Vers des relations familiales stables
Le 23 Djommada 1er 1437 – 1er avril 2016

awkaf-

I- Les éléments

1- La méthode islamique garantissant la stabilité de la famille

A- Le bon choix

B- Surveille des droits et des devoirs

C- Réalisation de la bonté et de la miséricorde

D- L’entretien avec convenance

E- Equité vis-à-vis des descendants

2- Impact de la stabilité familiale sur la société

II- Les preuves :

Preuves tirées du Noble Coran :

1- Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. (sourate les Romains, v.21)

2- Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d’Allah? (sourate mes Abeilles, v.72)

3- Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allah est immense et Il est Omniscient. Sourate la Lumière, v. 32)

4- Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. (sourate la Vache, v. 118)

5- Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que

vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. (sourate les Femmes, v. 19)

6- Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur. (sourate les Femmes, v. 35)

7- Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, et Allah fera succéder l’aisance à la gêne (sourate le Divorce, v. 7)

Preuves tirées de la Noble tradition prophétique :

1- Abdullah Ibn Massoud (qu’Allah l’agrée) rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : « quiconque parmi vous dispose des moyens, qu’il se marie, car, le mariage lui permettrait de baisser le regard et de garder la chasteté, sinon, il est invite d’observer le jeûne qui lui servirait comme protection » (Hadith unanimement rapporté)

2- Abou Horeira (qu’Allah l’agrée) rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : « c’est pour l’un de quatre motifs qu’on cherche à épouser une femme : en quête de ses biens, de sa beauté, de sa généalogie noble ou bien pour sa religiosité. Quêtez alors celle de religiosité, sinon vous risquez de tout perdre » (Rapporté par Al Bokhari)

3- Anas Ibn Malek (qu’Allah l’agrée) dit : «un groupe de trois personnes sont venues auprès les demeures des épouses du prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) se renseigner sur son culte. Informés, ils feignaient juger minime le culte du prophète. Ils dirent : éoù nous sommes par rapport au prophète (que le salut et les

bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dont sont absolutifs aussi bien les péchés antérieurs qu’ultérieurs ? la première personne dit : « pour moi, je subsisterai en prière surérogatoire sans me reposer. La deuxième dit : j’observerai pour toujours le jeûne sans le rompre. La troisième personne dit : quant à moi, je ferai rupture avec l’autre sexe et je ne me marierai guère. Arrivé, le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) leur répliqua : « c’est bien vous qui disiez tel pu tel propos ? par Allah, le suis parmi vous le plus qui se prémunit à Allah et Le craigne, pourtant, je fais la prière et je repose, j’observe le jeûne et le romps et je me marie. Quiconque renonce à ma tradition, ne fait pas partie des miens. » (Rapporté par Al Bokhari)

4- Abou Hatem Al Mozni rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : «si un pieux dont vous agréez la religiosité et les moralités vient vous demander l’alliance, épousez-le, sinon une discorde et une corruption évidente régneraient sur la terre. « On répliqua : « mais, ô prophète, il pourrait être critiqué quelque part ? «si un pieux dont vous agréez la religiosité et les moralités vient vous demander l’alliance, épousez-le «, Reprit le prophète trois fois. (rapporté par At-Termizi)

5- Ibn Omar (qu’Allah l’agrée) rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : «chacun de vous est parrain responsable de ses charges : le gouverneur est parrain responsable de ses sujets, l’homme est le parrain responsable de sa famille, la femme est parraine responsable de son foyer et le serviteur est à son tour le parrain responsable des biens de son maître. » Ibn Omar dit ; je crois avoir entendre le prophète dire : « l’homme est le parrain responsable des bien de son père et

vous êtes tous parrains responsables et interrogés au sujets de vos charges. (rapporté par Al Bokhari)

6- Abdullah Ibn Amr Ibn Al ‘As (qu’Allah l’agrée, lui et son père) rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : «il suffit pour l’un comme péché de périr dont il est chargé de nourrir » (Rapporté par Ahmed)

III- Le sujet :-

L’islam accorde une attention particulière à la famille du fait qu’il s’agit du prototype de la société. Lorsque la famille est saine, la société est bien rétablie et vice versa. L’islam a dressé des restrictions et des critères qui organisent la fondation de la famille, observent son maintien et sa stabilité, ce dans le but de sauvegarder l’individu et par conséquent la société, du fait que la stabilité de la famille est la garantie de celle de la société.

L’attention qu’accorde l’islam à la famille relate à la phase qui précède sa création, ce qui mènerait l’affection, l’harmonie, l’enter clémence et le bon entretien parmi ses membres. Cela est censé diminuer les causes de la démolition et du morcellement de la famille. L’islam exhorte à fonder la famille d’une façon légitime qui s’accorde bien avec la préservation de la dignité humaine et la nature saine. Il s’agit de mariage, une des traditions divines en toutes les créatures. Allah, gloire à Lui dit : « Et de toute chose Nous avons créé [deux éléments]: de couple. Peut-être vous rappellerez-vous?”(Sourate Qui éparpillent, v. 49). Il dit, Exalté soit-Il; “Louange à Celui qui a créé tous les couples de ce que la terre fait pousser, d’eux-mêmes, et de ce qu’ils ne savent pas! », (Sourate Yasin, v. 36). Ainsi, l’alliance est une tradition cosmique qu’Allah rend parmi les signes de Son Omnipuissance et l’une de Ses preuves en termes de la création.

          L’islam exhorte également à la formation et la stabilité de la famille en vue de peupler la terre, réaliser l’intérêt de la société, construire la patrie, ce dans le but d’atteindre les finalités sublimes, en l’occurrence,  parmi d’autres, propager la chasteté et la vertu, préserver la société de débauche et turpitude de toute forme et la solidarité des familles par voie de l’alliance.

Le prophète, à son tour, a encouragé les jeunes à se marier tout en élucidant les vertus.

          Par ailleurs, l’islam met en garde contre tout ce qui va à l’encontre du peuplement de l’univers dont le célibat et le boycott des femmes.

          Comme la stabilité familiale avec toutes les acceptions du terme : la tranquillité, l’a sérénité et la certitude est un requis légitime et vital cherché par l’islam, l’islam a mis des fondements légaux sains et une méthode solide pour établir le bon entretien et la bonté entre le couple à tel point que se réalise la stabilité. ces fondements sont:

  • Le bon choix de la part de deux partenaires chacun de l’autre. Le prophète conseille à l’homme de bien choisir sa partenaire du fait qu’elle sera la bonne éducatrice qui préservera son honneur et ses biens. En outre, elle représente le meilleur des délices de la vie. Ibn Omar (qu’Allah l’agrée lui et son père) rapporte que le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit : « la vie a des délices dont en tête l’épouse vertueuse ». Une fois que les familles se fondent sur le bon choix, se réalise l’apaisement, la sérénité, l’affection continue et la clémence réciproque à tel point que le mariage devienne le bienfait le plus noble et le plus fructueux. Il faut que ce choix soit basé sur la religiosité et les bonnes moralités. L’épouse joue un rôle capital au sein de la famille ; sa droiture rend droite la famille, voire la société entière. Sa défiance cause directement l’écroulement de la famille.

Le poète dit :

Une mère est une école dont la bonne formation résulte la fondation d’un peuple à race noble.

Dans la même perspective le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) conseille à la femme de choisir son partenaire en vertu de sa religiosité et ses bonnes moralités. Par conséquent, le bon chois en vertu de la bonne conduite réalise à la famille cette stabilité qui conduit au progrès de la société.

  • Parmi les piliers de la stabilité de la famille est le fait que chacun de deux partenaires observe ses devoirs et ses droits. L’islam a lis au pied d’égalité les droits et devoirs de chacun vis-à-vis de l’autre. Il ne sied à l’un de deux partenaires de réclamer ses droits avant de remplir ses devoirs, ce pour réaliser l’affection et la sérénité qui abouteraient à la stabilité de la famille.

L’islam établit ces droits et devoirs et les a repartis à tous et à toutes tout en obligeant les membres de la famille à les observer. Par ces droits il y a ceux matériels, moraux, éducatifs, la participation constructive en termes de remplir les responsabilités, la nécessité de la coopération de tous les membres de la famille en matière des charges et exigences de la vie.

Un compagnon demanda le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui): « en quoi consiste le droit de l’épouse sur son mari ? Le prophète de dire : « c’est de la nourrie autant que tu te nourris, de l’habiller autant que tu t’habilles, de ne pas frapper le visage, ne pas dire des injures et ne pas l’abandonner, sauf au foyer ». (sunnas d’Abou Daoud)

Asmaa Bint Zayd l’ansarite interrogea le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui): nous, les felles, sommes interdites et obligées à rester dans vos demeures pour assouvir vos désirs et concevoir vos enfants. Quant à vous, les hommes, vous êtes préférés par assister la prière de vendredi, la prière en groupe, rendre visite aux malades, assister aux funérailles, pèlerinage après pèlerinage en outre le djihad dans le sentier d’Allah. Si l’un parmi vous sort en pèlerinage, en petit pèlerinage ou au combat, nous vous préservons les biens, tissons les habits et éduquons les enfants. Aurons-nous le droits d’une part de vos rétributions, ô prophète ? le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) s’adressa à ses compagnons et dit : « avez-vous entendu un propos pareil d’une femme au sujet de sa religion ? Les compagnons répondirent ; « notre foi, nous n’imagions point qu’une femme soit aussi bien orientée. le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) s’adressa à elle: « pars et informe toutes les femmes que lorsqu’une femme réussisse d’une une bonne épouse qui cherche à satisfaire à son mari et suivre ses recommandations vaut toute l’œuvre des précitée. »

          Alors, la réussite et la stabilité de la famille sont conditionnées par observer les droits et devoirs de la part de tous ses membres.

          Parmi les éléments qui favorisent la stabilité du foyer est la propagation de la miséricorde parmi ses membres. Cela se tient l’une des valeurs desquelles doit se caractériser le couple pour que la famille vive en sérénité. La miséricorde réciproque dans toute la société est garantie par son existence au sein de la famille. Notre exemple idéal en est le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) qui éprouvait inlassablement la miséricorde vis-à-vis de ses épouses, enfants et petits-enfants.  le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) était le meilleurs pour sa famille.

          Lorsque la miséricorde s’absente dans un foyer, celui-ci deviendrait une misère et une destruction, à tel point qu’il soit indispensable que tous les membres de la famille s’entretiennent avec affection.

          Parmi les facteurs de la stabilité familiale il y a le bon entretien avec convenance. Allah nous ordonne de le faire et son prophète aussi. Chacun de deux époux est invité à s’entretenir convenablement vis-à-vis de son partenaire. Allah dit : « elles vous sont une vêture et vous leur sont une vêture », Sourate la vache, v. 187. Cela comporte la parole douce, l’acte louable, la tolérance, la coopération,  le respect, la concertation, la confidentialité, éviter les causes de discorde et toutes les bonnes moralités. le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui), ainsi que ses honorables compagnons nous ont tracé le meilleurs exemple du bon entretien avec les épouses. Au cours d’un hadith Ayesha fut interrogé : comment était le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) à son foyer ? Elle répondit ; il était appliqué aux affaires de ménage, lorsqu’on annonçait la prière, il y sortait vite. (Sahih d’Al Bokhari).  D’après Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée, lui et son père), le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) dit: « j’aime bien me toiletter pour mon épouse autant que j’aime qu’elle me le fasse…….. je n’ai pas toujours envie d’en prendre tout mon droit…

Parmi les choses qui favorisent la stabilité familiale est le fait que l’un de deux partenaire ne surcharge son homologue. La concertation accroît l’affection et l’amour. Une question qui est en apparence d’une importance minime, ç savoir, l’allaitement, Allah en dit : « Et si, après s’être consultés, tous deux tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief a leur faire. » sourate la vache, v. 233. La concertation entre le couple, voire entre tous les membres de la famille est une nécessité et un mode de vie en islam. L’ordre de cette concertation est sous forme généralisant dans le coran, Allah dit : « qui répondent à l’appel de leur Seigneur, accomplissent la Salat, se consultent entre eux à propos de leurs affaires, dépensent de ce que Nous leur attribuons, » sourate la concertation, » v.38. Le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) mit ce principe en application. La sunna abonde de plusieurs situations attestant la concertation du prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) avec ses épouses. On en cite le fait que le jour de Hodeibiah, lors de la conclusion du pacte de réconciliation avec Qoraiche, le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) ordonna ses compagnons de se raser et égorger leurs sacrifices. Le transmetteur du hadith dit : par Allah, personne n’exécuta même après la répétition de l’ordre prophétique pour trois fois. Le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) entra chez Oum Salama lui évoquer ce que firent les compagnons. Elle lui dit : si tu aimes bien qu’ils exécutent ton ordre, alors, sors sans dire un mot à personne, puis, égorge ton sacrifice et interpelle ton coiffeur pour qu’il te coupe les cheveux. Le prophète (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) se soumit au conseil, alors, tous les compagnons se précipitèrent à égorger leurs sacrifier et à se raser à tel point de risquer d’entretuer. (rapporté par Al Bokhari). Al Hassan Al Bassri commenta : le prophète se passait du conseil d’Oum Salama, mais il voulut de donner l’exemple à tel point que l’homme ne se sente aucune gêne de concerter avec son épouse.

Parmi les piliers de la stabilité familiale il y a la pension qui est droit de tous les membres et incombe ç l’homme en tant que parrain de la famille. Allah dit : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien » sourate les femmes, v.34, « Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens. La mère n’a pas à subir de dommage à cause de son enfant, ni le père, à cause de son enfant. Même obligation pour l’héritier.” Sourate la vache, v.233 et “Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, » sourate le divorce, v.7

L’un des fondements de la stabilité au sein de la famille est le fait d’établir l’équité à tous ses membres. Bien éduquer les enfants à l’islamique, leur enseigner les rituels de la religion et leur établir l’équité constituent l’élément fondamentale de la stabilité familiale. Le prophète  (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) mit en garde contre la discrimination entre les enfants en termes d’entretien, ce pour préserver la solidarité et l’harmonie familiale. An-Noàman Ibn Bachir (qu’Allah l’agrée, lui et son père), rapporte : mon père me fit donnation d’une partie de ses bien. Oum Amra Bint Rawahah (ma mère) lui dit : je ne serai satisfaite à moins que tu en informe Le prophète  (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui). Mon père alla en interroger Le prophète  (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) et lui demander de le témoigner. Le prophète  (que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés à lui) lui demanda : « as-tu le fait pour tous tes enfants ? », Non, répondit mon père. Il lui dit : « prémunissez-vous d’Allah et soyez équitables vis-à-vis de vos enfants ». Alors, mon père renonça à cette donation. (rapporté par Muslim).

L’islam considère la famille avec respect. Elle est pour lui un lien sacré à finalités sublimes que l’islam cherche à le maintenir fort et cohérent, pour qu’il puisse réaliser ses objectifs et se durcit devant les malheurs. C’est pourquoi l’islam accorde une attention particulière à la famille avec un ensemble de règles dans le but que sa construction soit consolidée, ce qui préserverait la société contre toute forme d’excès, de radicalisme et de transgression. L’attention que l’islam accorde à la famille et ses fondements de stabilité vise la cohérence des individus de la communauté et réaliser le progrès et le bien-être.

Lorsque la famille se stabilise, tous les membres se sentiront sécurisés au stade psychologique, corporel, social et économique. Cela aura son impact sur la paix et sécurité de la société. L’islam considère que la stabilité de la famille est un bon moyen pour préserver la société contre le chaos et le désordre. Cette paix sociale commence par la famille et se termine par la société passant par l’école.

La famille, c’est la première école dans laquelle l’enfant distingue le vrai du faux, le bien du mal, apprend porter la responsabilité, la liberté d’expression. C’est au sein de la famille qui se dessine le caractère de l’enfant, les traits de son identité et par conséquent, il serait un bon citoyen dans une société saine.

Ce n’est exclusivement par la force qu’on pourrait imposer la sécurité. Cette dernière découle des membres de la société et de leur conscience. La famille joue le rôle prépondérant dans la formation et le développement de cette conscience.