ce qui nuit les autres. Le musulman ne fait que le bien et n’apporte aucune nuisance aux autres. Le prophète (SBL) interdit tout ce qui est nuisible : dire, acte ou signe. Il ancre en homme ce qui lui lève la place. D’après Om Moussa : Abdullah Ibn Massoud fut cité chez Ali qui énuméra de ses vertus puis dit : Ibn Massoud, un jour, monta sur un arbre voulant se cacher de ses amis. Ceux-ci se moquèrent de ses maigres pieds. Le prophète (SBL) dit : « de quoi vous vous moquez ? Ces pieds sont dans la balance de l’Au-delà, plus lourds que le mont Ouhd ».

Disant cela, j’implore le pardon d’Allah pour moi et pour vous.

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le Salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au dernier prophète et messager, à sa famille, ses compagnons et leurs suivants jusqu’au dernier jour. Mes frères en islam !

L’une des grandes valeurs contenues dans la Sourate les Appartements est l’élévation du principe de la fraternité et de la réconciliation. Allah, Gloire à Lui, dit : «Les croyants ne sont que des frères. Établissez la concorde entre vos frères, et craignez Allah, afin qu’on vous fasse miséricorde ». La réconciliation est une grande valeur exhortée par cette sourate, voire par notre pure religion qui initie une société humaine cohérente et tolérante et veille à ancrer la valeur de la coexistence dans l’ambiance de l’affection et du rapprochement loin de litige. C’est bien le remède à tous les points litigieux et conflictuels.

Dans le cadre de la famille le Coran nous incite en cas de différend entre les couples, difficile à résoudre, d’envoyer des arbitres intègres. Allah, Gloire à Lui, dit : « Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur ». Cet esprit conciliateur doit s’étendre à la société entière. Allah, Gloire à Lui, dit : « Il n’y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l’un d’eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l’agrément d’Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme ». Le prophète (SBL) montre la rétribution de la réconciliation et les mauvais effets de l’animosité en disant : « voulez-vous que je vous informe ce qui est meilleur que la salat et la zakat, c’est la réconciliation entre les gens, car l’animosité rase la religion ».

Pour le vrai musulman, la réconciliation est une méthode de vie. Le prophète (SBL) : « il y a des gens qui ouvrent le bien et closent le mal et d’autres qui ferment le bien et ouvrent le mal. Heureux celui à qui Allah confie le bien et malheureux celui qui ne fait que le mal ».