La grandeur de l’Egypte est due à sa civilisation basée sur
la haute moralité

Mokhtar-300x198

Sans doute, la grandeur de l’Egypte tient à la grandeur de ses dirigeants, de ses savants, de ses hommes, de ses femmes, de ses jeunes, de ses filles, de la richesse de son histoire et sa civilisation. Cette grandeur tient aussi à son rôle d’avant-garde dans la région sur le plan intellectuel scientifique, culturel, militaire, civilisationnel et humain. Notre chère Egypte est distinguée par l’ouverture de l’esprit de son peuple, sa tolérance et sa capacité de s’élever au-dessus des actes ignobles : Si le méchant me réserve un mauvais accueil ; je réagis par rien dire A sa méchanceté acérée, je réponds par la clémence. Mon attitude à son égard est comparable à un bâton d’encens dont s’exhale une bonne odeur une fois touché par le feu. Mais il faut distinguer entre la douceur qui émane de la force et la douceur dictée par la faiblesse. L’Egypte, entre les pays arabes, est le frère aîné soucieux de garder unie la famille et de lutter par tous les moyens contre les dangers qui menacent sa stabilité et son unité. Aux moments de crise, ce frère ne cesse pas d’aider ses frères même ceux, parmi eux, qui l’ont déjà outragé. Tout comme l’ainé de la famille, l’Egypte, pays d’avant-garde, ne renonce pas à la défense des causes arabes. En même temps, elle ne se laisse pas s’enliser, contre son gré, dans un conflit déclenché par des pays imprudents. Tout au long de son histoire glorieuse, l’Egypte est riche de ses valeurs morales. Son peuple répugne par nature la perfidie et l’agression injuste. Elle vient au secours des pays frères et des pays amis. Tout au long de son histoire, l’Egypte est réputé pour le bon voisinage, la tolérance, la bonne compagnie, la bonne humeur de ses habitants. Elle déteste par nature l’extrémisme et le rigorisme. Les quelques actes de violence commis dans de différentes régions du pays ne sont qu’un simple symptôme contraire à la nature paisible de l’Egypte et appelé à la disparition. En effet, la civilisation égyptienne a bien assimilé le patrimoine des autres civilisations tout en tirant profit de leurs aspects utiles et en rejetant les aspects mauvais et inutiles. Son Azhar, son édifice millénaire qui se distingue par son caractère indulgent et de justemilieu, se porte garant de cette tolérance et de cette modération ; non pas seulement au sein de l’Egypte, son berceau de naissance, mais aussi dans le monde entier. A ce propos, il me vient à l’esprit ces vers : L’Egypte n’a rien à craindre ; le coran sacré lui porte garant de survie et de sauvegarde. S’il arrive un jour qu’elle trébuche, elle se redresse aussitôt et assume son rôle de bastion de l’Islam et de l’arabité. A quiconque veut la paix, elle lui tend la main. Et tout ennemi voulant la guerre, qu’il sache que ses hommes vaillants sont là pour la défendre. Loin de toute agression et de toute humilité, l’Egypte est le foyer des hommes braves et généreux. Ils relèvent le défi jusqu’à ce que victoire ou mort en martyr s’ensuive. L’histoire témoigne de la bravoure de ses hommes. Le Prophète n’a-t-il pas fait l’éloge de ses soldats ? Les soldats égyptiens sont les meilleurs ; l’Egypte en tire fierté et prestige. Dans son sein, l’Azhar reste à travers les âges le gardien des sciences. Cet Azhar continue à enseigner à tout le monde que l’Islam va de pair avec la tolérance. Priez en faveur du Prophète Ahmad, le meilleur et l’imam de toute l’humanité.