Les leçons morales tirées du Sermon d’Adieu

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, Qui dit dans Son Noble Livre : « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous » J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, l’Unique sans aucun associé et que notre maître et prophète Mohamad est Son serviteur et Messager. O Allah, accorde –lui Ton Salut et Tes Bénédictions à lui, sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour

Ensuite….

Allah, Gloire à Lui, envoya Son Messager muni de la bonne guidée et de vraie religion pour qu’il fasse sortir les humains des ténèbres vers la lumière, les enlever de l’égarement vers la guidée et les accompagner dans l’itinéraire menant au bonheur aussi bien dans l’ici-bas que dans l’au-delà. Ainsi, le prophète (SBL) appela aux valeurs exemplaires et sublimes moralités. Il transmit idéalement le Message de son Seigneur, où, tout au long de sa vie, il ne cessait d’ancre les valeurs humaines par ses actes, paroles et approbations.

Lorsqu’Allah, Gloire à Lui, autorisa Son prophète (SBL) d’accomplir le cinquième des piliers de l’Islam, le prophète (SBL) s’installa sur le mont d’Arafat, aux rocs dans le plus grand rassemblement humain de l’époque, pour montrer les rituels du pèlerinage à ses compagnons et à l’humanité entière par la suite et pour ancrer les valeurs humaines et morales auxquelles il appelait durant sa vie. Il pressentait l’approche de sa mort et le terme de sa vie. Ainsi, son sermon contenait un bon nombre des grandes leçons et des sublimes valeurs qui se tiennent une méthode d’action pour l’humanité entière.

En tête de ces morales vient l’ancrage du principe de l’équité et de l’égalité entre tous les humains. Le prophète (SBL) dit : « ô humains, votre Seigneur est Unique, votre père est le même, aucun arabe n’a de privilège sur un arabe, ni vice-versa, ni d’un rouge sur un noir, ni vice-versa sauf par la piété. Le plus honorable parmi vous auprès d’Allah, est le plus pieux ». Ainsi, le prophète (SBL) fit de la piété et de la bonne œuvre la norme de la distinction, ce en vertu du verset : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur ». Tous les humains sont donc égaux en matière des droits et devoirs, sans aucune distinction, ni par classe sociale, ni fanatisme tribal. Cela est exigé par la justice qui est la balance de l’établissement des droits et la rectitude des nations. Allah, Gloire à Lui, dit : « lorsque vous témoignez, soyez équitables, même si la personne mise en cause est un proche-parent », « et lorsque vous arbitrez entre les gens, que vous le faisiez équitablement » et « Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l’équité : cela est plus proche de la piété »

On cite parmi ces morales la sacralité des sangs, biens et honneurs. D’après Abdel Rahman Ibn Abou Bakrah (qu’Allah l’agrée), d’après son père : le prophète (SBL) s’assit sur sa chamelle dont un homme tenait la trempe, le prophète (SBL) interrogea : « c’est quel jour celui-ci ? ». On garda le silence croyant qu’il l’aurait nommé différemment de son vrai nom Il reprit : « n’est-ce pas le jour de sacrifice ? », Si, répondîmes-nous. Il réinterrogea : «quel mois est celui-ci ? » On garda le silence croyant qu’il l’aurait nommé différemment de son vrai nom Il reprit : « n’est-ce pas le mois de Dhul Hijjah ? » Si, répondîmes-nous. Il reprit : « donc, vis sangs, biens et honneurs vous sont sacralisés autant que votre jour-ci, votre mois-ci dans votre cité-ci. Que le présent de vous informe l’absent, car le présent pourrait informer quelqu’un plus conscient que lui. » Dans cette situation, le prophète (SBL) attira l’attention de ses compagnons par ces mots éloquents qui renferme le discours prophétique singulier qui prouve la sacralité et l’immunité des sangs, biens et honneurs, à tel point qu’il est interdit de les agresser sous n’importe quelle forme. L’islam fait appel à la paix, la sécurité et la sûreté. Il veille que les gens mènent une vie stabilisée sans distinction entre un être humain et un autre sans égard pour la race, la couleur ou la confession. La Charia assura tout cela à tout être humain. Allah, Gloire à Lui, dit : «. Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a faite sacrée. Voilà ce qu'[Allah] vous a recommandé de faire; peut-être comprendrez-vous ». Allah fit en sorte que tuer une seule âme, sans motif légal, vaut le fait de tuer l’humanité entière en disant : «que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. ». Pour accentuer l’immunité des sangs et l’interdiction de les transgresser, le prophète (SBL) lança un autre avertissement dans ce sermon concernant les sangs et leur immunité par dire : « évitez de reprendre après mon départ, l’attitude des mécréants, à tel point de vous inter-battre les cous ».

Autant que l’islam interdit de transgresser les âmes, il prohibe d’agresser les biens des autres sous n’importe quelle forme. Allah, Exalté Soit-Il, dit : « Ô les croyants ! Que les uns d’entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu’il y ait du négoce (légal), entre vous, par consentement mutuel. » et « Et ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens, et ne vous en servez pas pour corrompre des juges pour vous permettre de dévorer une partie des biens des gens, injustement et sciemment. » Pour immuniser généralement les biens la Charia prohiba le vol en lui statuant une peine légale bien déterminée. Allah, Gloire à Lui, dit : «Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage. ». Elle interdit également l’usurpation de terrains sous toute forme, le prophète (SBL) dit à ce propos : « qui s’empare illégitimement même une petite parcelle de terrain, il en sera encerclé sur le cou de sept terres le Dernier-Jour ».

Du même dégrée, l’islam interdit d’agresser ou violer les honneurs quel qu’en soit la forme, sans en distinguer entre un musulman ou un non musulman. Interdisant l’adultère, Allah, Gloire à Lu, dit : « Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin ! ». De même, le prophète (SBL) interdit strictement d’accuser sans preuve, les femmes chastes de la fornication en disant : « évitez de commettre les sept grands péchés qui font périr. » On l’interrogea : quels sont ô Messager d’Allah ? Il répondit : « … et l’accusation sans preuve, les femmes chastes, insouciantes et croyantes, de la fornication ». Il interdit également l’insulte et la malédiction en disant : « insulter un musulman est une perversité et le combattre est une mécréance ».

Parmi les morales de ce sermon est l’appel à l’union et la mise en garde contre la dispersion, où il dit : « le Diable désespéra d’être adoré dans votre sol à la fin du temps. Il se contenta que vous soyez inconscient des viles actes. Prenez garde donc de lui en matière de votre religion ». Que nous soyons donc unis et adhérons-nous tous du pacte d’Allah, Gloire à Lui, Qui dit : « Et cramponnez-vous tous ensemble au ‹Habl› (pacte) d’Allah et ne soyez pas divisés ; » et « Et obéissez à Allah et à Son messager ; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. ». Sachons que la dispersion et la division n’ont rien à voir avec l’islam. Allah, Gloire à Lui, dit : « Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux- là tu n’es responsable en rien ». L’islam fait appel à l’union et met en garde contre la désunion et la dispersion.

Parmi les morales de ce sermon on cite l’obligation de s’engager du Livre d’Allah, Gloire à Lui, et de la Sunna de Son Messager (SBL) qui dit : « je laisse à vous ce dont si vous vous engagez, vous ne serez jamais égarés après moi. Il s’agit du Livre d’Allah et de ma Sunna ». Le Noble Coran est le miracle éternel, l’erreur est loin de le toucher, ni d’avant, ni d’arrière, il ne change point au fil des temps. C’est avec lequel et avec la Sunna du prophète (SBL) qu’Allah éteint les passions et extermina les différends. Allah, Gloire à Lui, dit : «. Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement) ». S’engager du Coran et de la Sunna est un indice sur la foi et la preuve de la piété. Allah, Gloire à Lui, dit : « Non!… Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. »

Disant cela, j’implore le Pardon d’Allah aussi bien pour moi que pour vous.

* * *

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers, que le salut et les bénédictions d’Allah soient accordés au prophète honnête, à sa famille, ses compagnons et ce qui leur suit d’une rectitude jusqu’au Dernier-Jour.

Ensuite… mes frères en islam !

Certes, le sermon d’Adieu se tient le premier document et la première déclaration de la protection des droits de l’homme, du fait qu’il contient des valeurs qui préserve à l’homme sa dignité, lui réalise sa paix et sa sécurité. L’une des morales tirées de ce sermon est la place qu’occupe la femme dans la Charia islamique. Le prophète (SBL) fit un testament en faveur de la femme, par reconnaissance de sa position ; les femmes sont les sœurs équivalentes des hommes en droits et en devoirs qui sont réciproques entre les deux sexes. Le prophète (SBL) dit : « vous avez des droits qui incombent à vos femmes et elles ont des droits qui vous incombent ».

L’islam honora la femme en tant que mère, sœur, fille et épouse. Il lui assure des droits qui lui garantissent le bonheur aussi bien dans l’ici-bas que dans l’au-delà et lui préserve la dignité humaine. Interrogé : lequel des humains mérite le plus ma bonne compagnie ? Le prophète de répondre : « c’est ta mère ». L’homme réinterrogea : ensuite, c’est qui ? Le prophète de répliquer « c’est ta mère ». L’homme réinterrogea : ensuite, c’est qui ? Le prophète de répliquer « c’est ta mère ». L’homme réinterrogea : ensuite, c’est qui ? Le prophète de répliquer « c’est ta mère ». L’homme réinterrogea : ensuite, c’est qui ? Le prophète de répliquer « c’est ton père». Le prophète (SBL) dit également : « quiconque a trois filles, il se patienta pour les éduquer, nourrir, donner à boire, habiller de ses propres biens, elles seront un rempart contre l’Enfer le Dernier-Jour ». Dans une autre version, il dit : « qui se charge de deux ou trois filles, deux ou trois jusqu’à ce qu’il vieillisse ou mourre, je serai avec lui le Dernier-Jour comme le pouce et le médium ». D’après Abou Horairah (qu’Allah l’agrée), le prophète (SBL) dit : « entretenez-vous bien vis-à-vis des femmes, elles sont créées d’un flanc. Le plus courbé du flanc est son haut. Si tu procèdes à le réajuster, tu risques de le briser, si tu le laisses ainsi, il reste courbé, entretenez-vous donc bien vis-à-vis des femmes ». Le mot « bien » renferme toutes les formes de la bonté, ce qui exige que l’homme se comporte avec les femmes dans le cadre des bonnes valeurs impliquées par sa position en tant qu’homme.

  Nous avons tous besoin de mettre en application des telles valeurs qui renferment le bien destiné à toute l’humanité. Celles-ci sont vraiment sans précédentes dans l’histoire de l’humanité. Ce sermon d’Adieu a bien ancré les règles des droits de l’homme et tracé les principales valeurs humaines et éthiques qui, une fois que les gens s’engagent et comprennent, elles leur garantiront le bonheur de la vie et de l’autre vie.

O notre Seigneur, agrée de nous les bonnes œuvres, Tu es l’Audient et l’Omniscient, agrée notre repentir, Tu es Celui qui agrée le repentir et le Tout Miséricordieux.