L’ijtihad collectif est une nécessité vitale

أ.د/ محمد مختار جمعة وزير الأوقاف

D / Mukhtar Mohamed Juma
Ministre des Awqaf

Nos sociétés musulmanes ont beaucoup souffert de l’anarchie des fatwas émises par les soi-disant savants parmi les incompétents et les non spécialistes ainsi que par les faibles d’esprit avides de la renommée et du show médiatique. Ces gens-là courent après toute opinion jugée étrange et irraisonnable pour attirer l’attention et servir l’intérêt de leur groupe ou de leur organisation.

A notre temps, les nouveautés se sont multipliées. Certaines d’entre elles sont complexes et critiques et entrent en choc évident avec les avis de quelques savants prédécesseurs qui correspondaient seulement à leur temps et à leur milieu. Malheureusement, les non spécialistes, les incompétents et les soi-disant savants de notre époque qui émettent ce genre de fatwa ignorent complètement les fondements de la fatwa, le principe de la réalisation de l’intérêt, les outils de l’analogie, les exigences de notre réel vécu, etc. D’où vient la nécessité d’avoir recours à ce qu’on appelle « l’ijtihad collectif ».

Dans son allocution prononcée lors de la séance d’ouverture de la conférence du conseil suprême des affaires islamiques tenue à Louxor et qui est intitulée « La vision des imams et des savants du renouvellement du discours religieux et de la lutte contre la pensée extrémiste. », le grand imam de l’Azhar son éminence Dr. Ahmad at-Tayyeb a appelé au recours à l’ijtihad collectif et exhorté les grands ulémas partout dans le monde à y contribuer d’une manière efficace. Il leur a recommandé de débattre courageusement les questions critiques telles que celles relatives au terrorisme, à la définition de la conception « Dar al-Islam », à l’adhésion aux groupes armés, à la rébellion contre l’ordre social, au meurtre des citoyens innocents et aux explosions lâches commises par les terroristes. Egalement, il a appelé les grands savants à débattre les questions relatives à la liberté et aux droits de l’homme, aux causes de la femme, à la détermination astronomique du début des mois arabes et aux cultes du pèlerinage. D’ailleurs, le grand imam a exhorté les savants de la communauté à émettre des fatwas obligeant le travail et interdisant l’oisiveté et la négligence. Il a fini par mettre en garde contre l’émission des fatwas d’ordre général qui ne touchent en rien notre réel vécu, ne tranchent pas les questions critiques d’une manière définitive et n’apportent aucun changement à la société.

Sans doute, l’ijtihad collectif contribuerait d’une manière évidente et efficace à la disparition des fatwas illogiques et à l’élimination des causes de l’extrémisme que la conférence a résumées dans les points suivants :

_ Le radicalisme, l’étroitesse d’esprit, la mal compréhension des questions religieuses, le littéralisme, l’éloignement de l’esprit et des objectifs religieux, l’émission des avis religieux par des incompétents et des non spécialistes, etc.

_ Certains groupes et organisations se servent de la religion pour réaliser leurs visées politiques aux dépens de l’intérêt suprême de la religion et de la patrie.

_ Dans nombreux pays arabes et islamiques, certaines puissances colonialistes ont réussi à recruter des agents parmi les groupes islamistes contre quelques profits ou quelques promesses trompeuses.

Enfin, il convient de souligner que l’ijtihad collectif doit réaliser une sorte de rapprochement entre les savants et éliminer les raisons de la désunion et du désaccord. Ainsi, peut-on réaliser l’unité de la communauté face aux idées illogiques et déviées des extrémistes.